Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens

Maurice Aymard
p. 285-290

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études

1. Économie, société et culture du monde méditerranéen, XVIIIe-XXe siècles

1Le séminaire a été consacré cette année à la confrontation entre les interrogations majeures de la nouvelle histoire du monde méditerranéen telle qu’elle s’est définie au cours des deux dernières décennies et les réflexions récentes des historiens sur leurs méthodes de travail, et sur les formes et orientations à donner à leurs enquêtes, de façon à renouveler de l’intérieur leur discipline et à la rapprocher des autres sciences sociales.

2La multiplication des recherches portant sur la ville (qui avait été au centre du séminaire de l’année précédente), l’identité, les migrations (et de façon plus générale toutes les formes de mobilité des hommes, et de contact entre cultures), ou encore les frontières multiples qui structurent les territoires, témoigne d’un changement profond : il concerne le statut de la Méditerranée comme objet d’études, et la nature même des questions posées par les chercheurs à leurs terrains d’enquête et aux sources qu’ils s’emploient à découvrir, construire et mobiliser. Le déplacement de leurs intérêts du long XVIe siècle braudélien vers les XIXe et XXe siècles a permis aux historiens de renforcer leurs échanges non seulement avec les sociologues et les anthropologues, attentifs aux transformations des sociétés « traditionnelles » et à l’émergence de formes souvent complexes de « modernité », mais aussi avec les architectes et les urbanistes, attirés par les possibilités qu’offrent les villes méditerranéennes, à commencer par celles des rives méridionale et orientale, pour étudier la construction et la production même de la ville et de l’espace urbain. Plus que jamais, la Méditerranée constitue « l’autre », à la fois proche et différent mais toujours familier et de plus en plus présent, de l’Europe : un « autre » que l’on peut aisément interroger pour prendre ses distances sans trop s’éloigner pour autant, et qui peut apparaître tantôt comme un Inépuisable réservoir d’expériences originales et de solutions susceptibles d’être reprises et imitées, tantôt comme un « futur » de l’Europe du XXIe siècle.

3Mais le problème reste plus que jamais posé de la pertinence et de la cohérence de la Méditerranée comme objet d’études. Elle s’est imposée comme telle, on le sait, au terme (provisoire) d’un long travail de construction épistémologique, dont les historiens n’ont pas eu le monopole et n’ont sans doute pas été les initiateurs. Elle est en fait le produit d’un échange entre plusieurs disciplines (géographes, ethnologues, économistes, archéologues, mais aussi géologues, naturalistes, climatologues), que les historiens ont partagé pendant un demi-siècle, à partir de la fin de la décennie 1940, avec les anthropologues. Cette construction continue à poser aujourd’hui encore le double problème de son unité, et de la façon de l’étudier. Réconcilier unité et diversité, définir des méthodes qui permettent de jouer sur les différents registres du temps (événement et longue durée, changement et permanences), de l’espace (le local et l’ensemble du monde méditerranéen), des échelles d’analyse (la microhistoire et les « grands espaces »), des modes de vie des hommes (nomades et sédentaires, ruraux et citadins), et de la généralisation même des résultats (le cas et l’exemple, la comparaison) : autant de questions qui sont au centre de la démarche réflexive de l’histoire et des autres sciences sociales sur elles-mêmes, et qui, si elles ne sont pas propres au monde méditerranéen, s’y posent avec une acuité toute particulière, du fait même de la place qu’occupe, au cœur même de toute démarche scientifique le concernant, l’hypothèse de son unité. Une unité marquée par une ambiguïté de fond, puisqu’elle est le fruit d’une construction savante projetée sur la réalité, afin de lui conférer une dimension objective.

4À la lumière des travaux récents de P. Horden et N. Purcell (The corrupting sea), de J.-C. Passeron et J. Revel (Penser par cas), de J. Goody (L’Islam en Europe), de G. Blundo et J.-P. Olivier de Sardan (Pratiques de la description), de C. Bromberger et A. Morel (Limites floues, frontières vives), les différentes séances du séminaire ont cherché à réexaminer des questions aussi « classiques » que l’altérité et la construction des identités culturelles, les formes de la démonstration, les rapports entre histoire et sciences sociales, la comparaison et la généralisation. Cette réflexion se poursuivra en 2005-2006. Conférencier invité : Yvan Gastaut (Université de Nice).

2. Critique de l’économie historique : l’esclavage (2) (avec Jean-Yves Grenier et Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études et Alessandro Stanziani, chargé de recherche au CNRS)

5L’enquête ouverte l’an dernier sur l’esclavage avait souligné la nécessité d’une prise de distance à l’égard de la lecture courante qui privilégie encore aujourd’hui l’expérience de l’Europe moderne et du monde atlantique. Prolongeant dans cette voie, le séminaire de cette année a choisi de se concentrer sur l’étude de l’esclavage dans différentes aires culturelles afin de procéder à une réflexion comparative sur ce phénomène presque universel mais très diversifié dans ses manifestations tant sociales et économiques que juridiques.

6André Berelowitch (EPHE) a ainsi resitué l’esclavage russe dans la longue durée (XIe-XVIIIe siècles) en distinguant la façon dont a varié au cours du temps l’approvisionnement en esclaves – que la source en soit surtout interne (ce qui implique que soit possible leur reproduction et, en ce sens, il est significatif que les sources russes du XVe siècle soient les premières à permettre la constitution de généalogies d’esclaves) ou externe (ce qui renvoie à la possibilité que l’État a ou non de capturer des prisonniers) ; mais aussi en montrant, à l’inverse, en quoi les réformes de Pierre le Grand ont bouleversé un système qui privait l’État de soldats et de ressources fiscales.

7Un ensemble de séances a été consacré à l’Amérique latine, en s’appuyant en particulier sur deux dossiers récents consacrés à ces questions dans les Annales. Histoire, Sciences sociales et sur un exposé de Jean Hébrard. Plusieurs conclusions ont pu être tirées. D’abord, une partie de l’historiographie actuelle attribue un privilège excessif à une lecture politique de l’esclavage au détriment d’une prise en compte des conditions matérielles ou des rapports sociaux pour expliquer l’évolution de l’esclavage (voir en particulier Annales, 2-2003). La cause en est probablement une insuffisante distance prise par les historiens par rapport à des sources essentiellement écrites et administratives. Ensuite, le renouveau historiographique actuel se manifeste moins dans l’étude des réalités de l’esclavage que dans celle des modalités du retour à la liberté et des multiples formes de mémoire qu’elles suscitent (voir en particulier Annales, 3-2004). Enfin, le cas brésilien, objet aujourd’hui d’une intense recherche internationale présentée par Jean Hébrard, a permis de réfléchir sur les contextes juridiques de l’esclavage, d’autant plus intéressant que dès l’époque moderne des esclaves peuvent aller en justice. C’est un moyen de passer d’une histoire des textes à une histoire des personnes, plus précisément des esclaves qui s’expriment peu dans les sources écrites.

8La Chine est le troisième ensemble géographique à avoir retenu notre attention. Une séance a été consacrée à l’esclavage sous les Ming avec un exposé de Claude Chevalleyre (INALCO). Les historiens occidentaux ont tendance à sous-estimer la présence des esclaves dans la Chine ancienne. La période Ming a pourtant connu des soulèvements d’« esclaves » ou de « serviteurs » (années 1640) ce qui fait penser à un esclavage assez répandu. Il est cependant préférable de parler de servitude ou de formes de dépendance plutôt que d’esclavage car les statuts, mal précisés sur le plan juridique, sont très variés. Le Code des Ming de 1368 mélange ainsi dans la catégorie des « personnes viles » aussi bien les « esclaves » (nu-p’u et nu-pien) que les prostituées, les mendiants et les travailleurs salariés, c’est-à-dire l’ensemble des personnes dépendantes. Une seconde séance s’est intéressée, grâce à un exposé de Thi Minh-Hoang Ngo (Université Waseda), aux formes d’esclavage qui persistent dans les populations Yi du Sichuan et du Yunan entre 1940 et 1960. Les Yi, sixième minorité nationale chinoise (sept millions d’habitants), sont partagés entre les Yi blancs, réputés esclaves, et les Yi noirs, propriétaires d’esclaves. Les Yi blancs sont des populations capturées par les Yi noirs et qui sont esclaves génération après génération. Ici également, les statuts sont très complexes et l’on distingue parmi les Yi blancs une hiérarchie composée de quatre rangs selon le degré de liberté laissé par les maîtres.

9L’esclavage africain a été étudié à travers la manière dont il a été abordé par les historiens africains. Un exposé de Ibrahima Thioub (Université Diop, Sénégal) a montré que ceux-ci insistent surtout sur la traite transatlantique qu’ils voient comme un facteur crucial dans la dynamique historique africaine, expliquant en particulier le faible développement de l’économie de marché. Les études sont beaucoup moins nombreuses sur l’esclavage domestique, perçu comme plus humanisé. Le fait que la plupart de ces historiens soient d’origine aristocratique et issus des ethnies jadis esclavagistes Incite à réfléchir sur le rôle politique que peut tenir aujourd’hui le discours historique dans les pays africains.

10Enfin, la question souvent négligée de la traite musulmane a été réexaminée, et d’abord dans sa dimension juridique. En amont, Irene Schneider (Université de Göttingen) a analysé les formes d’entrée en esclavage au VIIe au au VIIIe siècle ainsi que les questions posées par le pluralisme juridique et par l’identification des personnes. En aval, William G. Clarence-Smith (SOAS, Université de Londres) a traité des modalités de l’abolition (en Asie du Sud-Est mais aussi en Inde, en Égypte et dans le Maghreb) prises comme révélateur de la diversité des formes de l’esclavage en pays d’islam.

11Deux aspects doivent être soulignés en conclusion de ces deux années consacrées à l’esclavage. 1) Le premier concerne la distinction entre le statut et la condition. L’approche comparative suggère qu’il s’agit d’une grille de lecture utile. Derrière la diversité des termes utilisés, il est en effet possible de définir un statut d’esclave dont la portée est assez générale même si elle n’est pas universelle et si, au sein d’une même société, les distinctions statutaires ne sont pas toujours aussi tranchées qu’on s’y attendrait. À l’Inverse, les conditions sont extrêmement variées et rares sont les sociétés où les cadres juridiques empêchent une telle diversité. 2) Une façon de dépasser cette difficulté à définir l’esclavage pourrait être de recourir aux perceptions des contemporains qui, plutôt que la dichotomie esclave/non-esclave, préfèrent mobiliser la notion de dépendance et situer sur cette échelle hiérarchique les multiples couples statut/condition auxquels l’esclavage donne lieu.

3. Les nouveaux États méditerranéens (avec Georges B. Dertilis, directeur d’études et Gilles Pécout, professeur à l’ENS)

12Le séminaire a poursuivi l’étude comparée de la formation des nouveaux États méditerranéens à partir de deux approches complémentaires. D’un côté, Italie unifiée et Grèce indépendante ont continué à servir de pôles d’observation privilégiés. De l’autre, un effort a été fait pour élargir le champ de l’observation dans une double direction, temporelle (pour Inclure les années de la Révolution et de l’Empire, avec les exposés de M. Aymard sur une plus longue durée de l’histoire sicilienne, avant comme après l’Unité, et de John Davis, de l’Université du Connecticut, sur le gouvernement par Murat du Royaume de Naples) et surtout spatiale, avec l’Intervention d’Annick Lempérière (Paris-I) sur les origines de l’État en Amérique hispanique, et quatre exposés sur l’Empire ottoman et la Turquie : respectivement par Marc Aymes (Aix-en-Provence) sur « les fonctionnaires et la vie des élites d’une province de l’Empire, Chypre », d’Olivier Boucquet sur « les pachas du sultan, des Tanzimat à Abdul Hamid », de H. Islamoglu (Université du Bosphore), « Penser la modernisation de l’État ottoman au XIXe siècle », et de M. Anastassiadou-Dumont sur « L’État turc face à la question des minorités : le cas des Grecs d’Istanbul. Aux trois exposés concernant la Grèce indépendante, par G. Dertilis, « L’État grec. Construction ex nihilo, légitimation et consolidation, 1830-1940 », de Marilise Mitsou (Munich), « De l’État-nain à l’Empire grec : visions politiques au lendemain de la révolution grecque », et St. Pesmazoglou, « Aspects du fondement mythologique de l’État grec moderne » a répondu, pour l’Italie, l’intervention de G. Pécout, « État nouveau et sécularisation dans l’Italie post-unitaire ».

13Cet élargissement a permis de mettre en évidence que si la « modernisation », selon des modèles de référence empruntés à l’Europe occidentale, est un maître mot des nouveaux États, ceux-ci n’en ont pas eu le monopole. J. Murat à Naples, prolongeant et systématisant des réformes amorcées avant lui, sous le signe des Lumières, par ses prédécesseurs Bourbons, ou les mêmes Bourbons en Sicile tant sous l’occupation anglaise qu’après la Restauration, en constituent de bons exemples, tout comme les efforts tentés à partir des Tanzimat par l’État ottoman, tant au niveau central que dans les provinces, au cas par cas, à travers l’action de ses gouverneurs locaux. Le nouvel État turc en revanche va consacrer tous ses efforts à remettre en cause, au nom de la définition unitaire qu’il mettait en avant, les droits des différentes minorités ethniques et religieuses reconnus et garantis depuis la fin des années 1830 dans le cadre des millet. Sur un autre plan, l’État unitaire italien hérite des expériences accumulées sur tous les plans (administration, armée, réformes économiques, droits de propriété, travaux publics, etc.) de l’expérience acquise antérieurement par les élites locales dans les différents États qui l’ont précédé : seule une étude fine des institutions, des réglementations et des hommes permettrait de préciser les formes prises par ces continuités. Du côté grec, même si le nouveau royaume de Grèce est couramment présenté comme une création ex nihilo, il s’inscrit lui aussi dans un faisceau de continuités, et rassemble autour de lui un ensemble de réseaux sociaux antérieurs, et des institutions comme l’Église qui étaient loin de l’avoir toujours soutenu pendant la guerre d’indépendance.

14Tous ces États partagent, durant la période envisagée ici un fort besoin de légitimation qui les conduit à tenter de rationaliser leurs administrations, à mobiliser autour d’eux un maximum de fidélités politiques, économiques, sociales et intellectuelles, et à multiplier les discours visant à assurer leur légitimation auprès de l’opinion.

15Le séminaire se poursuivra en 2005-2006 avec Yannis Tsiomis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 285-290.

Référence électronique

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17507

Haut de page

Auteur

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals