Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie économique du monde chinois

Michel Cartier
p. 342-344

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études

Population et développement en Chine

1Après deux séances réservées à l’accueil de Wu Peilin, géographe chinois invité par notre collègue A. Berque qui a traité des problèmes posés par l’urbanisation rapide connue par la Chine, nous avons poursuivi l’examen des données statistiques en partant des divergences relevées entre les « Annuaires » et les chiffres du recensement de 2000.

2La publication en janvier 2005 d’un communiqué officiel annonçant que la population chinoise était sur le point de franchir la barre des 1 300 millions, correspondait mal aux données publiées depuis 2000. Pour que la Chine ait gagné 32 millions d’habitants en quatre ans, et qu’on envisage un gain de 60 millions d’ici la fin de la décennie, il est nécessaire que la croissance naturelle et la fécondité du moment soient supérieures aux taux publiés. Ce communiqué apportait la confirmation du fait que les démographes chinois se réfèrent à des séries « corrigées » non publiées, réintégrant 25 ou 30 % de naissances non enregistrées. C’est sur cette base que nous avons d’abord tenté de reconstituer la structure par âge, l’âge au mariage et la fécondité. Tandis que les femmes sont pratiquement toutes mariées avant trente ans, on note une légère augmentation du célibat masculin, peut-être en relation avec le déséquilibre des sexes à la naissance créé par la politique de l’enfant unique. La stabilité des comportements féminins expliquerait le maintien d’une fécondité de l’ordre de 1,8 enfant, très supérieure au taux de 1,3 enfant calculé à partir des données du recensement.

3La persistance d’une croissance démographique supérieure aux prévisions aura des conséquences sur l’emploi, puisque l’équilibre entre générations montantes et descendantes ne se réalisera pas avant 2015. Comme c’était le cas pour la population, nous avons relevé de très grandes divergences entre les données des Annuaires statistiques et celles des recensements. Alors que les séries annuelles font état d’une « modernisation » de la structure de l’emploi, avec respectivement 50 % d’agriculteurs, 22 % d’emplois industriels et 28 % pour le secteur tertiaire, une répartition évoquant celle du Japon au début de la haute croissance, la situation enregistrée par les recensements révèle un poids très supérieur du secteur « agricole », ce qui tient d’abord au fait que les recensements ignorent la définition légale de la « population économiquement active » renvoyant à des classes d’âge. Leurs données, qui permettent de croiser « branches d’activité » et « types de travail », donnent une meilleure Image de l’emploi. Toutefois, le second volume du recensement de 2000 ne fournit d’informations que sur 118 millions de personnes (9 % des recensés). Les chiffres doivent donc être pondérés. Il convient de réviser à la hausse les chiffres du chômage qui touchait une trentaine de millions d’actifs, soit 10 % de la main-d’œuvre urbaine. Une étude des différentes séries nous a montré que le début des privatisations (1995) avait coïncidé avec une contraction de l’emploi industriel, compensée par le développement d’un secteur tertiaire comprenant une proportion croissante d’emplois informels désignés dans les statistiques par l’expression « et autres ». La conséquence sociale la plus grave de cette évolution est une forte diminution de l’emploi « protégé », qui caractérisait jusqu’au début des années 1990 la quasi-totalité des urbains, mais qui n’en concerne plus que 30 %. Cette partie du séminaire a fait l’objet de plusieurs conférences, dont une dans le cadre des « Rencontres sinologiques franco-espagnoles » de Barcelone en mai 2005.

4Les dernières séances étaient consacrées à l’exode rural, souvent présenté comme une solution à la surpopulation rurale. Le surplus de la main-d’œuvre agricole est estimé entre 150 et 200 millions, soit la moitié des actifs. Les données du recensement de 2000 relatives à la résidence consignées dans le premier volume, qui se rapportent à l’ensemble de la population, précisent que 144 millions de personnes avaient déménagé, et que 42 millions avaient changé de province. Le bilan migratoire net s’élevait à une trentaine de millions. Ces migrations provenaient essentiellement des provinces rizicoles du Sud et se dirigeaient vers les trois grandes métropoles et les provinces côtières, dont près de la moitié dans la seule province du Guangdong (Canton).

Publications

  • Dir., Castiglione, jésuite italien et peintre chinois, Lausanne, Favre, 2004. 147 p., + ill.
  • « Les éditions illustrées chinoises », Revista Portuguesa de Historia do Livro, 121, 13-14, 2004, p. 43-54.
  • « Zhongguo Weinisi bianhua zhenwei kao : Suzhoucheng he chengtu », Faguo Hanxue, 9, 2004, p. 39-56 [trad. en chinois de « Les métamorphoses imaginaires de la Venise chinoise : la ville de Suzhou et ses plans »].
  • « Chuantong de juxian : Zhongguo chengshi xiandaihua », op. cit., p. 85-94 [trad. en chinois de « Les contraintes de la tradition. Chine, des villes anciennes aux villes nouvelles »].
  • « L’amorce d’un déclin démographique », dans Japon, peuple et civilisation, sous la dir. de J.-F. Sabouret, Paris, La Découverte, 2004, p. 19-25.
  • « Les nouvelles puissances industrielles d’Asie orientale : le point de vue d’un démographe », dans L’Europe et l’Asie : actes de la Chaire Glaverbel d’études européennes, 2003-2004, sous la dir. de M. Dumoulin et G. Duchenne, Francfort, Peter Lang, 2004, p. 175-182.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 342-344.

Référence électronique

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17553

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals