Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux
p. 183-186

Texte intégral

Pierre-Étienne Will, directeur d’études

Narrations de cas judiciaires à la fin de l’époque impériale (suite)

1Comme nous l’avions souligné l’an passé, les divers types de comptes rendus d’affaires criminelles ou de simples conflits « civils » recueillis dans les anthologies publiées à l’intention des administrateurs sont une source inépuisable d’informations sur la façon dont les Chinois ordinaires percevaient et vivaient les conflits de la vie réelle, loin des discours normatifs ou moralisants de la littérature « correcte » produite par les lettrés.

2Les cas analysés cette année ont été choisis en fonction des intérêts respectifs de trois de nos doctorants. Sic-wah Yip a présenté une affaire riche de détails intéressants, extraite du Fanshan gongdu de Fan Zengxiang (1846-1931). Sous-préfet à Weinan (Shaanxi) en 1893, Fan doit résoudre le cas d’un jeune garçon qui a sauvagement tué un ouvrier agricole employé par sa famille sous prétexte qu’il lui avait fait des avances. Il s’avère au fil d’un rapport où les faits apparaissent peu à peu en réponse aux doutes exprimés par les autorités supérieures et à la faveur de nouveaux interrogatoires et d’enquêtes de voisinage, que l’ouvrier était l’amant de la mère du jeune homme et que celui-ci, s’étant attaqué à lui dans un accès de fureur après les avoir surpris in flagrante, a inventé cette histoire d’avances homosexuelles pour protéger sa famille, des paysans prospères soucieux de leur réputation. L’« intention homicide soudaine » (ou perte de contrôle) est une notion fréquente aux XVIIIe et XIXe siècles dans les jugements de ce type. Nous nous sommes référé là-dessus aux travaux de Thomas Buoye (Late Imperial China, 1995) et de Paola Paderni, notamment son essai Furori d’amore. Gelosia maschile e identita di genere nella Cina del XVIII secolo (Naples, 1999), qui évoque les impulsions homicides causées par la jalousie amoureuse. Juridiquement, l’important est que ce genre d’argument, qui semble avoir été assez facilement accepté, signifie l’absence de préméditation, donc des condamnations moins graves (e.g. la peine capitale exécutoire « après les assises d’automne », en d’autres termes ayant de fortes chances d’être commuée).

3Claude Chevaleyre a commenté une affaire datée de 1809, brièvement relatée dans l’autobiographie professionnelle de Gao Tingyao, le Huanyou jilüe (cf. notre compte rendu de 1998-1999), où l’on voit des membres d’une famille du Anhui se rendre jusqu’à Pékin pour contester le droit d’un certain Liu à acquérir contre contribution le titre d’étudiant impérial (jiansheng) sous prétexte que sa famille leur est asservie héréditairement (shipu), autrement dit que ce n’est pas une personne « libre » (liangmin). Gao et un collègue font accepter par le gouvernement le principe qu’en l’absence d’un certain nombre de critères (contrats d’asservissement volontaire des ancêtres dûment conservés, services effectivement rendus aux familles « maîtres », intermariage avec d’autres serfs), même les fermiers dont il est possible que leurs ancêtres se sont « vendus » des siècles plus tôt doivent être considérés comme « libres ». C’était le cas dans l’affaire en cause, et il semble que la démarche des présumés maîtres se soit expliquée par la jalousie provoquée par la réussite économique et sociale de leur « serf ».

4Pierre-Emmanuel Roux a présenté une affaire de condamnation de missionnaires et de convertis datant de 1748, pendant la période de proscription du christianisme, extraite d’un recueil de cas approuvés par la cour, le Cheng’an xubian (1755). Les archives des jésuites à Paris possèdent une copie de ce cas, établie à la fin du XIXe siècle en vue d’un dossier de béatification, et nous avons retrouvé l’ouvrage original au Japon. Ce long document est riche d’informations sur les activités des missionnaires dans la région du Jiangnan et sur les conflits qu’elles suscitaient parfois, débouchant sur des dénonciations et des exécutions ; il est intéressant à mettre en regard avec les récits des missionnaires sur la même affaire.

5Suivant une suggestion de Xiaohong Xiao-Planes (Paris-X), nous nous sommes tournés vers une source très différente pour y examiner la perception populaire du droit et de la justice : les « nouvelles » en langue vernaculaire (huaben) réunies dans plusieurs recueils fameux du début du XVIIe siècle. Les deux histoires extraites du Xingshi yan (Contes à donner en exemple au siècle) que nous avons étudiées parlent comme les sources judiciaires d’homicides, d’adultère et de conflits familiaux, mais par définition sur un ton plus divertissant. Nous avons cherché à confronter ce qu’on y trouve sur la loi et la procédure avec les provisions du Code des Ming concernant les mêmes types de crimes. (Notre séminaire du Collège de France était par ailleurs consacré aux codes des Ming et des Qing et à leurs commentaires.)

6Ces travaux ont été précédés par la lecture d’un texte qui n’évoque le droit et la justice que par la bande mais donne une bonne idée du contexte bureaucratique au tournant du XIXe siècle, le Lizhi jiyao (Éléments pour resserrer la discipline bureaucratique), datable d’avant 1809. Gao E (c. 1840-c. 1815), l’auteur de ce pamphlet très critique sur les procédures de recrutement et de sanction dans l’administration territoriale, est principalement connu pour l’attribution qui lui a été faite des quarante derniers chapitres du célèbre roman Le rêve du pavillon rouge ; mais c’était un fonctionnaire familier des milieux du gouvernement central, et le Lizhi jiyao a eu plusieurs éditions bilingues (mandchou-chinois) au XIXe siècle.

Publications

  • « Officiais and money in late imperial China : state finances, private expectations and the problem of corruption in a changing environment », dans Corrupt Histories, E. Kreike et W. Chester Jordan (éd.), Rochester, University of Rochester Press, 2004, p. 29-95.
  • « La distinction chez les mandarins », dans La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002), J. Bouveresse et D. Roche (éd.), Paris, Odile Jacob, 2004, p. 215-232.
  • « Ingénierie hydraulique et politique au Shaanxi à l’époque des seigneurs de la guerre et du Guomindang », Faguo Hanxue, 9, 2004, p. 268-328 (en chinois).

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale

7Le travail du séminaire a porté cette année sur la notion de gushi, « anciens modèles » ou « précédents ». Nous avons commencé par en préciser la nature à travers la lecture de différentes sources : mémoires au trône, « notes au fil du pinceau » (biji), anecdotes édifiantes destinées à l’éducation du prince héritier... Il en ressort que le domaine d’application des gushi, dont le contenu est souvent relatif à la vie de la cour, est pratiquement illimité. En première approximation, on a affaire à un type de référence historique qui règle les conduites de l’empereur et des agents publics ou légitime certaines procédures administratives. Plusieurs historiens contemporains se sont intéressés à l’usage des gushi et à leur rôle dans la vie politique. Robert Hartwell a ainsi souligné leur importance comme éléments constitutifs de l’« analogie historique », dans laquelle il voit l’un des principaux modes de l’action politique sous les Song. Xing Yitian, à travers les gushi des Han dont il a dressé un catalogue à partir des deux histoires officielles, a cherché à éclairer tant les principes qui assuraient une routine dans les bureaux que ceux qui permettaient de la faire évoluer ; il rappelle que les « précédents dynastiques » (guojia gushi) étaient, dès cette époque, une des trois références qui guidaient la pratique administrative, à côté des règlements écrits – édits (zhaoshu), codes et ordonnances (lüling), règles relatives à l’étiquette des cérémonies (yifa) – et des interprétations des Classiques (jingyi). Le même auteur note le souci de constituer des corpus de gushi à partir d’archives conservées tant dans les dépôts des capitales que dans les bureaux des administrations locales. Enfin, dans un bref article, Yan Xiaojun, propose, toujours à propos des Han, de voir dans les gushi une notion charnière qui a permis de passer d’une référence historique à l’élaboration d’une pensée juridique.

8Concernant le classement des gushi dans les bibliographies traditionnelles, si tous les auteurs sont unanimes à les rattacher au domaine de l’« histoire », Wang Yinglin (1223-1296) dans son encyclopédie Yuhai est apparemment le premier à regrouper les compilations de « précédents » des Han, des Jin, des Tang et même des Song avec les recueils de documents officiels (huiyao). Wang souligne également l’importance cruciale de la fin des années 1030 : c’est alors que la cour commence à se référer régulièrement aux « Règles familiales des ancêtres » (zuzong jiafa), phénomène qui, selon nous, a permis à l’empereur et à la nouvelle génération de fonctionnaires lettrés d’engager des réformes légitimées par l’histoire dynastique. Il nous a dès lors semblé important d’explorer plusieurs auteurs ayant mobilisé les gushi au cours des périodes de réformes sous les Song, soit pour soutenir celles-ci soit pour les combattre. Notre choix s’est porté en particulier sur un long mémoire au trône présenté par Fan Zuyu (1041-1098) au jeune Zhezong (règne 1085-1100), dont il fut le précepteur. La lecture de ce premier ensemble a fait apparaître une double préoccupation : les gushi traduisent toujours des représentations du « bon gouvernement », et produisent à ce titre des modèles réglementaires ; la sélection de ces anecdotes permet d’intégrer une partie de la mémoire dynastique à l’histoire de l’empire et de la mettre ainsi au service de l’institution impériale.

9Les mêmes traits se retrouvent sous les régimes postérieurs aux Song. L’étude de certains biji des Qing rédigés par des fonctionnaires proches de la cour, comme le Chibei outan de Wang Shizhen (1634-1711), a été esquissée et sera approfondie l’an prochain. On y retrouve un corpus de précédents (gushi) propres à la dynastie et dont il s’agit d’expliquer les origines, ainsi qu’une quantité d’anecdotes (également gushi) qui composent une tradition à l’usage de l’élite politique, un répertoire de faits remarquables ou curieux la concernant, un savoir réservé aux insiders (le folklore relatif aux examens en est un bon exemple). De tels recueils mettent en scène une classe qui se regarde elle-même et se légitime par ce savoir à usage interne, mais ils ont aussi un effet direct de légitimation dynastique dans la mesure où le sort de la classe dirigeante est directement lié à celui du régime qu’elle sert. C’est particulièrement en évidence lorsque ce régime se pose en rupture par rapport à son prédécesseur, et que le problème est de souligner son originalité et sa supériorité. Dans le cas des biji des Qing que nous avons examinés, tous dus à des auteurs chinois, l’effort est clair pour intégrer la dimension mandchoue au répertoire traditionnel des usages de la cour et du gouvernement, pour la mettre en valeur, et donc la légitimer.

10Trois collègues invités se sont exprimés devant le séminaire. Bao Weimin (Université du Zhejiang) a présenté un travail intitulé « The back side of formality : a historical analysis of agricultural encouragement system in Song China (960-1279) », dans lequel il examine l’impact réel des proclamations par lesquelles les magistrats étaient supposés guider la population rurale dans ses activités agricoles. Kenneth Pommeranz (Université de Californie, Irvine) a donné une conférence intitulée « Three texts on the pilgrimage to Taishan » : la lecture d’un conte populaire, d’un essai critique et du texte de référence élaboré par les folkloristes modernes sur les origines du culte à Bixia yuanjun permet de réexaminer les changements qui ont affecté la position de la déesse et l’histoire du culte du Taishan. Enfin, Emmanuel Poisson (Université Paris-VII) a présenté son livre Mandarins et subalternes au nord du Viet Nam : une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve et Larose, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 183-186.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17446

Haut de page

Auteurs

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals