Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage
p. 245-246

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1L’historiographie des migrations se renouvelle grâce aux thèmes nouveaux mais aussi grâce aux concepts anciens repensés. L’assimilation, par exemple, opère un certain renouveau dans l’historiographie après un long déclin face aux tenants du « tout ethnique ». Les auteurs américains, tels David Hollinger, Richard Alba et Victor Nee, ou néerlandais (Leo Lucassen) se rapprochent de l’interprétation « républicaine » de l’immigration en France. Réinterpréter l’École de Chicago en assouplissant la définition même de « l’assimilation » n’implique pas forcément une « fin de l’histoire » ou une fin de l’interprétation. Nous avons cherché à voir comment ces nouvelles approches peuvent être problématisées à leur tour, dans une histoire longue des concepts. L’assimilation en particulier doit être pensée en termes d’une double temporalité : celle des migrants/acteurs et celle des chercheurs.

2Deux nouveaux livres – Comparison and history : Europe in cross-national perspective (sous la direction de Deborah Cohen et Maura O’Connor, 2004) et De la comparaison à l’histoire croisée (sous la direction de Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, 2004) – ont été l’occasion de revenir sur la pertinence d’une histoire « transnationale », « comparée », ou « croisée » en ce qui concerne l’histoire des migrations, la complémentarité des approches semblant la plus fructueuse. Grâce à la comparaison, notamment, l’histoire des migrations s’internationalise, inspiré des travaux de Dirk Hoerder, Patrick Manning ou, plus généralement, d’Akira Iriye. Elisa Rodriguez Ortiz a proposé une lecture critique des notions de mobilité, de culture et de classe chez les sociologues Alain Tarrus, Aihwa Ong, et Anne-Catherine Wagner, tandis que Leslie Page Moch (Michigan State University) a montré comment la construction des études migratoires selon ses différents niveaux (macro, micro) permet d’aller de l’examen détaillé d’un groupe dans un ou deux quartiers à celui, plus fréquent, de l’État, et à celui des mouvements au niveau global. Là aussi, la variété d’échelles semble le plus à même d’embrasser le phénomène migratoire. Colonisation et immigration, un thème, qui est devenu sujet d’actualité cette année, avait déjà été inscrit au programme avec un exposé de Chokri Ben Fradj (Université de Tunis) rappelant le discours colonisateur et sa réception parmi certaines couches de la population tunisienne, et un survol critique de l’historiographie américaine concernant le colonialisme français et les études postcoloniales présenté par Edward Berenson (New York University). Tout en nous mettant en garde contre une analyse trop centrée sur le seul discours, Berenson a suggéré comment le renouveau des études sur ces thèmes apporte des prémices pour une nouvelle histoire de l’immigration. Un petit groupe de travail au sein du séminaire a justement présenté ses recherches comparatives, engagées depuis un an, sur la polysémie du terme « colonie » et la façon dont il a été appliqué à diverses populations... dans les métropoles. Mais si ce langage importé des colonies d’ailleurs a pu décrire les groupes d’Immigrés « Ici », il semble être pour la plupart devenu désuet avec la décolonisation elle-même.

3Enfin, nous avons cherché à élargir nos sources, comme de la définition même de l’objet « migrant ». Deux films (l’un en cours de production par Frédérique Devillez ; l’autre présenté par le cinéaste Marco Gastine, Marseille : Profil grec), ont pu montrer d’autres façons de « voir » et comprendre le vécu et la mémoire du fait migratoire. Un retour sur les migrations estudiantines en France (en provenance de la Roumanie et de la Grèce, par Florea loncioaia, Université Cuza de lasi, et Nicolas Manitakis) et sur des ouvrages récents (Harvey Levenstein, Christopher Endy) sur les touristes américains en France a posé de nouveau la question du temps, et notamment de la durée, dans les flux populationnels, que nous retrouverons l’an prochain.

Publications

  • « Forms of Comparison », dans Comparison and history : Europe in cross-national perspective, sous la dir. de D. Cohen et M. O’Connor, New York, Routledge, 2004, p. 41-56.
  • « Ouvrir les frontières », entretien dans Sciences humaines, hors série, 46, « L’exception française : mythe ou réalité ? », septembre-novembre, 2004, p. 93-94.
  • « Avant les jeans. La masculinisation de la mode féminine », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 17, 2004, p. 75-78.
  • « The Politics of Exit : Reversing the Immigration Paradigm, » Journal of modern history, 77, 2, juin 2005, p. 263-289.
  • « De la ville industrielle et industrieuse à la ville commerçante et consommatrice ? », entretien dans Mouvements, 39/40, mai-septembre 2005, p. 25-30.

Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, maîtres de conférences

Femmes de sciences et monde contemporain

4Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 245-246.

Référence électronique

Nancy L. Green, Giovanna C. Cifoletti et Élisabeth Lage, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17481

Haut de page

Auteurs

Nancy L. Green

Articles du même auteur

Giovanna C. Cifoletti

Articles du même auteur

Élisabeth Lage

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals