Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard
p. 341-342

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Nathan Wachtel, directeur d’études
Gilles Rivière, Jacques Poloni-Simard, maîtres de conférences

1Étude historico-littéraire d’une œuvre du XVIIe siècle, histoire politique du XIXe siècle, sociologie politique de la violence, tels furent les trois domaines que le séminaire a envisagés, dans le but de nourrir les perspectives et de croiser les centres d’intérêt de la recherche sud-américaniste en histoire et anthropologie.

2Jan Szeminski (Université hébraïque de Jérusalem) a exposé le travail qu’il effectue et illustré la méthode qu’il met en œuvre sur le Libro segundo del Nuevo Ophir, de Fernando de Montesinos, travaillant sur le manuscrit espagnol conservé à Séville qui comporte des fragments rédigés en quechua. Par une analyse historico-littéraire et philologique serrée, il distingue six étapes dans la production de l’ouvrage, qui définissent cinq niveaux rédactionnels : les notations de Montesinos lui-même, en tant que relecteur de son texte, les interventions de deux scribes qui ont recopié celui-ci, l’activité de Montesinos encore (cette fois en tant qu’auteur), et celle du copiste anonyme – non quechuiste – du manuscrit utilisé (document perdu dont le rédacteur, anonyme lui aussi, était un métis ou un « Indien ladino », en tout cas un locuteur maîtrisant le quechua), avant d’atteindre « l’informateur andin », sans doute Cuzquénien. Sur la base de cette « généalogie » du texte, J. Szeminski s’engage dans l’étude de la « tradition andine », conscient qu’elle est elle-même le résultat d’une élaboration (orale), mais sûr qu’elle ne peut être interprétée comme le seul produit d’une réinterprétation coloniale, donc occidentale ou pour le moins occidentalisée. Les « listes d’Incas » transmises témoignent d’une profondeur chronologique longue – plus longue en tout cas que l’on a bien voulu dire –, faisant même l’hypothèse qu’elles donnent accès non seulement à la période incaïque, mais encore aux temps pré-incaïques ; les notations d’événements, les Indications de noms de lieux ou de peuples, les éléments de mythes, pour leur part respective, révèlent en même temps qu’ils offrent des traces d’une « culture andine », conservée et reprise par le texte colonial, et les indices d’une mémoire, façonnée et transmise pendant les périodes préhispanique, puis coloniale initiale.

3Crisóbal Aljovín de Losada (Universidad nacional Mayor de San Marcos, Lima), à partir de la recherche qu’il conduit actuellement sur les années de la Confédération Pérou-Bolivie (1836-1839), ouvre à nouveau l’épineux dossier de la construction de l’État-nation dans les Andes. Il le fait en analysant les différents projets politiques en présence. À cette fin, il prend appui sur les grandes questions qui alimentaient le débat public : l’autonomie régionale, les finances publiques, la légitimité et la participation politiques, les formes de l’exercice de l’autorité. Les années étudiées sont ainsi celles où les destins nationaux ne sont pas encore scellés, mais où les héritages coloniaux, les modèles Idéologiques « travaillent » les sociétés de ces pays qui avaient récemment rompu avec la couronne d’Espagne, dans la tension entre groupes sociaux et la rivalité entre les intérêts de ceux qui portaient ces projets.

4Alejandro Isla (Conicet, Buenos Aires) s’est interrogé sur la violence politique et la « culture de la violence » dans l’Argentine contemporaine. Analysant la carrière politique d’un leader de la province du Tucumán (nord-ouest de l’Argentine) pendant les années 1980 et 1990, il dévoile les discours et les pratiques, dans leurs continuités et discontinuités, donc avant, pendant et après la dictature des militaires. Au-delà de cet exemple particulier, c’est sur les représentations de la violence qu’il s’est interrogé, à partir de l’expérience des acteurs, et dont les manifestations brouillent les limites entre ce qui relève de l’affrontement politique et d’actes délictueux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 341-342.

Référence électronique

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17552

Haut de page

Auteurs

Nathan Wachtel

Articles du même auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals