Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Idéologies et formations sociales

Robert Paris et Dominique Spengler
p. 136-137

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Robert Paris, maître de conférences avec Dominique Spengler, psychiatre des hôpitaux

Idéologie, imaginaire, inconscient : « fin de siècle », fin d’un monde ?

1Après avoir rappelé ou précisé les grandes lignes de notre démarche, on a poursuivi l’analyse de la crise qui travaille cette « fin de siècle ». Revenant sur les « piliers de l’ordre » tels que les définissent Paul Bourget, puis Léon Daudet – « le Vatican, l’état-major prussien, la Chambre des lords anglais et l’Académie française » –, on a évoqué ou relu quelques romans dénonçant l’institution militaire (Erckmann-Chatrian, Paul et Victor Margueritte, Anatole France), en nous attardant sur deux livres de Georges Darien, Biribi et L’Épaulette.

2Autre « pilier de l’ordre », dont on sait la place chez les traditionalistes, mais que Bourget ne nomme pas, la famille. Ce problème, toutefois, n’a pas été abordé de front et l’on s’est plutôt attaché à repérer, à partir de l’oeuvre de Proudhon et contrastant avec elle, l’émergence d’une moderne misogynie, déjà perceptible chez Alphonse Daudet (Les Femmes d’artistes, 1878), mais bien en deçà encore de la misogynie des Goncourt qui s’articule avec un antisémitisme marqué au coin du racisme (Manette Salomon, 1867). Cette troublante rencontre nous a longuement retenus.

3La lecture de Darien et du Voleur, son roman le plus connu, nous a ramenés – autre trait marquant de cette fin de siècle – à la fascination qu’exercent les thèses anarchistes et la « propagande par le fait » sur nombre de poètes, d’écrivains et de peintres, et non des moindres.

4Plus pourtant que les adhésions plénières à l’« Idée », nous ont intéressé les manifestations de sympathie. La liste des abonnés de La Révolte, par exemple, a réservé bien des surprises, tout comme la personnalité de quelques témoins de la défense dans les grands procès de 1894 : le chimiste Ettore Molinari, pour Luigi Galleani, et le peintre Telemaco Signorini, pour Plinio Nomellini, dans le procès de Gênes ; Mallarmé, pour Félix Fénéon, et Frantz Jourdain, pour Jean Grave, dans le procès des Trente.

5Ravacholisme et nihilisme, crimes politiques et régicides suscitent en cette fin de siècle une nouvelle vision des « classes dangereuses », dont témoigne le roman. Supplantant la figure traditionnelle du criminel de droit commun ou du forçat, de nouveaux types – le « réfractaire », le « subversif », « l’en-dehors » – traversent les œuvres de Zola, Louis Bertrand, Paul Bourget, J. H. Rosny, Blasco Ibañez, Pio Baraja ou Conrad, voire Les Aventures des Pieds nickelés de Louis Forton. Une autre figure, enfin, voit le jour sous les plumes de Louise Gagneur et de Sophie Kovalevskaïa : la « vierge rouge ».

6En gardant présent à l’esprit quelques exemples criants, le sculpteur et communard Charles Capellaro exécutant durant sa détention une statue de l’ange Gabriel pour le portail de l’église Saint-Eustache, Tolstoï brocardant le Siegfried de Wagner, force a été de conclure à l’Impossibilité de lier légitimement pratiques libertaires et choix esthétiques.

7Seule exception, ici, l’un des inculpés du procès des Trente, Félix Fénéon, auteur d’un ouvrage sur les Impressionnistes, fondateur de La Revue indépendante et collaborateur de La Revue blanche, proche des milieux wagnériens. Autre exception encore, l’écrivain anarchiste Jacques Mesnil, traducteur de L’Art et la Révolution de Wagner. Exceptions qui nous ont conduit à traiter du wagnérisme, des wagnériens et des antiwagnériens en France et ailleurs.

8Les dernières séances du séminaire ont été consacrées aux démentis qu’apporte aux illusions du progrès cette contradictoire et triste fin de siècle : outre une expansion coloniale que jalonnent génocides et massacres – la « colonne infernale » de Voulet-Chanoine en Afrique française, par exemple – les vagues de pogroms qui submergent la Russie et le recours, dans l’affaire Beilis, à l’accusation de crime rituel. Quoique l’accusation y fût moins « archaïque », l’affaire Durand, en France, nous a également retenus.

9En marge du séminaire Robert Paris et Dominique Spengler ont traité de « La passion, tourment du philosophe », lors de la IXe Journée de psychiatrie légale, Hôpital Simone Veil, Eaubonne, le 28 janvier 2005.

10Robert Paris a présenté une communication, « Note di filologia gramsciana », dans le cadre de l’Istituto piemontese Antonio Gramsci de Turin, le 29 avril 2005.

Publication

  • « Utopía e ciencia en el imaginario socialista », Políticas de la Memoria (Buenos Aires), 5, Verano 2004-2005, p. 27-38.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Paris et Dominique Spengler, « Idéologies et formations sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 136-137.

Référence électronique

Robert Paris et Dominique Spengler, « Idéologies et formations sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17403

Haut de page

Auteurs

Robert Paris

Articles du même auteur

Dominique Spengler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals