Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

L’invention du patrimoine : les amis des objets, XIXe-XXe siècles

Dominique Poulot
p. 766-767

Texte intégral

Dominique Poulot, professeur à l’Université Paris-I

1Un premier cycle de conférences a proposé un panorama des recherches multiples, issues de disciplines très diverses, qui se donnent depuis deux décennies environ le processus de patrimonialisation comme objet explicite d’enquête. Certaines des figures du phénomène sont bien repérées par l’historiographie : l’ouverture de musées publics au siècle des Lumières à partir ou à l’encontre des collections du Prince, l’adoption d’un régime de l’histoire ou d’un régime de l’art dans les musées du XIXe siècle, la défense de l’in situ ou les regroupements et les transferts de monuments au gré du remodelage urbain, haussmannien en particulier, etc.

2Le second volet de ce séminaire a permis de mettre au jour, au-delà du constat de la montée des protections monumentales et de la multiplication des musées, la configuration des morales individuelles et des éthiques collectives élaborées à l’égard de legs plus ou moins revendiqués. À travers l’étude de parcours individuels, ceux de personnages éminents ou d’acteurs ordinaires, et grâce en particulier à l’analyse d’autobiographies, d’ouvrages didactiques, de recommandations programmatiques, de catalogues, on s’est interrogé sur les constructions réciproques de la singularité du porte-parole et de l’affirmation de valeurs communes, sur la mise en scène d’objets comme représentation d’une communauté, d’une région, d’une nation, et sur les modes de résonance ainsi élaborés (par exemple entre esthétique et politique). Des histoires de vies aux romans familiaux, et jusqu’aux récits plus larges de l’identité et de la mémoire, on a envisagé un certain nombre de propos qui construisent la légitimité des patrimonialisateurs, au travers de projets de reconnaissance et de transmission. L’affirmation de soi d’un individu, collectionneur ou militant de la conservation, peut s’exprimer dans le langage des émotions autant que dans le discours savant, dans l’érudition « désintéressée » autant que dans la spéculation touristique, illustrant une « confusion des valeurs » bien mise en évidence par la sociologie de l’art, en particulier dans ses études du collectionnisme (Raymonde Moulin, Pierre-Michel Menger, Howard Becker). L’étude des récits élaborés par les protagonistes de la geste patrimoniale, ou suscités à l’initiative de divers médiateurs, permet en ce sens de ne pas rabattre systématiquement les discours patrimoniaux sur d’autres grands récits (politiques, savants, techniques, philosophiques, etc.) censés en rendre compte de manière plus fondamentale et univoque.

3Dans le cadre de la conférence, Nélia Dias a présenté l’état actuel de la recherche anthropologique sur la question de l’intentionnalité des objets conservés au musée, à partir notamment de l’œuvre d’Alfred Gell. Daniel Sherman, directeur d’études invité, est intervenu sur le thème : « “Peuples ethnographes” : objets, musées, et le legs colonial de l’ethnologie française ». Ces deux exposés ont donné lieu à une fructueuse discussion avec les participants du séminaire, apportant un concours actif à l’élaboration d’une réflexion qui reste ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « L’invention du patrimoine : les amis des objets, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 766-767.

Référence électronique

Dominique Poulot, « L’invention du patrimoine : les amis des objets, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17224

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals