Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Langues et nations en Europe centrale et orientale : discours, représentations, pratiques

Patrick Sériot
p. 775-776

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patrick Sériot, professeur à l’Université de Lausanne

1Ce séminaire s’est proposé d’étudier les origines idéologiques et intellectuelles du discours sur la langue comme fondement de l’identité « nationale » en Europe centrale et orientale afin d’en mieux maîtriser les manifestations contemporaines. Une grande attention a été apportée aux fondements idéologiques des grammaires des langues dites « nationales ». Le but n’était pas de tenir un discours de vérité (« le “X” est-il en réalité une langue ou un dialecte ? »), mais d’expliciter les fondements implicites de la constitution des identités collectives à base d’argumentation linguistique.

2À l’heure de l’élargissement de l’Union européenne « à l’Est », des malentendus importants apparaissent autour des fondements et des limites des collectivités humaines. Les notions de « nation », de « minorité », et même de « langue » semblent ne pas avoir le même sens « à l’Est » et « à l’Ouest ». L’opposition entre « citoyenneté » et « nationalité » (base du « pjatyj punkt » dans les papiers d’identité des Soviétiques) rencontre une certaine incompréhension dans le monde francophone. C’est la notion même de démocratie en Europe qui est en jeu.

3L’histoire de ces malentendus doit être étudiée comme fondement des représentations différentes concernant les limites des communautés humaines, ayant pour conséquence des pratiques étonnantes « vues de l’Ouest » (la re-ethnicisation de la culture en Russie postsoviétique, la purification ethnique en ex-Yougoslavie, le discours sur la langue nationale en Moldavie : est-ce ou non du roumain ?).

4C’est un travail « en amont » qui a été proposé dans ce séminaire : connaître les origines idéologiques et intellectuelles du discours sur la langue comme fondement de l’identité « nationale » en Europe centrale et orientale permet d’en mieux maîtriser les manifestations contemporaines.

5On a travaillé à partir d’études de cas, autour des discours sur la création des nouvelles « langues nationales ». Le problème de la langue dans l’idéologie panslaviste au XIXe siècle a été particulièrement au centre de la réflexion. Une grande attention a également été apportée aux fondements idéologiques des grammaires « nationales ». Il s’agissait de voir quelle argumentation est mise en œuvre pour décider si, à l’intérieur d’un continuum, on a affaire à deux langues différentes ou bien à deux variantes d’une même langue (ex : russe/biélorusse, tchèque/slovaque, kachoube/polonais). Le but n’était donc pas d’établir une vérité (« le “X” est-il en réalité une langue ou un dialecte ? »), mais d’expliciter les fondements implicites de la constitution des identités collectives à base d’argumentation linguistique. L’exemple des discussions franco-prussiennes autour de l’appartenance de l’Alsace-Lorraine après la guerre de 1870 a servi de bon point de repère.

6Le séminaire était tenu en français, et se voulait ouvert à toute personne, même ne disposant pas de connaissances des langues d’Europe centrale et orientale. On a beaucoup utilisé les textes qui sont disponibles en ligne sur le site web de Patrick Sériot à l’Université de Lausanne : www.unil.ch/slav/ling.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Sériot, « Langues et nations en Europe centrale et orientale : discours, représentations, pratiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 775-776.

Référence électronique

Patrick Sériot, « Langues et nations en Europe centrale et orientale : discours, représentations, pratiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17236

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals