Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire sociale de l’Italie moderne et contemporaine

Gérard Delille, Brigitte Marin, Marina Caffiero, Renata Ago et Marine Boiteux
p. 292-293

Texte intégral

Gérard Delille, directeur d’études avec Brigitte Marin, directeur des études à l’École française de Rome
Marina Caffiero et Renata Ago, professeurs à l’Université La Sapienza, Rome et Marine Boiteux

Histoire et anthropologie des sociétés méditerranéennes de l’Antiquité à la période contemporaine

1Le séminaire a traité du thème « Territoire et pouvoir ». Les différents intervenants ont essayé de montrer à travers quels systèmes de relations ou de coercition, des groupes ou des représentants institutionnels du pouvoir établissent leur contrôle sur un territoire et quelle est la force réelle de ce contrôle. G. Delille a décrit les formations familiales de type lignager qui, jusqu’aux XVIe-XVIIe siècles, dans de nombreuses régions d’Italie, présentent des habitats et des exploitations agricoles précisément délimités et comment les mécanismes d’alliance permettent de maintenir la cohésion à long terme et l’équilibre entre les différentes « maisons ». M. Boiteux s’est Intéressée au problème du marquage symbolique des frontières de la ville et à l’intérieur de la ville par les fêtes et les processions, tandis que B. Marin a analysé les caractères et le fonctionnement des maillages « policiers » mis en place pour le contrôle des quartiers citadins, à Naples et à Madrid, aux XVIIe et XVIIIe siècles. R. Ago, de son côté, a montré, dans le cas italien, la multiplicité des juridictions qui présidaient au contrôle d’un territoire donné, la difficulté à déterminer le domaine de l’une ou de l’autre et la tendance des administrés à susciter des conflits de compétence entre elles.

2Dans une optique comparative, plusieurs communications ont abordé le thème des rapports territoire-pouvoir dans le cadre de sociétés non européennes, en soulignant les aspects méthodologiques et problématiques – en particulier le recours à une dimension diachronique des phénomènes – que soulèvent des études de ce type.

3M. Napel, reprenant les travaux conduits depuis près d’un siècle par les anthropologues sur la Nouvelle-Calédonie a souligné combien la plupart ôtent tout élément dynamique aux sociétés qu’ils étudient et ne décrivent pas ce qu’ils voient mais le reconstruisent. Il a analysé un cas précis de fondation de chefferie locale, dans sa dynamique historique, montrant les mécanismes d’introduction de variantes et de compétition dans les mythes, de renversement des règles d’alliance parallèlement au mouvement de migration territoriale.

4A. M. Dauphin a analysé, de la même manière, à travers un mythe d’origine très complet, « l’Introduction » de la chefferie et de la royauté sacrée chez les Bembas (aire linguistique Bantoue). Elle a souligné l’inadéquation du vocabulaire utilisé par rapport aux définitions habituelles de l’anthropologie, la construction d’un ordre symbolique nouveau, le passage d’un système patrilinéaire à un système matrilinéaire.

5D. Fabre s’est arrêté sur le problème des biographies et des auto-biographies comme instruments de « fabrique de héros » et de domestication de l’histoire. Il a insisté sur les transformations qui se produisent aujourd’hui à ce niveau : les commémorations du bicentenaire de la Révolution française se sont faites en rupture avec la référence nationale.

6La semaine internationale d’études doctorales qui a accueilli des étudiants venus de différents pays européens, s’est tenue, cette année, à l’EFR, à Rome et auprès de l’Université de Viterbe. Elle avait pour thème « Histoire politique de l’Europe du Sud et de la Méditerranée : problèmes, méthodes, sources ». Différentes communications ont cherché à cerner comment, dans les pays de culture chrétienne comme dans ceux de culture musulmane, « la politique » a et continue à pénétrer de manière différenciée les espaces socioculturels et Institutionnels : institutions et construction des espaces supra-locaux et supranationaux, réseaux et lieux de circulation du « discours politique », imaginaire collectif et représentations symboliques et rituelles des identités... (communications de G. Pécout, ENS-Paris, P. Pombeni, Université de Bologne, J. Canal, C. Brice, IEP-Paris, S. Ridolfi, Université de Viterbe, M. Caciagli, Université de Florence, G. Nenci, Université de Pérouse).

7Des ateliers de recherche et de discussion ainsi qu’une table ronde finale ont permis aux étudiants d’exposer leurs projets de travail et d’engager de larges et fructueuses discussions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Delille, Brigitte Marin, Marina Caffiero, Renata Ago et Marine Boiteux, « Histoire sociale de l’Italie moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 292-293.

Référence électronique

Gérard Delille, Brigitte Marin, Marina Caffiero, Renata Ago et Marine Boiteux, « Histoire sociale de l’Italie moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17510

Haut de page

Auteurs

Gérard Delille

Articles du même auteur

Brigitte Marin

Articles du même auteur

Marina Caffiero

Articles du même auteur

Renata Ago

Marine Boiteux

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals