Skip to navigation – Site map
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

État et sciences sociales

Morgane Labbé
p. 305-306

Full text

Morgane Labbé, maître de conférences

Construction et représentations savantes de la nation (Europe centrale, XIXe-XXe siècles)

1Le séminaire avait comme objectif d’introduire les étudiants à la question de la contribution des savoirs dits pratiques à la construction des États nationaux en Europe centrale. Deux traditions savantes, la statistique et la cartographie, qui furent étroitement associées à la construction de l’État national, furent ici considérées. Le séminaire entendait porter plus particulièrement sur les objets graphiques (cartes, tableaux statistiques, classifications, etc.) produits par ces deux traditions, en les étudiant comme autant de relais qui médiatisent les projets nationaux, en les mettant en forme dans une matérialité.

2Le séminaire a été scindé en deux parties. Dans un premier temps, on a travaillé sur les premières cartes dites des nationalités (ethnographiques, linguistiques, etc.) réalisées dans les États allemands, cartes qui apparaissent dans une conjoncture précise, celle de 1848, et sont donc liées aux revendications politiques des mouvements nationaux. Dans ce contexte politique, ces premières cartes énoncent le même projet politique qui est de représenter Ici la nation allemande unifiée dans l’espace de la carte, et par analogie dans l’espace politique, alors que cette unification fait justement problème. À partir d’exemples de cartes allemandes, on a analysé comment les auteurs, utilisant et combinant divers procédés cartographiques comme autant de techniques de visualisation parviennent à ce résultat. Une des lignes directrices suivie pour comprendre le rôle politique (et médiateur) des cartes a été de se demander comment elles s’insèrent, durant cette période, dans un dispositif de représentation du politique : autrement dit, comment la carte rend présent (fait voir, rend visible) dans l’ordre graphique quelque chose qui est absent (ou à changer) dans l’ordre politique. Cet usage référentiel et argumentatif des cartes a été distingué de celui qui s’amorce au XIXe siècle, de la carte comme instrument de la prise de décision, soit dans le cas de ces cartes thématiques, pour décider d’un tracé frontalier, de la division d’un territoire, etc.

3Objet de la seconde partie du séminaire, les usages diplomatiques des cartes des nationalités ont été abordés à partir de la question suivante : comment les cartes (et aussi les statistiques) en sont venues au cours du XIXe siècle à faire autorité dans les négociations et les règlements des conflits nationaux, pour devenir lors des négociations suivant la Première Guerre mondiale, un outil d’expertise prédominant ? On s’est intéressé à la circulation des cartes allemandes et autrichiennes dans les milieux diplomatiques français au milieu du XIXe siècle. Dans ces premières références diplomatiques, on retrouve la conception traditionnelle de l’utilité de la carte pour les gouvernants, soit un outil pour communiquer des informations au moyen de modes d’agencement et d’abstraction, et cela pour orienter une action jugée raisonnée, ici en l’occurrence une décision de soutien politique et militaire. On a aussi constaté que ces cartes fonctionnaient dans ce contexte comme des images rhétoriques, et qu’elles comportaient des éléments persuasifs, véhiculant une certaine vision du monde.

4C’est aussi dans cette conjoncture politique liée aux mouvements nationaux de 1848, qu’on a repéré un premier usage de la carte comme Instrument de décision. Celui-ci apparaît dans le cadre de deux conflits, celui entre l’Allemagne et le Danemark à propos des Duchés du Schleswig et du Holstein, et celui autour de la division de la Posnanie. On a travaillé sur la documentation diplomatique et politique pour rapporter cet usage à une nouvelle vision de la prise de décision et du gouvernement selon les faits.

Top of page

References

Bibliographical reference

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 305-306.

Electronic reference

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [Online],  | 2006, Online since 01 April 2015, connection on 18 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17522

Top of page

About the author

Morgane Labbé

By this author

Top of page

Copyright

EHESS

Top of page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals