Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 373-375

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Les peurs : l’ennemi intérieur représentations collectives des parasites

1Ce séminaire était la quatrième et dernière année d’une analyse des peurs collectives dans une perspective comparative.

2Depuis l’Antiquité, les parasites (étymologiquement « mauvais commensaux ») ont été des hôtes indésirables, mais, à partir du XVIIIe siècle, le terme s’étend à un éventail toujours plus large d’entités : la vermine infestant logis, animaux, champignons, bactéries virus et colonisant le corps humain.

3Peut-on voir dans ces parasites un focus universel d’émotions négatives telles que le dégoût, l’inquiétude, la frayeur, qui ne cesse de s’élargir avec l’Identification toujours plus rapide d’entités dangereuses pour l’homme ? Il est certain que les micro-organismes, longtemps invisibles à l’œil nu, ont constitué un problème taxinomique pour toutes les sociétés. Longtemps une reproduction incompréhensible (métamorphoses multiples, passage à travers plusieurs hôtes), un nombre incommensurable, un habitat loin de la lumière, etc., ont alimenté des liens symboliques avec le monde des morts. On leur attribuait une « génération spontanée », dont l’exemple était l’apparition des asticots dans les cadavres.

4Pendant plusieurs séances nous avons brièvement examiné quelques cas de conflits théoriques du passé : les critiques des travaux au microscope de A. Von Leeuwenho, la rencontre des parasitologies sino-japonaise et européenne à l’époque Meiji, l’échec de l’identification du « bacille » de la peste par T. Kitasato et le succès de A. Yersin à Hong Kong.

5L’observation scientifique des parasites a parfois créé des monstres de papier (cf. les dessins de Bonomo) tels le sarcopte de la gale en forme de crâne, ou certains des « insectes » mushi inclus dans les pharmacopées japonaises. Parfois, grâce à la macrophotographie, des organismes nouvellement découverts nous terrorisent par leur morphologie (les acariens) et sont rendus responsables de craintes pathologiques souvent exagérées. En revanche, des entités à la frontière du vivant telles que le virus du sida peuvent, par hasard, apparaître – toutes pointes dressées – aussi malveillantes que mortelles.

6Les représentations des parasites sont en outre compliquées par des débats théologiques et moraux menés notamment par les créationistes, les « évolutionnistes chrétiens » et les scientifiques laïcs. Avec la christianisation de la société occidentale le concept de génération spontanée, bien que courant, était en contradiction flagrante avec le récit de la Genèse (cf. années précédentes, travail sur les monstres et les mutations). Dans certains milieux fondamentalistes on se demande encore si les créatures hébergées dans l’arche de Noé ont emporté avec elles une cargaison invisible de parasites (y compris les virus ?) qui devaient nous affliger par la suite. Darwin lui-même fut troublé par les « myriades de parasites rampants » qui rabaissaient la création. Leur cruauté, telles les larves qui dévoraient leur hôte vivant, lui parut « un antidote aux idées sentimentales que nous nous faisons de Dieu ». Les « évolutionnistes chrétiens » qui le suivirent (R. Lankester, 1879, et H. Drummond, 1883) écrivent que le parasitisme était l’Incarnation de l’égoïsme et de la paresse physique et morale. Pour Drummond, les muscles de l’âme parasitaire « deviennent faibles et mous ». La sacculina, parasite du bernard-l’hermite est une personnification de la dégénérescence et une violation de la Loi fondamentale de la nature. Drummond, malgré des idées apparemment hors de toute actualité, obtient actuellement vingt-huit mille entrées sur Google.

7Le bouddhisme et l’hindouisme accordent aux parasites, par le biais de la possibilité de « mauvaises réincarnations » (insecte ou « esprit affamé »-gaki/preta) une redoutable existence métaphysique. Relié de manière étroite mais invisible à notre vie, la leur consiste à se nourrir de nos déjections.

8Enfin nous avons examiné la littérature et les films d’horreur actuels. Le parasite tel Dracula et ses descendants ainsi qu’Allen y figurent au premier rang. Enfin, au-delà de la biologie, ce genre fait place aux envahisseurs artificiels tel l’acier des usines (Tetsuo) ou la nanotechnologie qui risque, selon M. Crichton, de transformer toute la matière en « gray goo ».

9En août-septembre j’ai fait des recherches dans les archives du Smithsonian Institution à Washington.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 373-375.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17580

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals