Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire turque et ottomane

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri
p. 319-321

Texte intégral

Gilles Veinstein, directeur d’études

1L’étude des îles méditerranéennes ottomanes a été poursuivie sur la base de deux dossiers documentaires.

2Nous avons d’abord traduit en français et analysé la loi de l’île de Céphalonie. Cet Important texte législatif, mentionné par N. Beldiceanu et U. Heyd, n’a fait l’objet que d’une seule édition (transcription en alphabet latin et fac-similé de la version de Topkapi) par A. Akgündüz, qui n’est pas pleinement satisfaisante. Ce kânûnnâme se distingue des autres textes analogues, Insulaires ou non, de plusieurs façons : datant du règne de Mehmed II, c’est le plus ancien conservé, du moins pour un territoire peuplé de chrétiens. En outre, il n’a pas connu d’interpolations ultérieures, puisque – cas unique en son genre – l’île à laquelle il s’applique n’est restée que quelques années sous domination ottomane, avant d’être abandonnée par le conquérant en 1503. L’ancienneté du texte se manifeste par une terminologie bien particulière, souvent différente de celle en usage dans les règlements ultérieurs. Cette langue relativement archaïque, faisant la part plus belle aux vocables et aux expressions proprement turcs, nous a amené à de nombreuses observations et recherches ponctuelles. Ce règlement se distingue aussi par les conditions dans lesquelles il a été émis, telles qu’elles sont rapportées au commencement du texte : il aurait été édicté, non pas à l’Initiative du gouvernement, mais à la demande de la population elle-même qui aurait envoyé un émissaire à la Porte du sultan à cet effet, dans le but de mettre un terme aux abus dont elle était victime de la part des « affermataires et autres » (’ummâldan ve gayriden), agissant pour le compte du fisc ottoman. De fait, le texte consiste pour une large part, à l’instar des autres lois provinciales, en une succession de dispositions fiscales. Beaucoup de ces dispositions ont un caractère général et ne prennent pas en compte les réalités de l’île (on trouve ainsi des éléments de réglementation des timar, alors qu’il n’est guère vraisemblable que l’île en ait connu). D’autres dispositions paraissent au contraire coller aux réalités propres à l’île et ont donc dû être précédées de rapports à ce sujet. D’autre part, pour faire bonne mesure, le sultan dote également les insulaires qui, peut-être, n’en demandaient pas tant, d’un code pénal de caractère général qui se trouve ainsi représenter une des versions disponibles du code pénal de Mehmed II, d’une datation plus sûre que d’autres, pour les raisons exposées plus haut.

3Nous sommes ensuite passés aux documents ottomans des archives du monastère de Patmos. Le travail d’inventaire de ce riche fonds (plusieurs centaines de documents) est actuellement effectué par N. Vatin, E. Zachariadou, M. Ursinus et moi-même. Je n’ai pu en présenter qu’un petit échantillon, limité aux XVIe-XVIIe siècles, dans le cadre du séminaire. J’ai privilégié des types de pièces qu’on ne trouve guère – ou seulement exceptionnellement – dans les fonds centraux – par ailleurs quantitativement sans aucune commune mesure – des archives d’Istanbul. C’est précisément le caractère provincial des ressources de Patmos, le fait qu’à côté de très nombreux actes émanant du sultan et des autres autorités centrales, on y rencontre des pièces émises par des autorités subalternes ou des correspondances entre membres des échelons inférieurs de la hiérarchie, qui en constituent le grand intérêt. Un type de document peu étudié jusqu’ici, met particulièrement en lumière ces questions d’articulation : les « lettres » (mektûb) que le kapudan pacha, agissant à la fois en tant que gouverneur général (beylerbey) de l’Archipel et que détenteur d’apanages (hâss) dans toute la zone (l’île de Patmos étant l’un de ces hâss), adresse à ses subordonnés de différents statuts, mais aussi à d’autres autorités locales (cadis, sancakbey) qui ne dépendent pas de lui, mais avec lesquelles il a des affaires à traiter en commun.

4Ces études insulaires ont laissé place, durant quelques séances, à une autre thématique, abordée elle aussi les années précédentes. En nous penchant sur un ensemble de documents, se rapportant principalement à l’administration du corps des janissaires, tiré du volume 85 des Mühimme defteri des archives d’Istanbul, notre visée était double : en savoir plus sur l’état du corps à cette date, soit en 1630, durant la minorité du sultan Murâd IV et le grand vizirat de Husrev Pacha. En même temps, nous avions l’occasion de comparer, d’un point de vue structurel, les hüküm contenus dans les mühimme de la seconde moitié du XVIe siècle et ceux de ce volume postérieur. Le principal changement tient à l’Image qui est donnée de l’activité décisionnelle du pouvoir central, localisé dans le dîvân des vizirs et symbolisé par le sultan : le pouvoir se contente d’entériner ce qui lui a été indiqué. Le firman ne consiste plus qu’à reprendre et édicter au nom du sultan ce qui a été suggéré de l’extérieur.

5Plusieurs exposés de collègues ont utilement complété notre programme : M. Favereau (Paris-IV) a présenté les yarlik des khans de la Horde d’Or ; A.-M. Touzard a apporté de nouvelles Informations sur la carrière de Belon du Mans ; M. F. Hitzel (CNRS) a introduit aux lettres adressées par Hatidjè Sultane, sœur de Selîm III, au dessinateur Melling ; G. Piterberg (UCLA) a exposé ses vues sur l’historiographie du règne de ‘Osman II.

Publications

  • « L’Empire ottoman », dans L’Empire américain ?, M. Wieviorka (éd.), Paris, Balland, 2004, p. 35-46.
  • Dir., Syncrétismes et hérésies dans l’Orient seldjoukide et ottoman (XIVe-XVIIIe siècle), actes du colloque du Collège de France, octobre 2001, Louvain, Peeters (« Turcica », 9), 2005, 428 p.
  • « Les premières mesures de Bâyezîd II contre les Kizilbaş », dans Syncrétismes et hérésies..., ibid., p. 225-236.
  • « La réinvention du califat ». Notre Histoire, 228, janvier 2005, p. 31-34.

Khosrow Shakeri, ingénieur de recherche

Histoire et historiographies du monde iranien depuis 1812 : paradigmes et paradoxes d’une modernité tardive.

6Consacré à l’étude comparatiste et pluridisciplinaire de l’histoire et de l’historiographie du monde iranien ce séminaire avait déjà examiné l’histoire de l’historiographie prémoderne et moderne du monde iranien, et en particulier l’historiographie de la révolution iranienne des années 1905-1911. Pendant cette année le séminaire s’est attaché, comme les deux années précédentes, à se concentrer sur la révolution de 1978-1979 d’après les écrits anglo-saxons et soviétiques. La lecture critique d’un certain nombre de textes (Charles Kurzman, Fred Halliday, Richard Cottam, Walter Laquer, M.I. Kroutikhine et les lieutenants-colonels John A. Berry et J.-C. Mumford ainsi que le capitaine R.E. Smith du US Army institute for military assistance) a permis de s’interroger sur la présentation des facteurs politiques, économiques, culturels, ainsi que les structures mentales qui ont influencé le développement de la révolution iranienne de 1978-1979. L’examen des ruptures et des continuités politico-culturelles a permis de prendre en compte le poids de la culture et des traditions et sa résistance (« la longue durée »), ainsi que son renforcement paradoxal dans le processus de transformation économique et de modernisation dans ce pays doté d’une exceptionnelle diversité ethnico-religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 319-321.

Référence électronique

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17535

Haut de page

Auteurs

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Khosrow Shakeri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals