Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles

Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc
p. 235-238

Texte intégral

Patrick Fridenson, directeur d’études

Consommation, marché, régulation (suite et fin)

1La troisième et dernière année de ce séminaire a été consacrée, d’une part, à des enquêtes sur des points jusque-là non encore abordés et, d’autre part, à un élargissement des perspectives.

2Dans un premier temps le séminaire a étudié les multiples changements des relations entre consommation et politique dans les années 1950-1970 en prenant trois cas emblématiques. Le directeur d’études, en s’appuyant sur les livres récents des historiennes Meg Jacobs et Liz Cohen, a analysé les débats nouveaux qui se sont fait jour aux États-Unis dans cette période et la combinaison entre poussée de la consommation, forte activité des associations et encadrement par les pouvoirs publics à tous les niveaux qui s’est réalisée dans cette période. Alain Chatriot a présenté ses travaux sur le renouveau à l’échelle nationale des associations de consommateurs en France et les réponses que l’État leur a apportées, notamment en termes de création d’institutions. Odile Join-Lambert et Yves Lochard (Institut de recherches économiques et sociales) ont, au contraire, pris pour cible l’échelle locale. Ils ont montré comment l’activité d’une association parisienne de quartier, l’ADA 13, a pu être à l’origine d’une nouvelle dimension des politiques publiques de la consommation : le cadre de vie.

3Dans un deuxième temps, le séminaire a mis l’accent sur le rôle spécifique et jusqu’ici sous-étudié de la grande distribution en Europe dans l’évolution des pratiques et représentations des consommateurs. Heinrich Hartmann (Freie Universitàt Berlin) a montré à la fois la constitution du secteur des grands magasins dans l’Allemagne d’avant 1914 et la variété des stratégies et des structures choisies par les différentes firmes face à l’urbanisation concentrée de l’Allemagne. Florence Brachet s’est intéressée, elle, à un grand magasin français qui naît dans cette même période, les Galeries Lafayette. Ses dirigeants s’appuient sur leur double culture : alsacienne et juive pour se centrer sur la mode et obtenir des consommateurs la reconnaissance durable de leur activité. Cette partie du séminaire trouvera son prolongement en décembre 2005 dans un colloque international co-organisé avec l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS) sur les micromodes des années 1960.

4Dans un troisième temps, le séminaire s’est centré non pas seulement sur les producteurs ou les distributeurs, mais sur les clients, dont l’autonomie a été constatée par beaucoup de travaux de sciences sociales, mais rarement expliquée. Franck Cochoy (Université Toulouse-II) a montré comment la nouvelle sociologie économique parvient à repenser simultanément les clients, les entreprises et les marchés. Gilles Marion (EM Lyon) a décrit le développement de l’idéologie marketing depuis la dernière guerre et analysé comment certains consommateurs pouvaient en déjouer les pièges. Des historiens se sont attachés à diverses interventions des clients dans la naissance et les usages des produits mis sur le marché. Claire Lemercier (CNRS) a exposé les pratiques toujours plus élaborées de fraude et de contrefaçon chez les producteurs et les réponses qu’elles peuvent susciter, d’une part, chez les consommateurs et, d’autre part, chez les pouvoirs publics. Thierry Robin a expliqué comment une innovation de rupture telle que la voiture Matra-Renault Espace n’a pu finalement voir le jour que grâce à la place nouvelle d’une partie des familles par rapport aux enjeux de mobilité. Comme les deux années précédentes, le séminaire s’est aussi préoccupé des clients que sont les organisations. Hirofumi Ueda (maître de conférences associé) a montré par quel processus et à quelles conditions les clients que sont les constructeurs automobiles japonais sont parvenus à mettre fin à des rapports tendus et précaires avec leurs équipementiers. Ainsi peut-on cerner, à la manière d’Albert Hirschman, les possibilités d’un pouvoir des consommateurs et consommatrices face aux marchés et aux pouvoirs publics.

5Enfin le directeur d’études a tiré le bilan de ces trois années. Il reste à avancer sur la construction de la demande par les clients et le rejet ou la traduction de cette demande par les entreprises, sur la pertinence des dispositifs de gestion que les entreprises mettent en place dans cette perspective, sur le traitement différent qu’une entreprise accorde à divers clients pour un même produit ou service, sur la signification et la vie des marques, sur la place des Institutions de crédit, sur la renaissance perpétuelle des différenciations géographiques entre marchés, sur les croisements d’influences entre nations à l’échelle du monde. Ou bien encore sur la construction et les apports des enquêtes de sciences sociales menées depuis le XIXe siècle à propos des pratiques de consommation. Mais les bases ont été réunies ici et ailleurs pour passer d’une histoire de la consommation à une histoire des pratiques des consommateurs eux-mêmes en restant attentif à la présence des stéréotypes sociaux et à l’affleurement de dimensions intimes et d’émotions qui sous-tend le rapport entre objet technique et culture. Une telle histoire des consommateurs individuels, familiaux et collectifs aboutira sans doute à accorder une place croissante au client, à la fois en amont de la définition des produits et des services et en aval, dans la variété des cycles de vie et des usages : de la négociation des univers techniques jusqu’à même la co-création des innovations.

6Les débats du séminaire ont grandement bénéficié des interventions stimulantes et constantes d’un doctorant, André Philippon, malheureusement décédé dans l’été 2005, dont nous tenons à saluer la mémoire et dont la curiosité intellectuelle restera un ferment et une inspiration pour nous tous.

Publications

  • « Business failure and the agenda of business history », Enterprise and society, décembre 2004, p. 562-582.
  • « L’expérience des tables rondes franco-allemandes d’histoire sociale », dans Europa denkt mehrsprachig. L’Europe pense en plusieurs langues, sous la dir. de F. Nies, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2004, p. 187-194.
  • « Postface », dans Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle, sous la dir. de A. Chatriot, M. Chessel, M. Hilton, Paris, La Découverte, 2004, p. 405-412.
  • « L’univers incertain des entreprises », dans Travailler avec Bourdieu, sous la dir. de P. Encrevé et R.-M. Lagrave, 2e éd., Paris, Flammarion, 2005, p. 163-173.
  • « Les reformulations de l’Identité de Renault depuis 1975 », Les Cahiers pour l’histoire de l’épargne, février 2005, p. 35-43.
  • « De nouveaux horizons pour l’ΙΗΑ », Cahiers d’histoire de l’aluminium, printemps 2005, p. 9-18.
  • « Introduction », dans Les permanents patronaux : éléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, sous la dir. de O. Dard et G. Richard, Metz, Centre de recherche Histoire et civilisation de l’Université de Metz, 2005, p. 5-23.
  • « The impact of the first world war on French workers », dans The upheaval of war : family, work and welfare in Europe, 1914-1918, R. Wall et J. Winter (éd.), 2e éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 235-248.
  • « Toujours avec Madeleine Rebérioux », Le Mouvement social, juillet-septembre 2005, p. 3-4.
  • « La différence des entreprises japonaises », dans La dynamique du Japon, sous la dir. de J.-F. Sabouret, Paris, Éditions Saint-Simon, 2005, p. 321-331.

Patrick Fridenson, directeur d’études avec Olivier Bomsel, professeur à l’École des mines et Gilles Le Blanc, maître de recherche à l’École des mines

Histoire et économie de la numérisation (suite)

7Cette seconde et dernière année de ce séminaire mensuel (dont les travaux ont été relayés sur le site Internet du CERNA) a été consacrée à comprendre comment et pourquoi la numérisation a suivi un processus de déploiement dans l’économie, la société et la culture. Il a été constaté par le séminaire que cette caractéristique est d’abord liée au caractère ouvert des innovations numériques et de leur logique d’adoption. Le séminaire a relevé à cet égard une différence essentielle par rapport aux réseaux traditionnels de chemins de fer, de télécommunications ou de consommateurs : les réseaux numériques viennent se superposer à d’autres, parfois qualifiés d’historiques, qui sont issus de séquences industrielles antérieures. Une autre différence est que les possibilités immenses de communication apportées par le numérique font apparaître des externalités qui jouent un rôle central dans l’adoption des technologies associées.

8Dans ces conditions, le séminaire s’est efforcé de mettre en perspective les logiques d’adoption et de pérennisation de divers champs d’innovations numériques. Michel Volle a fait un tour d’horizon des modalités de diffusion des technologies informatiques en les liant à l’accroissement des services disponibles, au rôle d’entraînement des usages civils et militaires et à la négociation des règles en vigueur. Gilles Le Blanc a analysé les perspectives ouvertes au cinéma par la numérisation. Patrick Fridenson a présenté la jeune histoire du moteur de recherche Google et la stratégie dans laquelle entre le projet de bibliothèque virtuelle. Johan Hufnagel a étudié la montée de la presse en ligne, notamment à partir de l’évolution des contenus, des techniques et des résultats de libération.fr. Laurent Fiscal a tenté une histoire de la musique en ligne, en montrant les modèles économiques alternatifs qui s’affrontent. Olivier Bomsel a mis en valeur l’importance des effets de réseau. En effet, l’originalité des innovations numériques est que leur utilité est très souvent fonction du nombre d’utilisateurs : c’est le cas d’Internet, des moteurs de recherche, des téléphones portables, des moyens de paiement électronique, mais aussi de la télévision, du DVD, et, plus généralement, des applications numériques de distribution de contenus. Ces logiques de réseau imposent aux entreprises de conquérir le plus rapidement possible, notamment par des subventions habilement choisies et créatrices d’irréversibilités, une masse critique d’utilisateurs et d’utilisatrices. De là des transferts, des subventions, mais aussi des surprofits, des rentes, des contournements de propriété... Dans cet ordre d’idées, tous les Intervenants ont insisté sur les contenus numérisés, sur les droits respectivement détenus par leurs créateurs et par leurs distributeurs ou éditeurs.

9Le séminaire a souligné que la diffusion des innovations numériques s’appuie aussi sur des représentations et des mécanismes économiques inédits. La notion de gratuité, contemporaine de l’émergence d’Internet, en est à ce jour l’exemple le plus abouti. La question sur laquelle le séminaire s’est interrogé est de savoir ce qui dans la gratuité ainsi promue relève d’une disparition effective de certains coûts et ce qui, à l’inverse, relève de la mise en place de transferts ou de subventions croisées. Dans quels buts, au bénéfice de qui, au prix de quels effets ?

10Au terme de ces deux années de séminaire associant économie et histoire, École des mines et EHESS, praticiens du secteur privé comme du secteur public et chercheurs, le numérique apparaît comme un Cheval de Troie. Il pénètre et se diffuse d’abord comme un bienfait. Puis il déploie rapidement ses effets de réseau. Pourtant un bienfait n’est jamais innocent ; il se conçoit, s’apprécie, se discute, suscite des choix de représentation, s’accepte ou se refuse.

11Cette thématique centrant le déploiement du numérique sur le bienfait et son dilemme sera au centre de la publication Issue de ce séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 235-238.

Référence électronique

Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17474

Haut de page

Auteurs

Patrick Fridenson

Articles du même auteur

Olivier Bomsel

Articles du même auteur

Gilles Le Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals