Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie de la personne malade

Philippe Bataille
p. 785-786

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Bataille, maître de conférences à l’Université Lille-III

1En dépit de la référence à Norbert Elias (La solitude des mourants), la mort est beaucoup moins étudiée en sociologie qu’elle ne l’est par les démographes ou les historiens. Se démarquent toutefois les références à Edgar Morin (L’homme et la mort), ou à Jean Baudrillard (L’échange symbolique de la mort). Mais en sciences sociales, probablement est-ce l’anthropologie qui apporte le plus de connaissances, avec notamment, en France, Louis-Vincent Thomas. Pour autant, la mort traverse d’autres réflexions ou pensées que celles qui se spécialisent sur ce thème. Il est par exemple utile de relire Hannah Arendt (Condition de l’homme moderne), avant de faire de la mort un possible objet sociologique. La remarque gagne en importance s’il s’agit d’inscrire cette réflexion dans le domaine de la sociologie de la santé et du malade.

2Aussi, après avoir présenté ces auteurs et d’autres aux étudiants, le séminaire s’est tourné vers des problèmes de méthode. Bien que travaillant au départ de notre réflexion sur plusieurs types d’enquête, le séminaire a mis en discussion le principe d’une enquête avec des malades atteints d’une pathologie grave qui pensent ou ont pensé qu’ils allaient en mourir. Nos travaux précédents sur les malades du cancer (Un cancer et la vie) ont alors servi pour nous placer en position de discussion avec des thèses actuelles sur la mort.

3Faisant état de l’abondante littérature qui parle de la subjectivation de la mort, de sa privatisation ou de son intimisation, nous avons avancé la thèse de la conscientisation de sa mort. L’hypothèse suppose que des malades atteints d’une pathologie grave portent sur la mort un regard différent de celui véhiculé par les ordres culturels et les représentations sociales. Mais nous avons aussi mis en évidence la volonté de certains collectifs de malades d’intégrer cette question dans leur réflexion, supposant, cette fois, que leur prise de parole dans des espaces publics porte en germe une volonté de transformation culturelle du rapport individuel à la mort. Hypothèse évidemment ambitieuse mais qui offre une clé de lecture intéressante pour analyser la conduite de l’acteur collectif malade, tout en l’inscrivant dans le champ de la transformation sociale et culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bataille, « Sociologie de la personne malade », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 785-786.

Référence électronique

Philippe Bataille, « Sociologie de la personne malade », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17246

Haut de page

Auteur

Philippe Bataille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals