Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Groupe de recherche sur les savoirs

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine
p. 853-854

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Wiktor Stoczkowski, maître de conférences
Gérard Lemaine, directeur d’études

De l’étude des sciences à l’étude des constructions conceptuelles

1Au travers d’une série d’études de cas, le séminaire s’est proposé d’explorer les vertus heuristiques des approches qui, dans le domaine des recherches sur les sciences, s’attachent à élucider l’interaction entre les savoirs scientifiques et les conceptions considérées comme non scientifiques (théories philosophiques, idéologies politiques, doctrines théologiques, etc.) ou non savantes (sens commun, « croyances », rumeurs, idées reçues, etc.). En faisant le pari d’écarter les classifications convenues qui opèrent des séparations arbitraires au sein de la nébuleuse des constructions conceptuelles interagissantes, on voulait réfléchir sur la possibilité d’appréhender à la fois les particularités et les similarités de divers régimes du savoir.

2Jean Dhombres a exposé les résultats de ses recherches sur les cadres positivistes français, à partir d’une analyse des interprétations d’une stèle égyptienne dite le Zodiaque de Denderah. Durant la période 1802-1878, l’évolution des lectures de ce monument archéologique et les modifications du profil sociologique des intervenants du débat témoignent d’un changement profond de présupposés collectivement partagés concernant, entre autres, la science égyptienne et les rapports entre la science et l’État dans l’ancienne Égypte. En même temps se dessine une séparation de plus en plus profonde entre les interprétations philologiques et scientifiques, annonçant ainsi le divorce entre culture scientifique et littéraire.

3Michel Wieviorka est venu présenter sa recherche en cours sur les nouvelles formes d’antisémitisme en France. L’enquête est menée parallèlement à Roubaix, où les Juifs sont peu nombreux, et à Sarcelles, où demeure une importante communauté juive. Le travail de terrain est complété d’une analyse de la presse arabe de la période de la deuxième Intifada. Plusieurs composantes conceptuelles de ce nouvel antisémitisme ont été discutées et mises en rapport avec, d’un côté, les évolutions internes de la société française et, de l’autre, avec des phénomènes plus récurrents de la culture globale.

4Au travers d’une démarche réflexive, où la sociologie se prend elle-même pour objet, Louis Pinto (CNRS) a comparé plusieurs restitutions que des sociologues avaient proposées de l’histoire de la sociologie française dans la période de l’après-guerre. Il s’en dégage une opposition structurante entre une histoire des idées et une histoire sociale de la science sociale. L’adhésion à l’idéologie de la rupture conceptuelle avec la philosophie, la célébration de l’enquête empirique comme base unique de la connaissance sociologique, le degré de criticisme à l’égard des visions emic livrées par les informateurs, le type d’explications mobilisé pour élucider la reconnaissance des théories sociologiques, l’intérêt accordé ou non aux propriétés sociologiques des sociologues, autant de conséquences d’un choix paradigmatique que les sociologues-historiens de leur discipline font en fonction de l’attitude qu’ils adoptent à l’égard de l’« histoire des idées » et de l’« histoire sociologisante ».

5Didier Fassin a analysé la controverse récente autour du sida en Afrique du Sud, en interprétant les théories du complot, qui y occupent une place importante, en tant que récits de la domination. Pour les autorités, il ne s’agit pas tant de nier l’épidémie que de disculper les populations noires en mettant en avant le rôle premier de la pauvreté. L’exposé a montré que l’on ne pouvait saisir l’enjeu et l’argumentaire de la controverse en apparence purement médicale, sans la resituer dans son contexte historique et anthropologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine, « Groupe de recherche sur les savoirs », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 853-854.

Référence électronique

Wiktor Stoczkowski et Gérard Lemaine, « Groupe de recherche sur les savoirs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17325

Haut de page

Auteurs

Wiktor Stoczkowski

Articles du même auteur

Gérard Lemaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals