Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne

Jean-Louis Georget, Nicole Reinhardt et Dominique Lassaigne
p. 846-848

Texte intégral

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII
Dominique Lassaigne, ingénieur d’études au CNRS

L’Allemagne à l’épreuve de la Volkskunde

1La phase d’institutionnalisation de la Volkskunde se développe dans les années 1920 : cette dernière relève des circonstances exceptionnelles de la sortie du premier conflit mondial et du caractère conservateur au sens conceptuel de la Volkskunde. En croisant l’analyse de l’anatomie d’une génération et les œuvres de Hans Naumann, Julius Schwietering et Adolf Spamer, Jean-Louis Georget a esquissé un tableau permettant de comprendre les ressorts de cette évolution.

2Manuel Meune a traité de la minorité allemande au Canada. Ce pays s’apparente à un laboratoire d’ethnogenèse où on débat assidûment du concept de peuple et on y disserte des modalités de reconnaissance des Allemands, troisième groupe en termes d’origine ethnoculturelle. Mais si les Germano-Canadiens sont bien intégrés, certains estiment que leur collectivité peut revendiquer le statut de peuple fondateur tandis que d’autres rejettent cette vision comme un retour possible de la glorification essentialiste du Deutschtum.

3Dominique Lassaigne a rappelé l’apport spécifique de l’école des « mots et des choses » à l’émergence d’une ethnologie transnationale dans l’entre-deux-guerres. Le mouvement Wörter und Sachen se développe à l’université de Graz sous l’impulsion des linguistes Rudolf Meringer et Hugo Schuchardt qui revendiquent une nouvelle orientation de leur discipline associée à l’ethnographie. Leurs travaux, combinant faits linguistiques et manifestations de la culture matérielle, paraissent entre 1909 à 1943.

4Jetant un regard rétrospectif sur le développement de la Volkskunde dans les trois grandes aires germanophones, Reinhart Johler a établi un panorama exhaustif des ruptures et continuités de la discipline depuis l’immédiat après-guerre. Partant de la définition d’une « science spécifiquement allemande », il a mis en exergue les traits discursifs qui ont grevé jusqu’à aujourd’hui les diverses recherches « d’une ethnicité latente » (Tamas Hofer).

5Lors de son séjour à léna (1801-1807), Hegel, comme l’a souligné Robert Legras, prend ses distances par rapport aux conceptions vitalistes ou organicistes, sans toutefois les abandonner. Il leur reproche d’ignorer le principe moderne de la liberté intérieure, mais persiste à interpréter l’esprit à partir de la métaphore de la vie. N’y a-t-il pas incompatibilité entre une vision de l’esprit comme développement vivant et une vision de l’esprit comme développement logique ou rationnel, entre une conception de l’État comme totalité vivante et une conception de l’homme comme subjectivité ?

6Christian Joschke a noté que dans les années 1890, l’ethnologie vernaculaire a utilisé la photographie pour en faire un complément indispensable de la philologie. L’usage des images participe de l’ouverture de la Volkskunde à des amateurs et au grand public. Les folklo-ristes allemands usent de la nature « indicielle » de la photographie, propre à assurer un relevé « objectif » des objets, et de sa nature médiatique, propre à transmettre au public les images du peuple allemand. L’exposition photographique de Dresde (1909) est un exemple de l’imbrication entre vocation scientifique et vocation médiatique de l’image.

7Hélène Pialoux a rappelé que les premières associations d’ethnologie d’Allemagne ont vu le jour dans les années 1890 au niveau régional. Grâce à l’exemple de la Saxe, elle a montré comment elles ont joué un rôle de carrefour entre des aspirations scientifiques et académiques et un militantisme centré sur la défense du patrimoine artisanal, architectural et naturel. La pratique des Volkskundler amateurs fait naître des cercles d’action nouveaux qui s’exercent à travers un entrelacement associatif proche de l’État régional ; le terme de Heimatbewegung devient alors un point de ralliement non réductible à sa composante antimoderniste.

Nicole Reinhardt

Cours de lecture : la Prusse. Approches historiques et littéraires

8À travers la lecture de sources historiques et littéraires, nous avons évoqué à la fois les moments clés du développement de l’État prussien depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine ainsi que l’évolution de son image dans la littérature allemande. Nous avons retracé de quelle façon la mémoire collective allemande et le travail des historiens et leurs analyses se sont croisés et conditionnés mutuellement. Nous avons dégagé des personnages centraux pour l’imaginaire prussien (la reine Luise, Frédéric le Grand, Bismarck) et des idées contestées et réclamées (la tolérance, l’obéissance, le Junker, le retard démocratique) pour ensuite tracer leurs destins dans la littérature allemande. Nous avons analysé plus dans le détail les romans/pièces suivants : Theodor Fontane, Der Stechlin ; Heinrich Mann, Der Untertan ; Carl Zuckmayer, Der Hauptmann von Köpenick ; Marion Grätin von Dönhoff, Erinnerungen an Ostpreussen. La dernière partie du cours a été consacrée au problème de la mémoire de la Prusse dans la société allemande après la réunification allemande (20 juillet 1944 ; revendications des anciens grands propriétaires, relations avec la Pologne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Georget, Nicole Reinhardt et Dominique Lassaigne, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 846-848.

Référence électronique

Jean-Louis Georget, Nicole Reinhardt et Dominique Lassaigne, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17316

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Nicole Reinhardt

Articles du même auteur

Dominique Lassaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals