Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie de la pratique des affaires

Michel Villette
p. 788-789

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Michel Villette, professeur à l’ENSIA

1Les « bonnes affaires » sont-elles autre chose qu’une illusion ou un coup de chance ? En tout cas, des hommes d’affaires en cherchent et en trouvent. Pour eux, il est vital de savoir pressentir, conduire et évaluer les bonnes affaires et se tenir à l’écart des mauvaises. La « bonne affaire » est ce qui les préoccupe.

2Nous avons dépouillé quarante biographies d’hommes d’affaires européens et américains ayant fait fortune, dont douze rédigées par des historiens, dix par des journalistes écrivant sur commande, huit par des journalistes d’investigation et dix autobiographies. Dans chacun de ces ouvrages, nous nous sommes concentrés sur la période de dix à vingt ans au cours de laquelle le chiffre d’affaires a crû le plus vite, la rentabilité des capitaux investis a été la plus forte et la valorisation boursière le plus progressé. Nous avons cherché à repérer les ressources disponibles au départ, les conditions de marché rencontrées et surtout, la nature des opérations ayant permis l’accumulation rapide.

3Nos sources évoquent des transactions quasi miraculeuses au cours desquelles beaucoup d’argent a pu être obtenu en échange de peu, laissant, du même coup, un bénéfice résiduel considérable à l’homme d’affaires. Bien plus, si l’on suit les biographes, le processus d’accumulation apparaît comme une série de « bonnes affaires », plus ou moins strictement liées entre elles.

4Ni les sciences économiques, ni les sciences de gestion, ni la sociologie n’ont tenté d’élaborer le concept de « bonne affaire » pour en faire un objet d’étude spécial. Tout se passe comme si les préoccupations des praticiens n’avaient pas été prises au sérieux par le monde académique, comme si leur quête de la plus-value locale avait été considérée comme trop subjective pour pouvoir faire l’objet d’une élaboration savante. Rejetée au rang d’illusions incompatibles avec les postulats d’équilibre général et d’efficience des marchés, la bonne affaire apparaît dans la littérature économique comme l’expression de variations aléatoires, lissées par une relation mathématique supposée inflexible entre risques et gains. Et pourtant, les historiens et les biographes relatent de nombreux cas ou des hommes d’affaires ont pu mettre en place des techniques efficaces de réduction des risques ; leurs narrations portent à croire que les bonnes affaires sont le produit d’un savoir-faire, d’une position dans le monde et d’une manière d’être au monde.

5C’est ce que nous avons tenté de montrer dans ce séminaire en traitant de la mesure des performances des hommes d’affaires ; du genre littéraire de la biographie en tant que source ; de la modélisation des processus d’affaires ; des imperfections de marché qui fournissent les occasions d’entreprendre ; des rôles respectifs de l’innovation, de la prédation, de la séduction, du don et de la menace dans la réalisation des affaires ; des dénonciations, et des moyens qu’ont les hommes d’affaires d’y remédier par des travaux de réparation et d’effacement des traces de prédation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Villette, « Sociologie de la pratique des affaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 788-789.

Référence électronique

Michel Villette, « Sociologie de la pratique des affaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17251

Haut de page

Auteur

Michel Villette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals