Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Sexe et genre dans la pratique et la théorie de l’art contemporain américain : une approche critique

Elvan Zabunyan
p. 761-762

Texte intégral

Elvan Zabunyan, maître de conférences à l’Université Rennes-II

1L’enseignement portant sur la question du sexe et du genre dans l’art contemporain américain a été organisé selon l’étude des pratiques et des théories de l’art féministes définissant un des champs essentiels de l’histoire de l’art contemporain des trente dernières années.

2Suivant une approche chronologique et à partir de l’historienne de l’art Linda Nochlin, a été analysé le bouleversement radical de la méthodologie au sein de la discipline.

3Avec son essai « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » écrit en 1970 et publié en janvier 1971 dans la revue Artnews, Linda Nochlin révèle une histoire de l’art moderne vue du point de vue féministe.

4Son interprétation de la question du genre lui permet ainsi de préciser des notions telles que l’identité, la marginalité, l’aliénation, tout en pensant l’histoire de l’art au-delà de son caractère esthétique. Délaissant très tôt une approche essentialiste en faveur d’un féminisme qui lui a permis de comprendre les structures politiques et sociales de la représentation visuelle, elle met en place les méthodes pour une histoire sociale de l’art.

5Dans le contexte de ces transformations radicales du champ de l’histoire et la théorie de l’art, l’engagement de Lucy Lippard, historienne et critique d’art, sur le terrain permet de souligner le caractère multiple du militantisme féministe.

6La politique des États-Unis dans les années 1960 et 1970 (guerre du Vietnam, invasion du Cambodge, répressions étudiantes sanglantes), pousse les acteurs du milieu de l’art new-yorkais, dont fait partie Lucy Lippard, à revoir leur approche de la création contemporaine. Au début de l’année 1970, l’Artworkers Coalition lance une importante action antimilitariste. L’un des groupes les plus actifs est précisément le Guerilla Art Action Group dont Lucy Lippard est l’une des principales initiatrices. Celle-ci a beaucoup influencé le monde de l’art contemporain notamment dans la critique qu’elle a faite du modernisme en dénonçant l’affirmation de la notion d’universalité. Ce dernier point, dans le cadre d’une recherche sur l’art féministe, permet dès lors d’entrevoir une possibilité d’analyse qui contourne les paramètres hégémoniques de l’art américain blanc et masculin.

7Beaucoup des questions politiques qui apparaissent à cette période déterminante pour le mouvement de libération des femmes sont transformées en recherche esthétique par les artistes. Ainsi, la femme comme objet sexuel, l’étendue de la violence sexuelle contre les femmes et les conditions des femmes dans leur servitude domestique deviennent des sujets qui, au-delà de leur réalité sociale, permettent aux artistes de s’engager dans de nouvelles formes plastiques et visuelles. L’histoire patriarcale ayant maintenu les femmes silencieuses, beaucoup travaillent la forme autobiographique par le biais de représentation visuelle utilisant des médiums comme la photographie, la vidéo ou encore la performance. Cette dernière forme d’expression est l’une des plus marquantes du mouvement féministe californien où l’approche artistique de la performance s’attache à sa fonction politique et activiste.

8À partir de ce constat, les séminaires ont permis d’étudier de façon précise, l’œuvre des artistes les plus représentatives de la pratique féministe. En partant de Martha Rosier, qui a été l’une des premières femmes à inscrire spécifiquement son travail dans une référence au féminisme encore embryonnaire en pleine période du Pop Art, jusqu’à Cindy Sherman, figure plus médiatisée, qui utilise la culture populaire comme une source matérielle pour son travail photographique.

9Les années 1980 et l’influence évidente des théories féministes sur les autres théories de l’art de l’époque et notamment les théories postmodernes permettent aussi de considérer d’une façon nouvelle la représentation du corps de la femme. À partir de cette question, un certain nombre d’analyses du sujet féminin sont articulées à partir de l’expérience des années 1970 mais sous la forme d’un féminisme détourné où la femme comme objet stéréotypé devient avant tout un sujet d’analyse.

10« Une politique du corps mène logiquement à une politique de la représentation du corps », souligne Laura Mulvey, théoricienne des arts visuels. C’est cette possibilité d’analyse que nous avons tenté de préciser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elvan Zabunyan, « Sexe et genre dans la pratique et la théorie de l’art contemporain américain : une approche critique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 761-762.

Référence électronique

Elvan Zabunyan, « Sexe et genre dans la pratique et la théorie de l’art contemporain américain : une approche critique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17215

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals