Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Économie publique et environnement global

Jean-Charles Hourcade
p. 696-698

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Charles Hourcade, directeur d’études

1Le séminaire de recherche présente des modèles séquentiels de décision intégrant l’incertitude. Il s’agit de modèles de contrôle optimal (dits intégrés) incorporant un modèle de croissance à la Ramsey-Hotelling et des formes réduites du cycle du carbone et de son impact sur le climat, écrites avec l’aide du Laboratoire de météorologie dynamique de l’Université Paris-VI. Le séminaire de recherche de cette année a été consacré à l’exposé par Philippe Ambrosi de sa recherche doctorale, effectuée au laboratoire CIRED (UMR 8568) sous ma direction et portant le titre « Amplitude et calendrier des politiques de réduction des émissions face aux risques climatiques : leçons des modèles intégrés ».

2Faute d’une estimation fiable et non controversée des risques que fait peser le changement climatique sur les générations futures et compte tenu des inerties naturelles et socioéconomiques en présence, on ne peut attendre pour décider de l’attitude à adopter que la question des dommages soit résolue. C’est pourquoi la discussion sur l’application du principe de précaution au cas de l’effet de serre se fait sur la base d’indicateurs approximant une fonction de dommages encore inconnue.

3Ambrosi compare, à l’aide des modèles intégrés de contrôle optimal RESPONSE, les recommandations de réduction des émissions de CO2, obtenues pour trois mesures, de plus en plus tangibles, des risques climatiques : un jeu de contraintes sur l’amplitude et le rythme décennal du réchauffement ; une préférence pour la stabilité du climat ; et finalement une représentation fonctionnelle explicite des dommages.

4Dans les trois cas, les résultats suggèrent, compte tenu de la cascade d’incertitudes depuis les émissions jusqu’aux dommages, d’anticiper les efforts pour se prémunir contre les regrets économiques et environnementaux, liés à la réalisation de configurations défavorables (sensibilité du climat finalement élevée ou accélération des dommages, par exemple).

5Ils montrent, entre autres, dans un cadre coût-efficacité, que l’incertitude sur la sensibilité du climat impose d’entreprendre des efforts importants à court terme et qu’il existe ainsi un coût d’opportunité élevé à connaître la valeur de ce paramètre avant 2050. Ils concluent en outre à l’optimalité d’une action précoce sans faire pourtant l’hypothèse de dommages significatifs à long terme, dès lors qu’est prise en compte l’éventualité de seuils de vulnérabilité dans les dommages.

6En définitive, on aboutit à des conclusions robustes : l’incertitude ne peut pas être un motif suffisant pour différer l’action. Les résultats suggèrent d’anticiper les efforts de réduction des émissions, sauf chez les modélisateurs qui de fait nient les risques, c’est-à-dire ne prennent pas en compte toute l’incertitude sur la sensibilité du climat, n’envisagent que l’éventualité de dommages modérés et à la croissance régulière, ne tiennent pas compte du délai qui accompagne la réduction des incertitudes.

7Ces résultats ont une visée illustrative pour construire un raisonnement sur les politiques climatiques en présence de controverses sur les risques. Au-delà, il est essentiel de pouvoir nourrir les modèles intégrés avec des données plus substantielles et correspondant à la réalité des dommages (tout spécialement identifier les seuils de danger et replacer ces différents stress dans le cadre des scénarios de développement). Dans l’attente, on peut avoir recours à une approximation successive des risques, dotée d’une véritable capacité opérationnelle, reposant sur une série d’indicateurs de plus en plus proches de la réalité des dommages au fur et à mesure que notre connaissance progresse. De telles approches produisent une information qui peut s’intégrer dans les cadres d’analyse de la décision et ont le mérite de donner une représentation tangible des risques pour les décideurs et les citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 696-698.

Référence électronique

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17142

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Hourcade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals