Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel
p. 247-248

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études

Problèmes d’historiographie contemporaine.
1. L’histoire et les sciences sociales : penser par cas

1Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2004-2005.

2. Les usages politiques de l’histoire (avec Sabina Loriga, maître de conférences)

2Le séminaire s’est développé selon deux axes principaux. En premier lieu, nous avons poursuivi la réflexion engagée pendant les deux années précédentes sur les relations entre mémoire et histoire et ses transformations récentes. Deux aspects marquants caractérisent ces transformations. D’une part, le passé est devenu un moteur politique puissant et qui a acquis une visibilité remarquable. On le vérifie dans les conflits qui sont désormais menés au nom du passé – fut-ce d’un passé recomposé ad hoc – et qui sont souvent devenus explicites sur leurs motivations, mais aussi dans les politiques de réconciliation de la mémoire, dont le travail de la Commission Vérité et réconciliation dans l’Afrique du Sud d’après l’apartheid propose l’exemple le plus connu, mais non le seul : l’Argentine, le Chili, mais aussi la Suisse (cf. ci-dessous) en sont d’autres cas dans des conditions très différentes. On constate, d’autre part, une multiplication spectaculaire de mémoires biographiques ou locales, ce qu’on nomme d’un terme englobant mais significatif, Heimatgeschichte, produites depuis une trentaine d’années. Ce phénomène, très généralement attesté, a eu pour conséquences des altérations très profondes de modèle d’historiographies nationales jusque-là très fortement unifiées, en France en particulier. Le séminaire a bénéficié de la présentation d’études de cas liées à des travaux de recherches récents ou en cours d’achèvement : ainsi celle de Benito Bisso Schmidt (Université Fédérale du Rio Grande do Sul) sur les batailles de mémoires qui informent les narrations du coup d’État militaire au Brésil en 1964 ; ou l’exposé d’Alexandra Oeser (doctorante), sur la constitution et les tensions de la mémoire scolaire et de la mémoire familiale du national-socialisme en Allemagne aujourd’hui, à partir d’un travail de terrain mené parallèlement à l’Ouest et dans l’ancienne RDA.

3Dans ce même cadre, on a cherché à reformuler certains des problèmes liés au rôle politique des historiens. Nous l’avons fait, en particulier, à partir de la lecture du livre récemment traduit du médiéviste américain Patrick J. Geary, Quand les nations refont l’histoire ; l’invention des origines médiévales de l’Europe (Paris, Aubier, 2004), qui a été pour nous l’occasion de réfléchir sur l’engagement des historiens dans la définition et la légitimation des identités historiques nationales.

4Dans un second temps, nous nous sommes Interrogés sur l’impact de la production historienne sur la mémoire nationale. Quelques études de cas ont permis de montrer que, dans un certain nombre de situations, les historiens ne se sont pas bornés à légitimer les choix du pouvoir politique, situation classique, mais ont pu jouer un rôle d’anticipation, comme dans le cas de l’obsession prépolitique de l’historiographie allemande pour la Grèce, modèle de l’Allemagne à venir au XIXe siècle ; ou dans le cas de l’historiographie italienne, soucieuse d’italianiser les Étrusques. Dans cette perspective, nous avons à nouveau pu tirer parti de contributions extérieures. David Schreiber a analysé l’itinéraire d’Augustin Thierry (De l’histoire exemplaire à l’histoire « pour elle-même » ?). Jakob Tanner (Université de Zürich) a présenté et commenté l’expérience de la Commission Bergier, constituée en 1996 en vue de rendre compte de la politique monétaire et bancaire ainsi que du traitement des réfugiés, dans le contexte des relations entre la Suisse, les puissances de l’Axe et les Alliés avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

5Nous avons enfin pu bénéficier d’une conférence d’Esteban Buch sur « Canon musical et expérience esthétique », à l’occasion de laquelle il a abordé le problème des relations entre le pouvoir politique et la création musicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 247-248.

Référence électronique

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17482

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals