Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études juives

Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne

Maurice Kriegel
p. 299-300

Texte intégral

Maurice Kriegel, directeur d’études

Marranisme et « Pré-Lumières » dans le monde juif du XVIIe siècle

1Spinoza et Sabbataï Zevi sont strictement contemporains : kabbale et philosophie offrent deux voies parallèles pour conduire une critique qui aboutit au renversement de la tradition religieuse. Les marranes qui rejoignent au cours du XVIIe siècle des communautés juives organisées prennent leur part au travail de démolition. Le séminaire s’est fixé pour objectif de croiser l’histoire du marranisme et l’histoire intellectuelle et religieuse du monde juif à l’époque moderne.

2Il a paru utile de donner dans des séances d’introduction une vue d’ensemble du marranisme au XVIIe siècle dans la péninsule Ibérique. L’examen des argumentaires utilisés, dans l’Espagne de Philippe III et Philippe IV ou au Portugal, avant comme après la restauration de son indépendance, par les défenseurs d’une politique favorisant l’intégration des nouveaux chrétiens, a fourni l’arrière-plan nécessaire pour donner leur plein sens aux remarques de Spinoza, qui font écho aux débats péninsulaires, sur l’évolution comparée des crypto-judaïsmes portugais et espagnol.

3La discussion sur le rôle de la sensibilité « néojuive » et « post-marrane » dans l’explosion du mouvement messianique et mystique sabbatéen comme dans les transformations qui l’affectent une fois que les « croyants » se sont constitués en secte clandestine à l’intérieur des communautés juives ou se sont convertis extérieurement, pratiquant ainsi une sorte de « marranisme volontaire », s’est déroulée en trois temps. On a d’abord voulu situer les unes par rapport aux autres les interprétations concurrentes du destin et de la « mission » de Sabbataï Zevi avancées par les différents chefs du mouvement sabbatéen : Sabbataï Zevi lui-même, Nathan de Gaza, et, témoin capital dans la perspective adoptée, l’ex-marrane Abraham-Miguel Cardoso. Puis, plus largement, en suivant l’histoire du sabbatianisme jusque dans ses ultimes avatars, au risque de s’éloigner de la problématique Initiale, on a comparé les expériences liées à l’entrée des sabbatéens convertis soit au christianisme soit à l’Islam dans les différentes sociétés d’accueil, en s’arrêtant notamment au cas des frankistes (disciples de Jacob Frank) dans la société polonaise du début du XIXe siècle et à celui des dönmeh dans l’Empire ottoman. Enfin, on est revenu sur la doctrine d’Abraham-Miguel Cardoso, sur laquelle se sont multipliées récemment les publications, et on s’est attaché à montrer comment le « gnosticisme inversé » (selon la formule de Scholem) qui la caractérise constitue une réponse à la tentation et au défi du scepticisme et du libertinage. Le travail du séminaire a ainsi porté cette année sur le courant gros d’une négation mystique de la tradition ; l’étude du courant opposé, mais aux effets convergents, celui de la critique de la tradition opérée à partir de la philosophie, a été réservée à l’année prochaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Kriegel, « Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 299-300.

Référence électronique

Maurice Kriegel, « Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17517

Haut de page

Auteur

Maurice Kriegel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals