Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 167-168

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Fondateurs, résistants, héros, pères de la nation : la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne

1Trois thèmes principaux ont été abordés au cours de l’année. On s’est d’abord I attaché aux figures de « prophètes » et de « messies » dans l’espace congolais (les deux Congo et l’Angola), une occasion de revenir sur l’historiographie des conversions dans le contexte de l’évangélisation et sur celle des messianismes et, en même temps, une opportunité de prendre en compte la prolifération actuelle des « nouvelles églises » et les pratiques mémorielles qu’elles suscitent, ainsi que l’articulation de ces « églises » avec les deux évangélisations qui ont marqué ces régions, la première, du XVIe au XVIIIe siècle, liée à la traite des esclaves, la seconde, aux XIXe et XXe siècles, associée au processus de colonisation. Ces réflexions ne se sont pas arrêtées aux seules figures reconnues comme prophétiques (Kimpa Vita, Simon Kimbangu ou André Matsoua) : elles ont porté aussi sur les figures multiples, comme celle de Fulbert Youlou, prêtre catholique, politicien, vénéré comme un grand ancêtre après sa mort, et sur celles de personnalités politiques ou artistiques investies par la piété populaire.

2Plusieurs séances ont été consacrées à la singularité du Cameroun contemporain (des années 1880 à nos jours) en Afrique centrale : une triple colonisation (allemande, britannique et française) ; une décolonisation violente, appuyée sur une lutte armée et sur une longue répression, l’une et l’autre durablement occultées ; une société politique traversée par des clivages multiples, portant notamment sur des enjeux de mémoire. La figure centrale ici est celle de Ruben Um Nyobe, fondateur et secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (UPC), tué dans le maquis en 1958, frappé d’ostracisme sous le régime d’Amadou Ahidjo (1960-1982), réintégré ensuite dans le discours national sans être officiellement réhabilité, alors que sa mémoire est restée constamment vive dans la conscience populaire.

3Troisième thème de nos réflexions, la figure de Félix Houphouët-Boigny obéit à des processus différents. Ce pilier de l’historiographie de la Côte d’Ivoire coloniale et post-coloniale apparaît aujourd’hui, dans le cadre de la guerre civile ivoirienne, comme un objet de témoignages et d’interrogations contradictoires, à la fois politiques et historiques. Au-delà des mythes, dont le répertoire exhaustif reste à établir, il s’agit de construire une histoire du personnage dans le cadre d’une histoire « nationale » dont les ressources et les difficultés ont été analysées.

4Ont participé à ces travaux les enseignants invités, Daniel Abwa (Université de Yaoundé 2), Pierre Kipré (École normale supérieure d’Abidjan), Martin Kalulambi (Université nationale de Colombie, Bogota), ainsi que des chercheurs associés aux recherches du Centre d’études africaines, Isidore Ndaywel è Nziem (Université de Kinshasa) et Sylvia Serbin (historienne, journaliste).

Publications

  • « Les régimes politiques africains et La Baule », dans « La Baule ! Et puis après ? », n° sp. d’Afrique Annales, 8, 1er trimestre 2005, p. 44-54.
  • « Conflictualités et conflits africains : une radioscopie », dans Mondialisation, cultures et développement, sous la dir. de I. Ndaywel e Nziem et J. Kilanga Musinde, Paris, Masonneuve et Larose, 2005, p. 273-281.
  • « Le travail forcé, c’est de l’esclavage », L’Histoire, 302, p. 66-71.
  • « Quand les États africains contribuaient à la traite », Manière de voir, 82, août-septembre 2005, p. 32-35.
  • « Coopérer avec une université en crise ? Problématique et propositions », Bulletin de la Coopération et des relations internationales (Université de Kinshasa), 6, août 2005, p. 5-6.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 167-168.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17432

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals