Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie des mondes contemporains

Bernard Hours
p. 819-821

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Hours, directeur de recherche à l’IRD

Anthropologie politique de la globalisation : économie, morale, santé, sécurité

1Le séminaire s’est attaché à problématiser l’objet globalisation en termes anthropologiques. D’abord déclinée comme la mondialisation de l’économie de marché, la globalisation est aussi la formulation des normes globales, à prétentions universelles, particulièrement dans le champ de la morale humanitaire appuyée sur les droits de l’homme. Ces normes autorisent l’ingérence politique au nom d’un « bien » moral.

2La norme globale de santé parfaite a, de son côté, été abordée comme un instrument majeur dans les processus de globalisation en cours. L’interdépendance produite par la globalisation est particulièrement ressentie lors de l’émergence et de la transmission de maladies sans frontières.

3La quête globale de sécurité, désormais affichée comme un projet central, amène à réinterroger les systèmes politiques et juridiques antérieurs puisque les droits des citoyens, comme la notion d’État de droit, sont remis en question par les nouvelles pratiques et idéologies sécuritaires.

4Dans ce cadre esquissant une anthropologie politique de la globalisation, une approche critique du développement, de l’idéologie humanitaire, de la fonction des ONG, a été poursuivie. Il s’agit de mettre en place une analyse du processus de globalisation à travers le déploiement de ses outils normatifs dans l’économie, la morale, la santé, la sécurité, de telle sorte qu’une entreprise de domination et de gestion de l’altérité par exclusion et inclusion apparaît. Les règles d’exclusion et d’inclusion mises en œuvre constituent le cœur de la globalisation et des processus qui la définissent. Sont incluses les populations qui adoptent les normes globales. Sont exclues celles qui les refusent ou n’y ont pas accès, faute de ressources.

5Après trois séances consacrées à la mise en place de l’objet, dans les termes présentés ci-dessus, les séances ultérieures ont porté sur l’étude des champs idéologiques et des organisations qui s’y investissent à partir de l’examen de la seconde moitié du XXe siècle. On y observe un basculement d’une pédagogie du développement vers l’action humanitaire d’urgence qui a été analysée à partir des corpus idéologiques saillants que sont l’idéologie tiers-mondiste qui légitime le développement et l’idéologie humanitaire qui se répand dès la fin de la guerre froide. Elle affirme panser les maux liés aux formes globales de domination et d’exploitation consécutives à l’éclatement de la bipartition du monde et à la globalisation qu’elle permet.

6Les ONG (Organisations non gouvernementales) ont ensuite été étudiées en tant qu’acteurs idéologiques centraux de l’histoire Nord-Sud récente et instrument de gestion de l’altérité de tous ceux qui, volontairement ou par incapacité, ne peuvent adopter les normes occidentales globales : économiques, morales, sanitaires, sécuritaires.

7Après avoir mis en œuvre une pédagogie du développement à l’époque tiers-mondiste (1960-1985), les ONG agissent désormais comme des agents de médiation entre les normes globales formulées par les technocraties multilatérales occidentales et les sociétés locales dont la diversité est progressivement éradiquée par le processus de globalisation observé.

8Focalisé initialement sur les notions de développement, d’humanitaire, d’ONG, le séminaire a élargi son objectif en 2003-2004 pour aborder l’objet anthropologique que constituent les processus de globalisation actuels à travers leurs multiples facettes mais avec le souci d’identifier les logiques structurantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Centre d’anthropologie des mondes contemporains », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 819-821.

Référence électronique

Bernard Hours, « Centre d’anthropologie des mondes contemporains », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17290

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals