Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XXe siècle)

Guillaume Carré
p. 201-203

Texte intégral

Guillaume Carré, maître de conférences

La monnaie des Tokugawa : le monnayage des métaux précieux

1Pays fabuleux des Wak-Wak décrit par Ibn Khordadbeh ou Cipangu légendaire de Marco Polo, les îles couvertes d’or à l’est de la Chine n’ont cessé de faire rêver le Moyen Âge. L’identification en Occident de cet eldorado oriental avec l’archipel japonais, à partir de la parution du Devisement du monde, reflète sans doute l’Importance prise dans l’Imaginaire chinois par la production de métaux précieux du Japon. Depuis la découverte de mines d’or en 749, l’archipel nippon exporte en effet ce métal, mais ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que l’exploitation de ces ressources va prendre son plein essor. Le séminaire s’est donc attaché à mettre en évidence les différents facteurs qui se conjuguent alors pour propulser le Japon à hauteur de sa légende.

2La révolution technologique procurée vers 1530 par l’Introduction depuis la Corée de nouveaux procédés de purification des métaux précieux (haifukihô : coupellation) est décisive, en permettant l’exploitation de nouveaux gisements. Mais la modification de l’environnement monétaire constitue également un facteur incitatif puissant : la crise de la monnaie de cuivre chinoise conduit en effet progressivement à l’imposition de l’argent comme instrument de paiement international en Asie orientale. Cette situation aboutit à une crise de confiance envers les sapèques chinoises à l’intérieur même de l’archipel japonais, comme le révèlent la multiplication des édits sur le tri des pièces ou l’évolution des trésors monétaires, et par conséquent à la montée en puissance d’autres moyens de paiement (riz et métaux précieux). Le contexte politique mouvementé du Japon de cette époque joue aussi son rôle : l’absence d’une autorité centrale régulatrice entretient le désordre monétaire, tandis qu’à la faveur des troubles prospèrent contrebandiers, pirates et commerçants au long cours, tous impliqués dans les jeux de l’échange régulier ou clandestin en Asie. L’étude des archives de la cour de Corée donne ainsi des indications précieuses sur le rôle joué par les « pirates japonais » (wakô, en fait plutôt des contrebandiers), dans l’importation des nouveaux procédés de fonte et dans l’expansion du commerce de l’argent. Bientôt, ce sont les Occidentaux qui à leur tour viendront s’approvisionner en argent au Japon pour financer leur commerce avec le reste de l’Asie. Ajoutons que le fractionnement politique de l’archipel, en multipliant les principautés dressées les unes contre les autres, incite les seigneurs de la guerre à accroître leurs ressources en protégeant l’exploitation minière et le commerce des métaux : l’accumulation de trésors devient alors un instrument essentiel de la puissance. La présence d’importants gisements aurifères dans des territoires de l’est du pays que va dominer la future dynastie shogunale des Tokugawa favorisera l’utilisation monétaire de l’or au Japon, situation originale dans une Asie orientale dominée par l’argent : les seigneurs et shogun japonais iront même jusqu’à importer de l’or, par l’entremise de marchands occidentaux, pour alimenter leurs coffres.

3C’est aux conditions de l’extraction des métaux précieux que nous nous sommes intéressés par la suite, en utilisant en particulier les résultats des travaux et fouilles archéologiques effectués sur les gisements d’argent d’Iwami et les mines d’or de la province de Kai, ou encore le journal d’Umezu Masakage, préfet de la mine d’Innai au début du XVIIe siècle. Ces recherches mettent en évidence le rôle souvent primordial joué dans la mise en valeur des gisements par des entrepreneurs privés, mais choyés par les puissants : avec l’essor de la production se structure progressivement un milieu professionnel encore mal connu, dominé sur les lieux d’extraction par les exploitants miniers, tels les « maîtres de montagnes » (yamashi) de Kai, des producteurs d’or servant aussi à l’occasion comme ingénieurs militaires, ou, dans les grands centres commerciaux comme Kyôto, Sakai ou Hakata, par des maîtres-fondeurs qui émettent des monnaies privées en métaux précieux dans la seconde moitié du XVIe siècle. Leurs compétences professionnelles seront mises à profit après l’unification du pays pour une mise en valeur systématique des richesses en métaux de l’archipel (le Japon devient vraisemblablement dans la première moitié du XVIIe siècle le principal fournisseur mondial d’argent avec le Pérou), mais aussi pour la reconstruction par le shogunat d’un nouveau système monétaire officiel basé sur l’or et l’argent. La production de la monnaie shogunale gardera d’ailleurs la marque de cette activité de fondeurs privés jusqu’aux réformes de la fin du XVIIe siècle. Mais si l’histoire de la production monétaire et celle des mines, malgré d’importantes lacunes, se laissent encore cerner, il nous manque beaucoup d’éléments concernant l’émergence de la profession de changeur, si florissante au XVIIe siècle. La question du passage entre les prêteurs du Moyen-Âge qui maniaient la monnaie de cuivre, et ces spécialistes du change entre l’or et l’argent opérant en leurs lieux et place au début de la période prémoderne, reste donc encore à éclaircir.

Publications

  • « Quelques réflexions sur la fiduciarité des monnaies métalliques à l’époque d’Edo », dans Japon pluriel 5, actes du 5e colloque de la Société française des études japonaises, Arles, Philippe Picquier, 2004, 11 p.
  • « Yaku no shûen. Kanazawa ginza to shohô o-dozô no jûgyôin ni tsuite » (« Aux marges du service : les employés de la Guilde de l’argent et du Magasin général à Kanazawa »), dans Higashi Ajia kinsei toshi ni okeru shakaiteki ketsugô (« Sociabilités des villes prémodernes d’Asie orientale »), sous la dir. de T. Linoue et T. Tsukada, Ôsaka, Seibundô, 2005, 31 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 201-203.

Référence électronique

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17453

Haut de page

Auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals