Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Problèmes généraux

La fabrique de l’universel. Réseaux supranationaux et questions urbaines au XXe siècle. Un terrain d’histoire transnationale et ses développements

Pierre-Yves Saunier
p. 749-750

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Pierre-Yves Saunier, chargé de recherche au CNRS

1Cette année, nous avons poursuivi notre exploration structurelle de l’espace des circulations urbaines au XXe siècle. De telles investigations, une fois encore, nous ont amené à traiter, au travers de nos lectures et de nos discussions, des acteurs dont la gamme de pratiques dépasse de loin le terrain urbain. Nous avons ainsi consacré une séance aux Organisations Intergouvernementales (SDN, ONU, BIT, Banque mondiale...), en considérant à la fois leur histoire propre et leur approche de la chose urbaine. Nous nous sommes aussi longuement attardés sur le travail des grandes fondations philanthropiques américaines qui contribuent à ordonner la circulation intellectuelle du siècle, par leur apport financier et l’orientation de leurs programmes, en matière urbaine comme ailleurs (notamment autour des réseaux de la public administration et des savoirs de gouvernements au XXe siècle). Un deuxième volet de la conférence de cette année a été développé autour du thème des médiations et des truchements des circulations de l’urbain. Nous avons ainsi cerné les possibilités de la trajectoire locale, nationale et internationale de l’urbaniste John Nolen, avant de nous attarder sur les fabrications de certaines expositions ou congrès de l’urbain qui ont jalonné la première moitié du siècle dernier. Enfin, un troisième volet a pris corps autour du thème des connexions municipales, de leurs acteurs, moyens, espaces et chronologies. Ces séances urbaines ont associé mes propres interventions à celles de certains des participants de la conférence, sur un modèle mélangeant travail sur documents, lectures préalables obligatoires, propos liminaires, cours « magistral » et discussions ouvertes ou semi-ouvertes. Chacun y a apporté son écot dans un esprit de discussion non formalisée. Les interventions de Pierre Chabard (sur l’usage et la conception de l’exposition chez Patrick Geddes), de Marilena Kourniati (sur les congrès internationaux d’architecture moderne) et de Renaud Payre (sur le voyage comme méthode dans les cercles intermunicipaux) ont ponctué nos séances urbaines. Celles de Ludovic Tournès (sur les boursiers français de la Rockefeller Foundation) et de Monia Abdallah (sur les espaces pratiques et rhétoriques de « l’art islamique contemporain ») nous ont accompagnés vers d’autres horizons dans la déclinaison de l’angle d’approche transnational. Angelo Bertoni et Patrick Leitner ont clôturé ces deux années de travail par une lecture croisée de leurs terrains respectifs, en réfléchissant sur les choix, les possibilités et les limites des voies empruntées par l’autre. Cette ultime séance, partagée entre les réseaux de réformateurs urbains, ceux de Nancy, Bruxelles, Luxembourg, Lausanne et Lille, et les constructions croisées des imaginaires urbains de New York et Paris, a fourni l’occasion d’une dernière discussion animée.

2Si chacun retourne dorénavant à ses propres travaux, la réflexion commune pendant cette vingtaine de séances a permis d’identifier des questions, problèmes, objets communs, tant par l’accord que le désaccord qu’ils purent susciter. C’est ce partage d’un espace pour discuter et disputer, construit autour de l’intérêt pour ce qui est « entre » (les espaces nationaux, les groupes professionnels, les municipalités, les traditions culturelles), qui a pu contribuer à renforcer les orientations de chacun vers un angle qui ne s’inscrit pas dans les territoires de l’histoire nationale. Ceci tout en évitant l’écueil de la rupture et du rejet des perspectives nationales, comparées ou locales, le « transnational » étant défini comme un angle d’approche, un moyen de répondre à des questions, un espace de pratiques lié à d’autres scènes par les trajectoires des acteurs, des mots et des choses, et non comme un « niveau » dans lequel le national, le régional et le local viendraient s’emboîter hiérarchiquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Saunier, « La fabrique de l’universel. Réseaux supranationaux et questions urbaines au XXe siècle. Un terrain d’histoire transnationale et ses développements », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 749-750.

Référence électronique

Pierre-Yves Saunier, « La fabrique de l’universel. Réseaux supranationaux et questions urbaines au XXe siècle. Un terrain d’histoire transnationale et ses développements », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17204

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals