Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire sociale des pratiques de l’écriture aux époques moderne et contemporaine

Jean Hébrard
p. 180-181

Texte intégral

Jean Hébrard, professeur associé

Histoire sociale et culturelle de la production et des producteurs des textes manuscrits (textes administratifs, textes juridiques, textes littéraires) aux XVIIIe et XIXe siècles

1Le premier trimestre a été consacré à un retour sur quelques-unes des textes majeurs qui, dans l’histoire culturelle des trente dernières années, ont proposé une articulation entre pratiques de la lecture et pratiques de l’écriture tant chez les professionnels (scribes, greffiers, notaires, comptables, professeurs, intellectuels) que chez les personnes ordinaires. On a particulièrement insisté sur la disjonction des deux compétences (l’écrire seulement appréhendé par Armando Petrucci dans l’Italie du premier XVIe siècle, le lire seulement par François Furet et Jacques Ozouf dans leur enquête sur l’alphabétisation des Français) et sur le moment où elles se rejoignent dans les pratiques d’alphabétisation professionnelle de l’Europe du Sud puis dans les pratiques d’alphabétisation charitable plus tardives de l’Europe catholique des XVIIe et XVIIIe siècle.

2Pendant le second trimestre, le séminaire a été connecté avec celui de Roger Chartier autour d’un thème commun : qu’est-ce qu’écrire ? Pour ma part, j’ai d’abord tenté d’éclairer la manière dont se transmettent les normes et les modèles d’écritures dans les différentes institutions vouées à la formation des scribes (chancelleries, corporations, congrégations, collèges, administrations). J’ai ensuite souhaité analyser quelques-uns des genres scripturaires les plus utilisés (correspondance, journal, récits de vie, autobiographie) pour mesurer la distance qui se creuse entre les modèles transmis et les pratiques ordinaires ou lettrées de l’écriture. Pierre-Antoine Fabre (avec le journal d’Ignace de Loyola), Myriam Cottias (avec la fausse autobiographie de Mayotte Capécia), Rebecca Scott (avec les échanges épistoliers des négociants de l’espace atlantique au XIXe siècle) m’ont aidé à prolonger la réflexion.

3Au troisième trimestre, profitant de la présence en qualité de professeur invité de Joâo J. Reis (UFBa), un nouveau cycle a permis de travailler sur les écrits séditieux répandus dans Salvador de Bahia à l’occasion des grandes crises qui secouent la ville à la fin du XVIIIe siècle (« Révolte des tailleurs » de 1798), lors des premières révoltes d’esclaves (celle avortée de 1802) et lors de la grande révolte de 1835 (« Révolte des Malês »). Il s’agissait de comprendre comment l’écriture et le livre se diffusent dans des segments socialement contrastés d’une société fortement marquée par l’analphabétisme et qui pourtant entretient une importante activité de production textuelle par le biais d’un système de délégation impliquant les milieux les plus populaires (libertos ou même esclaves).

Publications

  • « La formation scolaire du lecteur dans la France moderne et contemporaine », Nouveaux regards sur la lecture, Observatoire national de la lecture, Paris, CNDP, Savoir Livre et Hachette Livre, 2004, p. 113-142.
  • « Peut-on faire une histoire des pratiques populaires de lecture à l’époque moderne ? Les “nouveaux lecteurs” revisités », dans Histoires de lecture XIXe-XXe siècles, J.-Y. Mollier, Société d’histoire de la lecture (« Matériaux pour une histoire de la lecture et de ses institutions »), 17, 2005, p. 105-140.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Hébrard, « Histoire sociale des pratiques de l’écriture aux époques moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 180-181.

Référence électronique

Jean Hébrard, « Histoire sociale des pratiques de l’écriture aux époques moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17444

Haut de page

Auteur

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals