Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin
p. 226-227

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études avec Jacques Bottin, directeur de recherche au CNRS

1Le séminaire a été consacré, dans la continuité des précédents, à la constitution et à l’évolution de l’espace commercial et industriel de l’Europe du Nord-Ouest, de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne. L’enquête a porté cette année sur les produits du commerce international, dont certains, les poissons, les céréales et le papier ont fait l’objet de séances spécifiques, tandis que le vin et les produits textiles, déjà étudiés précédemment, gardaient une place centrale dans les exposés. Comme les années précédentes, le questionnement sur les sources d’une histoire des marchés européens était à l’origine de la plupart des analyses. Les documents douaniers anglais, les sources d’entreprises italiennes ou les manuels de comptabilité flamands ont ainsi fourni la matière d’études de cas fécondes. Une séance particulière a été consacrée aux produits du commerce portugais, présentés par A. Melo (Université de Minho). La confrontation des divers exemples présentés permet d’avancer quelques conclusions qui permettront de prolonger la recherche. Un premier acquis est l’importance d’une définition rigoureuse des objets évoqués, qui tienne compte à la fois de leur mode de production et de leur identification de la part des acteurs du marché. L’utilisation par le chercheur de catégories de produits ou de secteurs de production contemporains constitue de ce point de vue un risque constant d’anachronisme. C’est ainsi que sous le nom familier de « poisson » se dissimulent des personnages historiques fort différents, comme le hareng ou la morue, par exemple, dont les marchés ne s’organisent pas de la même manière selon qu’on a affaire à des produits frais, salés ou fumés. Les techniques de conservation et de conditionnement des poissons jouent donc un rôle important dans l’organisation des marchés internationaux. Une présentation des techniques anciennes de fabrication du papier par M. Zerdoun (CNRS-IRHT) a fourni la matière d’un débat sur la présentation des produits et, en particulier, sur la fonction des filigranes (ainsi que sur leur utilisation pour une étude des réseaux commerciaux). Les sources présentées ont confirmé par ailleurs qu’on ne peut traiter Isolément un produit ou une gamme de produits : les conditions de la production, de la collecte, du transport ou de l’échange, évoquent d’autres produits, d’autres acteurs, d’autres marchés sans lesquels aucune étude monographique n’est possible. On ne saurait, par exemple, étudier le commerce du poisson sans parler de celui du sel et la circulation des sels de l’Atlantique ne se comprend pas si on ne la place pas à côté de celle des vins d’Aquitaine ou de la péninsule Ibérique. Plusieurs séances consacrées au cas particulier du commerce des grains ont permis de rentrer dans la complexité des organisations et des évolutions. Le rôle des crises de subsistance dans la mise en place de circuits internationaux est apparu particulièrement décisif, en particulier depuis la famine nord-européenne des années 1315-1317 jusqu’aux disettes de la fin du XVIe siècle. L’étude des systèmes de contrats et des pratiques commerciales liés à un marché hautement spéculatif et politiquement risqué a permis de montrer comment la croissance de ce secteur très spécifique du commerce européen ne se comprend que dans la perspective d’une intégration progressive des marchés régionaux et internationaux favorisée par l’apparition d’acteurs négociants de grande envergure. Le commentaire de l’inscription comptable d’une série d’opérations menées sur le marché du blé entre Europe du Nord et Méditerranée à la fin du XVIe siècle a donné l’illustration de la complexité et de l’ampleur des transactions qui peuvent accompagner le déplacement d’une cargaison de céréales.

Publications

  • « Dynamiques et réseaux de l’église régulière dans l’Ouest de la France (fin XIe-XIIe siècles) », dans Robert d’Arbrissel et la vie régulière dans l’Ouest de la France, J. Dalarun (éd.), Turnhout (« Disciplina Monastica », 1), 2004, p. 57-70.
  • « Bourgs, marchés et seigneuries. Remarques sur l’organisation spatiale de la production dans les campagnes normandes (XIIe-XIVe siècles) », dans À l’approche d’une autre ruralité. Campagnes et travail non agricole du bas Moyen Âge à 1914, J.-M. Yante (éd.), Bruxelles (« Archives et Bibliothèques de Belgique », 72), 2004, p. 21-39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 226-227.

Référence électronique

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17468

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jacques Bottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals