Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la France moderne

André Burguière et Ran Halevi
p. 215-216

Texte intégral

André Burguière, directeur d’études
Ran Halévi, directeur de recherches au CNRS

La fabrique de l’individu, de l’Ancien Régime à la Révolution française

1Poursuivant notre relecture de l’Ancien Régime en prenant comme hypothèse de départ les propositions de Tocqueville sur le rôle de l’État monarchique tel qu’il s’est construit en France entre le XVIe et le XVIIIe siècle, dans l’orientation particulière prise par la société française, nous nous sommes intéressés cette année à l’invention de l’Individu ; c’est-à-dire au parcours historique dans lequel les acteurs sociaux ont été conduits à se penser en fonction de leurs déterminations individuelles et à valoriser leur individualité. Ran Halévi a rappelé les hypothèses de Tocqueville sur le processus de désaffiliation par lequel la monarchie, en vidant de leur substance les réseaux et les pouvoirs locaux, a Installé un mode de rattachement des individus à un cadre abstrait, lointain qui leur inspirait à la fois un sentiment de similitude, d’anomie et un désir inextinguible d’égalité.

2André Burguière a souhaité prolonger le modèle d’individualisation de Tocqueville par celui que propose Norbert Elias en soulignant ce qui rapproche ces deux penseurs qui ont été l’un et l’autre redécouverts tardivement par les historiens. Ils décrivent chacun une dynamique sociale, l’essor démocratique pour le premier, le processus de civilisation pour le second, qu’ils perçoivent comme une conquête, une émancipation mais aussi comme une déperdition. Leur inspiration est sociologique mais aussi historique. Les institutions pour Tocqueville comme les configurations sociales pour Elias sont par nature instables et s’expliquent par leur histoire. Ils attribuent enfin à l’État un rôle moteur dans la fabrication du système social.

3C’est en articulant la psychogenèse de l’individu à la sociogenèse de l’État que la pensée d’Elias concerne directement notre sujet. La société de cour dans laquelle le souverain fait évoluer une noblesse désarmée, oblige l’individu à observer un code de civilité où l’autodiscipline du corps, la dissimulation de ses émotions et l’anticipation des réactions d’autrui remplacent les attitudes spontanées et l’exhibition de la force nue. L’intériorisation des nouvelles normes donne à l’individu le sentiment de garder en retrait une partie de lui-même, un moi caché dépositaire de sa vérité et de son identité. L’individu est construit par la société ou plutôt par l’autocontrainte que la centralisation monarchique impose aux manières d’être.

4Pour André Burguière, Norbert Elias a sous-estimé le rôle des réformes religieuses, parallèle mais distinct de celui de l’État, dans le processus de civilisation. L’encadrement moral qu’elles ont Imposé à la vie conjugale, en enfermant les déterminations du couple dans le secret de l’intimité, a renforcé l’individualisation de ses choix affectifs et sexuels. Elias a peut-être également surestimé les aspects répressifs des nouvelles normes de civilité. Alain Pons, intervenant dans le séminaire, a rappelé que le modèle de sociabilité dans lequel s’inscrit Le courtisan de Balthasar Castiglione, traité séminal du nouvel idéal de civilité, n’est pas le cadre hiérarchique de la cour dominé par la toute puissance du prince, mais une réunion d’amis, à l’écart de la cour, qui cultivent l’esprit d’égalité et de liberté de la conversation.

5La civilité a-t-elle été un instrument d’affranchissement ou de domestication de l’individu ? C’est à la lumière de cette question que Ran Halévi a voulu relire les Lettres persanes et L’esprit des lois et souligner la modernité morale de Manon Lescaut. André Burguière a suivi de son côté le cheminement d’une philosophie de l’individu dans la culture aristocratique avec la notion d’amour-propre chez les moralistes du grand siècle et dans la culture populaire avec les témoignages autobiographiques du XVIIIe siècle.

Publications

André Burguière

6Voir le compte rendu d’enseignement du séminaire « Introduction à l’anthropologie historique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 215-216.

Référence électronique

André Burguière et Ran Halevi, « Histoire de la France moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17462

Haut de page

Auteurs

André Burguière

Articles du même auteur

Ran Halevi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals