Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles)

Michael Werner
p. 303-304

Texte intégral

Michael Werner, directeur d’études

Historiographies franco-allemandes et transferts culturels

1Nous avons poursuivi l’enquête commencée en 2002 sur une histoire croisée de l’Allemagne et de la France au XIXe siècle. La tranche chronologique choisie a été celle qui va de 1871 à la veille de la Première Guerre mondiale. Après un premier ensemble de séances consacrées aux problèmes généraux d’une historiographie transnationale, nous avons abordé ou revisité une série de chantiers travaillés à la fois par l’histoire intellectuelle, l’histoire sociale, l’histoire des institutions et l’histoire politique. D’une part, nous avons examiné successivement les mouvements migratoires et les phénomènes d’acculturation, les effets juridiques provoqués par les migrations ainsi que les mises en scène de la représentation du « soi » et de « l’autre » lors des expositions universelles ; d’autre part, nous avons discuté les différentes manières dont l’historiographie et l’histoire des sciences humaines et sociales ont retravaillé, dans un champ d’opposition franco-allemande, les questions de méthode. La querelle Fustel de Coulanges/Monod d’un côté, la controverse déclenchée par L’Histoire allemande de Karl Lamprecht de l’autre ont illustré les enjeux et les positionnements respectifs du débat qui a traversé les sciences sociales tout en mobilisant une partie de l’opinion publique. Au détour de ces discussions se sont joués, dans des configurations variées, les rapports entre État et sciences sociales. L’enquête a été accompagnée, tout au long de l’année, par une réflexion sur les méthodes et approches de l’histoire croisée, de la Connected history et de l’histoire partagée, sur les changements d’échelle et de focale ainsi que sur les « interdépendances actives » entre les différents phénomènes étudiés. Dieter Gosewinkel (Berlin), Harmut Kaelble (Berlin), Matthias Middell (Leipzig) et Andrea Komlosy (Vienne) ont animé des séances en cours d’année.

2Par ailleurs, j’ai animé, en collaboration avec des collègues du CRIA et du CHISM, deux nouveaux séminaires mensuels. Le premier, intitulé « Les mots de l’histoire » et co-organisé, sous l’égide du CIERA, avec Alexandre Escudier et Patrice Veit, associe des chercheurs et doctorants français et allemands sur la problématique des rapports entre les mots des « sources » et les catégories historiographiques qui sont étudiés à partir des traditions de recherche française et allemande. Le second, animé en coopération avec Ahcène et Nedjma Abdelfettah, Alain Messaoudi, Daniel Nordman et Nabila Oulebsir, porte sur une comparaison des orientalismes français et allemand travaillant sur le Maghreb. Un premier colloque sur « Les relations scientifiques franco-allemandes à l’épreuve du terrain nord-africain » organisé à l’EHESS en septembre 2004 a permis de baliser le champ de recherche. Dans le cadre du séminaire, nous avons poursuivi la réflexion à partir d’études de cas croisées.

3Au cours d’un séjour de trois mois au Collegium Budapest en été 2005, j’ai animé un projet collectif et un groupe de travail international sur le rôle de la référence à l’Antiquité classique en Europe centrale et orientale pendant le « long » XIXe siècle et son impact sur le développement des sciences humaines dans les pays concernés. Ici aussi, il s’est agi de mettre à l’épreuve la démarche de l’histoire croisée dans un terrain et à propos d’un objet qui s’y prêtent particulièrement. Les premiers résultats, présentés lors d’un colloque à Budapest, ont montré tout à la fois la pertinence de l’approche et la nécessité de réajuster les catégories qui sous-tendent nos grilles d’analyse.

Publications

  • « Histoire », dans Vocabulaire des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, B. Cassin (éd.), Paris, Le Seuil, 2004, p. 355-366.
  • « Mémoires décalées, mémoires croisées : imbrications franco-allemandes dans la construction de quelques lieux de mémoire », Lieux de mémoire et construction du présent. Autour de Pierre Nora, I. Znepolski (éd.), Sofia, 2004, p. 257-270.
  • « Transfer und Verflechtung. Zwei Perspektiven zum Studium soziokultureller Interaktionen », dans Entgrenzte Räume. Kulturelle Transfers um 1900 und in der Gegenwart, H. Mitterbauer, K. Scherke (éd.), Vienne, Passagen-Verlag, 2005, p. 155-169.
  • « Welche Sprache braucht die Selbstverständigung der Kultur ? Zum Verhältnis von Sprachkenntnis und kulturwissenschaftlier Hermeneutik », dans Perspektiven der Germanistik in Europa, E. Neuland, Κ. Ehlich, W. Roggausch (éd.), Munich, Iudicium-Verlag, 2005 p. 297-309.
  • « Kulturalis transzferek a történeti kutatasban », Aetas 19 (2004), 3-4, p. 245-253.
  • Avec B. Zimmermann, « Pensar a história cruzada : entre empiria et reflexevidade », Textos de História, 11, 2003 [2005], 1-2, p. 89-127.
  • « Zwischen Literatur-, Kultur- und Sozialwissenschaft. Zur Situation der Germanistik in Frankreich », dans Blickwechsel. Akten des XI. Lateinamerikanischen Germanistenkongresses Sâo Paulo – Paraty – Petropololis 2003, W. Bolle, H. Galle (éd.), Sâo Paulo, Monferrer Produçôes, 2005, p. 147-158.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 303-304.

Référence électronique

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17520

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals