Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire sociale et démographie

Démographie

Hervé Le Bras
p. 145-147

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Hervé Le Bras, directeur d’études

1. Entre l’universel et l’individuel : races, nations, populations

2. Lois de population et liberté du sujet

1Les séminaires ont suivi deux lignes en lien avec mon projet général de recherches sur les deux limites de la démographie, la frontière sémantique d’un côté et la frontière mathématique de l’autre. L’étude de la seconde frontière, mathématique, a débouché en février 2005 sur la publication d’un gros ouvrage de démographie formelle La démographie, chez Odile Jacob, dont plusieurs extensions et discussions ont nourri la seconde phase du séminaire. Au contraire, l’étude de la première frontière, sémantique, en est à ses débuts et même à ses balbutiements. Elle a nourri le séminaire du premier semestre et elle devrait donner dans une ou deux années un travail d’ensemble qui serait le symétrique de l’ouvrage mathématique.

2Au cours du premier semestre, la notion de « population » a été encadrée par celle de « peuple » et de « langue » dans l’idée d’une histoire générale de la notion de groupe humain se dégageant lentement des sociétés segmentaires telles que les a décrites Evans-Pritchard. Parmi les études développées durant le séminaire, on signalera la relecture d’Hérodote en prêtant attention aux termes grecs utilisés pour « peuple », « ethnique », « race », « population », « nation », « langue » dans les traductions Guillaume Budé et de La Pléiade et en tenant compte des remarques de Roland Étienne, archéologue à l’Université Paris-I, ancien directeur de l’École d’Athènes. Ensuite l’attention a été concentrée sur la montée en puissance de la notion de langue et de langue maternelle avec relecture des œuvres de Herder, Fichte, Humboldt, Schleiermacher. À cette époque, un renversement se produit entre langue et pensée. Alors que de Platon et Aristote à Port-Royal et aux Lumières, la langue est l’instrument de la pensée, la relation s’inverse progressivement. On a suivi aussi les ultimes étapes de ce mouvement avec Victor Klemperer et les cours d’Heidegger de l’entre-deux-guerres. Deux exposés importants ont été faits par deux auteurs d’ouvrage qui étalent parus ou en cours de parution, Raphaël Lagier sur « les races dans la philosophie de Kant » (PUF, 2005) et Carole Raynaud-Paligot sur l’utilisation de la nation de races par les fondateurs de la IIIe République.

3Au cours du second semestre, après avoir proposé une interprétation des axiomes qui sous-tendent les mesures et les modèles de la démographie (de la table de mortalité revue au sens de Kaplan-Meyer aux populations stables) en montrant comment les concepts ont émergé comme solution de contradictions ou d’impossibilités (par exemple pour relier la croissance démographique d’une population à la fécondité des couples). Les débats ont été nourris par des controverses extérieures importantes qui ont donné lieu à plusieurs exposés : débat sur le mortality tempo lancé par Bongaart et Feeney dans Population and development review et PNAS auquel j’ai opposé un cause removal model, ce qui a donné lieu à un séminaire au Population council (New York) coorganisé par la fondation Max Planck, à des conférences aux universités de Chicago et Wisconsin et à un volume en cours de publication chez Springer et s’est aussi manifesté par une réinterprétation des conséquences de la canicule et en particulier de la prétendue hausse spectaculaire de l’espérance de vie l’année suivante (2004) avec un exposé de Laurent Toubiana (Inserm). D’autres exposés plus concentrés ont discuté des paradoxes et limites du modèle démographique, notamment l’Impossibilité de classer les populations du monde selon leur fécondité ou les dérives exponentielles des projections à long terme du fait que leur découpage élimine les migrations d’autant plus qu’il est plus fin.

Publications

  • « Fibonacci », La Recherche, 379, 2004, p. 111.
  • Avec A. Debru, J. de Kervasdoué et E. Hirsch, « Approche sociale de la longévité », Santé-société, Paris, Fondation Roche, 2004, ρ 25-36.
  • « Vive l’OAO », La Recherche, 380, 2004, p. 96.
  • « 1+1 ? », La Recherche, 381, 2004, p. 95.
  • Avec A. Duhamel et P. Moreau-Defarges, L’Europe jusqu’où ?, Paris, Éd. de l’atelier, 2005, 120 p.
  • La Démographie, Paris, Odile Jacob, 2005, 464 p.
  • « Achille et l’espérance de vie », La Recherche, 381, 2005, p. 112.
  • « Pourcentages élastiques », La Recherche, 383, 2005, p. 95.
  • « Dangereuse totalité », La Recherche, 384, 2005, p. 96.
  • « Nos ancêtres les Gaulois », La Recherche, 385, 2005, 385, p. 96.
  • « Journée de l’homme », La Recherche, 386, 2005, p. 95
  • « La laïcité et la vie », La Recherche, 387, 2005, p. 95.
  • « Bureaucratiquement correct », La Recherche, 388, 2005, p. 112.
  • « Population, environnement, culture et développement », Passages, 142, 2005, p. 339-354.
  • « Évolution démographique de la population mondiale et besoins en eau », dans À la découverte de l’eau, Paris, Éd. du Palais de la découverte, 2005, p. 229-240.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 145-147.

Référence électronique

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17413

Haut de page

Auteur

Hervé Le Bras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals