Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps

Jean-Pierre Peter
p. 339-341

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Peter, directeur d’études

Médecine, malades, maladie : une histoire revisitée

1Nous aurons cette année mené presque à son terme le parcours renouvelé d’histoire de la médecine occidentale (des origines au début du XXe siècle) que nous avions entrepris voici cinq ans.

2Revenant sur les séances consacrées l’année précédente aux mutations de la science médicale à la fin du XVIIIe siècle, nous avons approfondi notre étude du vitalisme, en raison de la place que cette école de pensée a tenue dans les débats et avancées de la médecine au long des années 1800-1830 où se sont concrétisés les fondements d’une science médicale moderne dans l’espace de l’institution hospitalière. La grande école clinicienne s’est axée sur l’anatomopathologie et sur une capacité diagnostique que permettaient les techniques nouvelles de l’auscultation, directe et médiate. Mais notre étude a porté sur les embarras ou querelles théoriques incarnés par quelques grandes figures (Bichat, Pinel, Bayle, Laennec, Broussais, Bretonneau, Trousseau) au sujet des rapports de la matière et de l’esprit pour rendre compte des fonctions régulatrices et coordinatrices du système nerveux. Celles-ci semblaient indiquer l’existence d’une structure organique régissant un consensus d’organes et de fonctions. Qu’est-ce qui régule les mouvements involontaires (pouls, pupille) se demandait-on, quel est le rapport de la sensibilité à la conscience ? Sont au cœur de ces débats les héritages du vitalisme, quel qu’en fût le rejet chez la plupart des cliniciens. Car, las des doctrines, ils entendaient refuser toute spéculation sur les causes à l’œuvre dans les processus propres à la vie, dont tout portait à reconnaître qu’ils relevaient d’un ordre autonome. Mais cette spécificité de l’organisation vitale était bien aussi le postulat du vitalisme lui-même, pour qui les phénomènes vitaux étaient irréductibles aux phénomènes physiques et chimiques. Ne pas retomber dans les errements mécanistes et « iatrochimiques » de l’âge classique. Mais alors, en ce premier tiers du XIXe siècle, comment faire science ? Comment être modernes ? D’où les débats.

3Une science propre du vivant se définira pourtant bientôt au cours du siècle, non sans réticences cependant, et ce sera la biologie. Mais celle-ci s’est constituée par une double rupture avec la clinique et avec le vitalisme. Et c’est par la physiologie expérimentale qu’elle entre dans l’espace médical, avec le « laboratoire » de Magendie (un enclos longtemps perçu comme barbare, au Collège de France) et par le génie découvreur de Claude Bernard, dont les apports invitaient la médecine strictement clinicienne à quitter l’étroitesse anatomique. Ainsi retrouve-t-on l’appui sur les sciences fondamentales, chimie et physique, par lesquelles seules pouvait se développer la recherche des constituants fondamentaux du corps et des processus de leurs combinaisons.

4Ce fond de tableau étant posé, nous avons travaillé en détail un certain nombre des avancées de la connaissance dans les domaines de la pathologie et de la physiologie. Ainsi, pour ce qui concerne le goitre et la construction de la pathologie thyroïdienne, la reconnaissance de la carence iodée ; de même pour la généalogie de l’histopathologie et l’avènement de la théorie cellulaire ; l’histoire de l’« angine de poitrine » et la définition par étapes du syndrome coronarien (du « spasme du cœur » à l’infarctus) ; le diabète sucré et la fonction glycogénique du foie (de Celse à Claude Bernard) ; la mise en œuvre de la vaccination par inoculation de cultures de germes vivants atténués ; les concepts et mécanismes d’immunité et d’immunisation ; la découverte de l’anaphylaxie et le traitement des allergies.

5Nous avons été intéressé, au long de ces parcours, à mettre en lumière la propension des doctrines médicales, même les plus apparemment fondées, à s’établir en dogmes, bien qu’elles ne se donnent pas pour telles, toutes certaines de leur évidence rationnelle. De là les coups de frein. Broussais, assuré que toute pathologie se ramène à la diathèse inflammatoire, volt l’ouverture clinicienne de Laennec comme un anatomisme maniaque. Laennec récuse la pratique expérimentale de Magendie comme une atteinte à l’ordre classificatoire. Claude Bernard résiste au pastorisme en tant qu’il y décèle, dans les recherches sur les ferments et la théorie des germes, une résurgence de l’animisme. On sait, grâce à M. D. Grmek, combien les admirables cahiers de laboratoire de Claude Bernard, tardivement connus, nous donnent des ressorts intellectuels et Intuitifs de ses découvertes une image totalement contraire aux reconstructions hyperrationnelles qu’il en a abondamment données ensuite dans ses cours du Collège et dans ses écrits théoriques. Nos habitudes conceptuelles nous poussent aisément, de quoi que nous traitions, à fabriquer de l’homogène.

6C’est pourquoi il importe de s’intéresser à ce qui dans le réel, est naturellement très peu lié ; d’aborder des objets en préservant ce qui en eux est non concordant. Réservant ainsi, comme chaque année une place à l’étude de certains états dits de « conscience modifiée », nous avons travaillé attentivement le long mémoire du docteur Antoine Despine (médecin directeur des eaux thermales d’Aix-en-Savoie) sur le cas de la jeune Estelle (1837) dans son ouvrage De l’emploi du magnétisme animal et des eaux minérales dans le traitement des maladies nerveuses, Paris, 1840.

7Au cours de l’année, Odile Naudin, adjointe à la défenseure des enfants, nous a exposé l’ensemble des problèmes présents de cette institution, des difficultés et progrès que ces dernières années ont permis de connaître et traiter. Le docteur Pierre Dournovo, chef de service en cancérologie au Centre hospitalier Eaubonne-Montmorency, expert auprès des tribunaux, a traité de « la responsabilité médicale ; le cas de la pneumologie ».

8Certains des thèmes évoqués ci-dessus, comme d’autres hérités des travaux du séminaire ces dernières années, ont fait l’objet de communications du directeur du séminaire en diverses Instances extérieures : conférence d’ouverture du congrès de la Société française d’études et de traitement de la douleur (Montpellier, 18 novembre 2004) ; séminaire « Corps et technique », CNAM, sur « Pansements et bandages », 25 janvier 2005 ; colloque « Douleur en santé mentale », centre hospitalier Belair, Charleville, 9 juin 2005.

Publication

  • « Histoires de corps, de vie, de mort », Méandres. Recherches et soins en santé mentale, Le Havre, Hôpital Pierre Janet, 9, 2004, p. 55-70.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 339-341.

Référence électronique

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17551

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals