Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 294-295

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

1En collaboration avec Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice-Sophia Antipolis) et Dominique Taurisson (CNRS, SHADYC, Marseille), le séminaire a poursuivi cette année l’approche des espaces de la communication savante dans l’Europe avant l’ère des nationalités. Il est parti de travaux récents d’historiens des sciences qui ont proposé de distinguer deux formes, et deux espaces, de travail et de légitimation : la sociabilité restreinte de l’académie savante ; les vastes réseaux transnationaux d’échange, d’information et de discussion, qui semblent changer d’échelle à partir du milieu du XVIIe siècle. À la croisée des stratégies institutionnelles (création de secrétariat ou de bureaux de correspondances académiques, par exemple) et des dynamiques intellectuelles plus individualisées, la constitution d’espaces savants d’échelles variables a été abordée à partir de dossiers monographiques (les femmes lettrées du Québec, par Bernard Andrès, UQAM ; le maréchal de Vauban, par Guillaume Monsaingeon, Marseille ; l’exhibition des « merveilles » physiques par Christine Blondel, Cité des Sciences ; la Mission catholique d’Écosse, par Clotilde Prunier, Université Montpellier-III). Près de deux siècles de travaux érudits, prolongés par la mise en ligne, en cours, des fonds des Bibliothèques Méjanes (Aix-en-Provence) et Inguimbertine (Carpentras) font désormais de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), savant et magistrat au parlement d’Aix, un cas privilégié, et paradoxalement mal connu, d’érudit « transnational » ; l’examen approfondi du dossier laisse penser qu’il s’agit là d’une voie d’accès majeure aux mondes savants de la première modernité européenne. L’étude des relations avec le Père Marin Mersenne ou avec Galilée a permis d’envisager la possibilité d’études de réseaux intellectuels à partir de correspondances, qui ne soient pas restreintes à celles de réseaux egocentrés. Un projet de recherche collective est désormais à l’étude. Les principales conclusions du séminaire, concernant les modes d’existence d’une « société virtuelle », ont été présentées lors d’une journée d’études de l’Institut historique allemand de Paris, consacrée à la « République des Lettres » (20 juin 2005).

2Les séminaires consacrés aux problèmes de méthodes et aux débats historiographiques, dans le cadre du DEA « Sciences sociales Marseille » (coorganisés avec Jacques Revel) ont porté cette année sur le renouvellement des approches comparatives en histoire, à partir de la question des transferts, de l’histoire croisée et de l’histoire globale ; sont intervenus au cours de l’année Alain Dewerpe, Antonella Romano (CNRS), Jacques Poloni-Simard, Jean-Frédéric Schaub et Jacques Revel. Divers séminaires consacrés à des travaux d’histoire comparée de l’Europe ont été présentés à l’université de Florence (février), à l’Université européenne de Saint-Pétersbourg (avril) et dans le cadre de l’atelier de l’École à Budapest (mars).

Publications

  • « Réduire les villes en cartes. L’invention d’un regard non figuratif dans l’Europe moderne », dans La ville figurée. Plans et vues de Marseille, Gênes et Barcelone, M. Morel-Deledalle (éd.), Marseille, Parenthèses/Musées de Marseille, 2005, p. 23-31.
  • « La cartographie urbaine à l’époque des Lumières », dans De l’esprit des villes. Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières, 1720-1770. Musée des Beaux-Arts de Nancy, 7 mai-22 août 2005, sous la dir. de A. Gady et J.-M. Pérouse de Montclos, Versailles, Artlys, 2005, p. 130-141 (avec notices n° 98, 99, 100, 103, p. 344-346).
  • « Le Grand Tour des gentilshommes et les académies d’éducation pour la noblesse : France et Italie, XVIe-XVIIIe siècle », dans Grand Tour. Adeliges Reisen und europäische Kultur vom 14. bis zum 18. Jahrhundert. Akten der internationalen Kolloquien in der Villa Vigoni 1999 und im Deutschen Historischen Institut Paris 2000, R. Babel et W. Paravicini (éd.), « Beihefte der Francia », 60, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2005, p. 237-253.
  • « Lodovico Antonio Muratori académicien : les réseaux Intellectuels italiens et l’Europe au XVIIIe siècle », dans Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, II. Au contact des Lumières. Mélanges offerts à Philippe Loupès, A.-M. Cocula et J. Pontet (éd.), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, p. 193-207.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 294-295.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17513

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals