Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Quelle décolonisation pour le Laos, le Cambodge et le Vietnam ? Sources, approches et historiographies

Christopher E. Goscha
p. 763-764

Texte intégral

Christopher E. Goscha, maître de conférences à l’Université Lyon-II

1Au cours de l’année, ce séminaire s’est articulé d’une façon thématique autour de cette interrogation : comment penser et faire l’histoire de la décolonisation de l’ancienne « Indochine française », c’est-à-dire le Laos, le Cambodge et le Vietnam. Pour explorer cette thématique, ce séminaire a visé trois buts. Dans la continuité de notre réflexion précédente engagée sur l’histoire coloniale, on s’est d’abord proposé de dresser un bilan critique de l’historiographie existante sur la colonisation française dans l’ancienne « Indochine française ». Nous avons ensuite présenté quelques fonds disponibles pour traiter et renouveler son approche, en insistant particulièrement sur les nouvelles sources accessibles et des méthodes pour les exploiter. Grâce aux participants, chercheurs et doctorants français et étrangers, ce séminaire a enfin fait office de lieu d’échanges et de discussions sur les nouvelles approches et problématiques qui pourraient contribuer à lancer des histoires autres de la décolonisation au Laos, Cambodge et Vietnam.

2À travers ses douze séances et ces trois volets, ce séminaire a réussi à faire état d’une nouvelle historiographie et de nouvelles approches. Alain Ruscio, spécialiste de l’histoire de la guerre d’Indochine, a ouvert la première séance en abordant l’historiographie de cette première guerre de décolonisation française. Hugues Tertrais, pour sa part, a dressé un bilan critique des problématiques, sources et approches mobilisées par des chercheurs dans leurs études sur la bataille militaire de Dien Bien Phu et la lutte diplomatique à Genève. Toujours dans le cadre historiographique, Benoît de Tréglodé (IFRI) a fait une analyse de l’historiographie officielle de la République démocratique du Vietnam, l’État-nation sorti de la décolonisation. On voit bien à quel point l’histoire et son interprétation demeurent un sujet de légitimation et de contestation. Pierre Brocheux (Paris-VII) a exploré avec nous la complexité de l’historiographie officielle et farouchement nationaliste à travers une étude du personnage d’Ho Chi Minh lui-même, le père de la nation vietnamienne postcoloniale. La nouvelle publication qu’il lui a consacrée a été présentée par Agathe Larcher-Goscha. Paul et Marie-Cathérine Villatoux ont montré à quel point la guerre de décolonisation en Indochine a marqué profondément la doctrine militaire française, ainsi que la façon dont l’armée française va agir dans sa seconde guerre de décolonisation en Algérie. Daniel Vargas (Université d’Aix-en-Provence), quant à lui, a fait un portrait fascinant d’un haut responsable colonial, Léon Pignon, qui a joué un rôle déterminant dans la solution Bao Dai, et dont la carrière indochinoise montre bien à quel point la France repoussait la nationalisation de son État colonial en Indochine. Vargas montre aussi l’intérêt qu’il y a à étudier de très près les vies de ces commis coloniaux qui ont joué des rôles clefs dans la décolonisation (voir la recolonisation ?) des colonies après la Seconde Guerre mondiale.

3En se concentrant sur la période ultérieure, Marjolaine Boutet (Sciences Po) a démontré l’intérêt qu’il y a à étudier les sources visuelles pour mieux comprendre la façon dont la télévision présente la guerre du Vietnam aux Américains. Son étude des séries télévisées américaines des années 1980 en a donné un bel aperçu. Pierre Journoud aborde un sujet parallèle en étudiant la bataille très culturelle entre la France et les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. On y voit bien la difficulté avec laquelle la France a accepté d’autres projets culturels suite à cent ans de monopole colonial en Indochine. La culture est, elle aussi, une bataille.

4Sur le Cambodge, Jean-Louis Margolin (Université d’Aix-en-Provence) et Philip Short (BBC) ont abordé la question du communisme khmer. Ce dernier a fait un bilan de son nouveau livre sur l’histoire d’un cauchemar : le communisme khmer et ses bâtisseurs, alors que Margolin a placé l’histoire du communisme khmer dans un contexte asiatique plus large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher E. Goscha, « Quelle décolonisation pour le Laos, le Cambodge et le Vietnam ? Sources, approches et historiographies », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 763-764.

Référence électronique

Christopher E. Goscha, « Quelle décolonisation pour le Laos, le Cambodge et le Vietnam ? Sources, approches et historiographies », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17218

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals