Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Postures et impostures en science : querelles de priorité et querelles de postérité dans la république des Lettres

Patricia Radelet-de Grave et Jean Dhombres
p. 754-755

Texte intégral

Patricia Radelet-de Grave, professeur à l’Université catholique de Louvain
Jean Dhombres, directeur d’études

1L’année du quatrième centenaire de sa disparition, l’ignorance quasi générale concernant le mathématicien François Viète (1540-1603) dont on s’arrachait les publications au XVIIe siècle, était l’occasion de poser la question de la postérité scientifique en tant qu’objet d’histoire. Les querelles de priorité scientifique sont alors un des lieux où s’exercent différents jugements qui, totalisés, créent la mémoire savante la plus chargée d’histoire. L’étude, cette année, de la fameuse querelle de priorité entre les suiveurs de Leibniz et de Newton sur l’invention du calcul différentiel et intégral, a permis de voir la transformation des mathématiques elles-mêmes, et la mise en place d’un régime différent de la mathématisation, et s’enchevêtrent les querelles, sur les forces vives, sur la mécanique des eaux avec une lutte familiale entre Bernoulli père et Bernoulli fils, sur les cordes vibrantes par laquelle est questionné le concept de fonction mathématique, etc. Une étude fine des différentes historiographies disponibles et de travaux récents sur ces querelles, ou de travaux plus généraux, a permis de discuter du style en histoire des sciences et des techniques, mais aussi en philosophie des sciences (notamment avec la publication des cours d’il y a un demi-siècle de Maurice Merleau-Ponty sur l’institution et la passivité, ou des textes de Paul Ricœur). Il était intéressant d’associer des querelles d’imposture, mettant en cause directement la fabrication de l’histoire des sciences, puisque le calcul différentiel et intégral a exercé les imaginations européennes tout au cours de ce XVIIIe siècle qui donne sa longue durée à la querelle de priorité choisie. L’organisation d’un colloque sur Charles Sturm à Genève, avec la mise en place de la publication critique de ses œuvres complètes, a permis d’examiner une autre facette de la postérité en science, avec la longue durée d’un même problème, en l’occurrence les courbes de poursuite traitées par Pierre Bouguer dans un contexte de marine des Lumières, et allant jusqu’à la théorie des jeux par le biais de Littlewood au XXe siècle. Et l’on a pu rencontrer l’histoire institutionnelle à ce propos, avec la querelle sur l’histoire de l’École polytechnique : école de Monge ou école de Laplace ?

2Une autre façon de prendre le thème des querelles fut adoptée par les deux enseignants à l’occasion d’un séminaire à l’Institut de physique théorique de Louvain-la-Neuve, portant d’une part sur l’analyse de Fourier jusqu’à nos jours, d’autre part sur les équations fondamentales de la physique. Un prix de l’Académie royale de Bruxelles pour un ouvrage des deux enseignants, Une mécanique donnée à voir : les thèses de 1624 sur la chute des corps soutenues par Grégoire de Saint-Vincent, va en permettre une édition convenablement illustrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Radelet-de Grave et Jean Dhombres, « Postures et impostures en science : querelles de priorité et querelles de postérité dans la république des Lettres », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 754-755.

Référence électronique

Patricia Radelet-de Grave et Jean Dhombres, « Postures et impostures en science : querelles de priorité et querelles de postérité dans la république des Lettres », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17208

Haut de page

Auteurs

Patricia Radelet-de Grave

Articles du même auteur

Jean Dhombres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals