Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique et morale

Didier Fassin
p. 368-370

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Économie morale et action politique

1Plutôt qu’une rupture dans la réflexion commencée depuis plusieurs années, autour des politiques de la souffrance, du gouvernement des corps et du sens des inégalités, la reformulation de l’intitulé de la direction d’études indique une volonté de l’assumer pleinement. Une première séance a donc été consacrée à délimiter le champ d’une anthropologie politique et morale : bien entendu, des deux qualificatifs, c’est le second qui appelle une justification particulière, dans la mesure où s’il est en usage en philosophie ou en sociologie, il ne l’est pas en ce qui concerne l’anthropologie. En repartant des travaux d’E.P. Thompson et de James Scott, en discutant des écrits d’Albert Hirschman et de Bernard Williams, il s’est agi notamment de saisir le concept d’économie morale et de montrer sa valeur heuristique pour penser le monde contemporain, notamment dans sa relation avec une économie politique. Une seconde séance a permis de s’interroger sur la posture morale du chercheur lui-même sur son terrain et dans l’espace public, posture généralement occultée au profit de la science supposée objective dans les approches positivistes ou, plus subtilement, détournée vers le seul politique dans les approches dites engagées.

2Les séances suivantes ont été l’occasion de mettre le projet de cette anthropologie politique et morale à l’épreuve d’une série d’études de cas. L’humanitaire, par la place qu’il occupe aujourd’hui sur les scènes locales et internationales, est devenu l’une des manifestations les plus évidentes de l’articulation de la politique et de la morale : l’étude de sa pragmatique à l’œuvre sur les terrains de guerre montre ainsi la nécessité de dépasser la thèse de Giorgio Agamben sur l’opposition entre humanitaire et politique. Les expériences de la mort annoncée collectées dans le contexte du sida en Afrique du sud ont donné lieu à un parallèle avec le dernier entretien donné par Jacques Derrida : le concept de survie remet ainsi en question la hiérarchisation des deux formes de vie héritée de Walter Benjamin. L’enquête menée avec Paula Vasquez sur la gestion de la catastrophe naturelle de 1999 au Venezuela a permis de discuter le concept d’exception humanitaire : contre l’idée commune de la banalisation de l’état d’exception, à partir d’une extrapolation de Carl Schmidt, il s’agit de montrer la multiplication de ses formes empiriquement repérables. L’étude faite avec Estelle d’Halluin sur le développement de la certification médicale dans les demandes d’asile a proposé une analyse de l’administration de la preuve par les traces laissées sur les corps par les persécutions subies : elle prolonge ainsi les réflexions de Talal Asad sur la torture.

3Plusieurs invités ont apporté leur contribution à ce séminaire : Patrick Pharo, directeur de recherche au CNRS, sur la sociologie des faits moraux ; Achille Mbembe, professeur à l’Université de Witwatersrand de Johannesburg, sur la politique comme forme de dépense en Afrique subsaharienne ; Stefania Pandolfo, professeur à l’Université de Californie à Berkeley, sur les imaginaires de l’Immigration au Maroc ; Francine Saillant, professeur à l’Université de Laval à Québec, sur l’action humanitaire vue depuis le Brésil ; Nancy Scheper-Hughes, professeur à l’Université de Californie à Berkeley, sur la violence ordinaire au Brésil et en Afrique du sud ; Yannick Jaffré, enseignant à l’École, sur les catégories morales autour de la mort maternelle en Afrique de l’ouest. Le cycle de séminaires s’est conclu par une journée intitulée « Économies morales contemporaines » au cours de laquelle sont Intervenus Zygmunt Bauman, professeur aux Universités de Leeds et de Varsovie, sur la notion de vies gaspillées, Jonathan Friedman, directeur d’études, sur la moralisation de l’anthropologie, Nancy Scheper-Hughes, sur les trafics d’organe, Didier Fassin sur la dialectique des vies sacrées et des vies sacrifiées. Par ailleurs, un cycle de conférences « Antropología política y moral » a été donné au mois de juin, en collaboration avec Mabel Grimberg, à l’Université de Buenos Aires, dans le cadre des échanges avec l’École.

Publications

  • Faire de la santé publique, Rennes, Éd. de l’École nationale de santé publique, 2005, 61 p.
  • Avec P. Bourdelais, dir., Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte (« Recherches »), 2005, 226 p.
  • « Compassion and repression. The moral economy of immigration policies in France », Cultural anthropology, 20, 3, 2005, p. 362-387.
  • Avec P. Vasquez, « Humanitarian exception as the rule. Political theology of the 1999 “Tragedia” in Venezuela », American ethnologist, 32, 3, 2005, p. 389-405.
  • Avec E. d’Halluin, « The truth from the body. Medical certificates as ultimate evidence for asylum-seekers », American anthropologist, 107, 4, 2005, p. 597-608.
  • Avec R. Rechtman, « An anthropological hybrid. The pragmatic arrangement of universalism and culturalism in French mental health », Transcultural psychiatry, 42, 3, 2005, p. 347-366.
  • Avec M. De Konninck, « Les inégalités sociales de santé, encore et toujours. Introduction », Santé, société et solidarité, 2, 2005, p. 5-11.
  • Avec P. Aïach, « L’origine et les fondements des inégalités sociales de santé », La Revue du praticien, 54, 20, 2005, p. 2221 -2227.
  • « La santé publique, entre bio-pouvoir et bio-légitimité », dans Penser avec Michel Foucault. Théorie critique et pratiques politiques, M.C. Granjon (éd.), Karthala, Paris, 2005, p. 160-181.
  • « Le sens de la santé. Anthropologie des politiques de la vie », dans Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux, F. Saillant et S. Genest (éd.), Québec, Presses universtaires de Laval, et Paris, Anthropos-Économica, 2005, p. 383-400.
  • « À l’écoute de l’exclusion », Sciences humaines, dossier « Comprendre le travail social », 159, 2005, p. 20-25.
  • « Le travail politique des militants de la santé », Humanitaire. Enjeux, pratiques, débats, n° sp. « Quelle santé pour les migrants en Europe ?, 2, 2005, p. 164-167.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 368-370.

Référence électronique

Didier Fassin, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17578

Haut de page

Auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals