Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Néolithisation et premières sociétés rurales

Jean Guilaine
p. 125-127

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Guilaine, directeur d’études

Préhistoire et protohistoire de la France... et d’ailleurs

1Ce séminaire a permis à plusieurs chercheurs et doctorants de faire le point sur l’état d’avancement de leur recherche. Une table ronde, animée par Lionel Izac-Imbert, a concerné l’exploitation agricole de la fin de l’Âge du fer, intégrée dans son environnement. Plusieurs exemples, pris notamment dans le quart sud-ouest de la France, ont permis de confronter de nouvelles approches méthodologiques.

2Laurent Carozza a présenté deux exposés. L’un avait pour thème « De la pierre au métal » et a porté sur la notion de district minier au Néolithique et à l’Âge du bronze. L’autre concernait les relations entre habitats, ressources et territoires en Languedoc du XXXVe au XXIVe siècle avant notre ère. L’impact économique et social de la métallurgie sur les populations a été discuté en tant que moteur du processus de mutation des sociétés à la fin du Néolithique.

3Frédéric Leroy a présenté les fouilles qu’il conduit sur plusieurs sites, aujourd’hui ennoyés, de la région méditerranéenne, attribuables à l’Âge du bronze final. Il a souligné l’Intérêt documentaire de ces gisements dans divers domaines (dendrochronologie, carpologie) et en a confronté les données avec celles des établissements terrestres contemporains.

4Manon Cabanis a évoqué les travaux archéobotaniques qu’elle mène sur plusieurs sites, naturels ou anthropiques, de l’Auvergne (anthracologie, carpologie, palynologie), en liaison tout particulièrement avec les fouilles de sauvetage qui se déroulent dans cette région. Un premier canevas de l’histoire du paysage, du Néolithique à l’Antiquité, peut désormais être brossé.

5Mauro Perra a campé la part incombant aux cultures sardes du Chalcolithique et du Bronze ancien dans l’émergence de la civilisation nouragique. Il a affiné la périodisation des phases pré-nouragiques et souligné les éléments du substrat autochtone ayant participé, par processus évolutif, à l’élaboration des horizons du Bronze moyen et récent.

Stèles anthropomorphes et statues-menhirs

6On a abordé la question des statues-menhirs et des stèles anthropomorphes de l’Europe du Sud (IVe-IIIe millénaires avant notre ère) en insistant d’abord sur l’opposition entre caractères anatomiques et traits culturels représentés sur ces monuments. S’agissant des traits culturels, on a distingué la part des attributs « réels » (c’est-à-dire attestés dans le registre archéologique) et celle des attributs « virtuels » (qu’on ne retrouve jamais dans la panoplie des objets mis au jour). Une difficulté dans l’étude de ces monuments réside dans leur fréquente découverte hors de leur contexte originel : souvent abattus sur place, quelquefois brisés, réutilisés comme matériau de construction, Ils ont été l’objet d’un recyclage qui rend d’autant plus difficile leur interprétation « fonctionnelle ». Toutefois certains monuments demeurés en place, parfois groupés (alignements, cercles), permettent de se faire une idée plus précise sur leur rôle au sein des sociétés protohistoriques. Fruits d’un mouvement unique, liés à une diffusion culturelle voire au déplacement de groupes humains ? Ou produits d’une évolution autochtone consistant à introduire sur certains menhirs anthropomorphes quelques signes (d’autorité notamment) relevant de la construction de rapports sociaux inégalitaires ? Le débat subsiste. Dans la première hypothèse, les statues-menhirs seraient la concrétisation d’un système forgé en un point unique (on a, par exemple, mis en avant le rôle de l’aire nord-pontique). Dans la seconde supposition, elles seraient issues d’une mutation indigène dans la manière de représenter schématiquement un corps humain (déjà attestée au Ve millénaire en Europe de l’Ouest) enrichi de marqueurs, anatomiques ou culturels, connotant des personnages d’envergure. Les différences entre les diverses écoles occidentales de statues-menhirs, leur probable décalage chronologique, semblent aller à l’encontre d’un strict processus de diffusion. Dans la péninsule Ibérique, la longue durée des thèmes de l’art, peint ou gravé, des dolmens à couloir (serpents, soleils, anthropomorphes) qui traverseront deux millénaires pour se retrouver sur les stèles de l’aire Badajoz-Cacerès, en Extremadure, plaide pour une certaine déconnexion en regard d’autres régions fournies en monuments de ce type. Ainsi s’opposent partisans de l’unité du phénomène qui mettent en avant les dénominateurs communs (bloc en T, nez-sourcils, « omoplates-crochets », port du poignard) et tenants d’une vision polygéniste, ceux-ci soulignant les traits spécifiques à chaque région (« semelles » du groupe pontique, « capovolto » sarde, « objet » énigmatique – arme ou instrument d’autorité – des monuments du Rouergue). Notre préférence va à un mécanisme autochtone faisant apparaître, dans certaines régions seulement mais à la faveur d’une transformation générale de caractère social (la transition du Néolithique moyen au Néolithique final en Europe de l’Ouest), une anthropomorphisation plus poussée de monuments de pierre combinée à l’affichage « publicitaire » d’ancêtres de lignées. La contestation de groupes sociaux dominants pourrait expliquer l’abattage de nombreuses statues.

7Une présentation des monuments de l’Europe du Sud-Est (Ukraine, Bulgarie, Roumanie, Grèce) a mis en relief, ici également, une certaine évolution régionale. Les populations de Kemi-Oba érigent d’abord des stèles rectangulaires ou trapézoïdales, peu décorées, mais qui montrent déjà le recours à des attributs spécifiques (seins, ceinture, « semelles »). On retrouvera ces éléments par la suite sur les statues-menhirs de ces régions mais avec d’autres marqueurs plus élaborés. Ces statues se rattachent à plusieurs variétés (Natalevka-Kernosovo, Kazanki, Tiritaki) mais cette classification typologique, élaborée sur la base de la trifonctionnalité Indo-européenne, laisse sceptique. Les stèles du Bas-Danube présentent à la fois des caractères observés en Crimée et des traits spécifiques. Ce thème sera poursuivi en 2005-2006.

Publications

  • Dir., Aux marges des grands foyers du Néolithique. Périphéries débitrices ou créatrices ?, Paris, Errance, 2004, 294 p., 152 fig.
  • « Construire la stratigraphie du Néolithique méditerranéen. Débats d’hier et d’aujourd’hui », Bolletino d’Arte. Dalle Arene Candide a Lipari. Scritti in onore di Luigi Bernabo Brea, n° sp., Rome, 2004, p. 115-122, 4 fig.
  • « L’industrie de bronze launacienne et ses affinités périphériques », dans L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes en Méditerranée occidentale. Techniques, lieux et formes de production, sous la dir. de A. Lehoërff, École française de Rome, 2004, p. 117-125, 1 fig.
  • « La longue histoire de la violence armée », Sciences humaines, 151, 2004, p. 32-35, 1 fig.
  • Avec E. Crubézy, « Synthèse et conclusions », dans Pratiques et espaces funéraires : les Grands Causses au Chalcolithique, sous la dir. de E. Crubézy, B. Ludes, J. Pujol, Monographies d’archéologie méditerranéenne, 17, 2004, p. 143-145.
  • Avec J.-D. Vigne, « Le chat, l’homme et la souris », La Recherche, 378, septembre 2004, p. 56-58, 4 fig.
  • Avec J.-D. Vigne, « Les premiers animaux de compagnie, 8500 avant notre ère... ou comment j’ai mangé mon chien, mon chat et mon renard », Anthropozoologica, Paris, Publications scientifiques du Muséum, 39 (1), 2004, p. 249-273, 8 fig.
  • Avec J.-D. Vigne, « Evidence for taming of cats. Response to T. Rothwell », Science, 305, 2004, p. 1714-1715.
  • La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture. 7000-2000 avant Jésus-Christ, Paris. Hachette-Littératures (« Pluriel »), 2005, 910 p., 56 fig.
  • « Shillourokambos (Parekklisha). Les premiers paysans de Chypre, Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde, Paris, Ministère des Affaires étrangères, Maisonneuve et Larose/ADPF/ERC, 2005, p. 170-173, 6 fig.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 125-127.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17395

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals