Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux

Jean-Claude Penrad
p. 375-378

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

1. Explorer, construire, expliciter le religieux par l’image. Religion et société en Afrique et ailleurs

1En invitant des anthropologues qui chacun, sur son terrain, a pratiqué l’enquête filmée et, en aval, s’est engagé dans un projet d’écriture visuelle, nous avons choisi de reconnaître la grande diversité des comportements et des contextes religieux et en même temps leur insertion dans des récits filmiques aux problématiques variées. La possession, le chant, le deuil, la représentation des traditions ou des choix religieux figurent certains domaines que nous avons approchés et débattus. Du fait de l’universalité des thèmes abordés, et de la place centrale que nous avons donnée au problème du récit en images, nous ne nous sommes pas restreint aux sujets africains et avons largement ouvert notre propos à d’autres aires culturelles.

2Une trentaine d’années après avoir filmé le culte de possession du nya, au Mali, Danièle Joncquers (CNRS-Université libre de Bruxelles) a réalisé un nouveau document témoignant, localement, des réactions du public et des acteurs du premier film survivants. Cette nouvelle approche d’un même culte nous révèle tout l’intérêt des regards décalés qui nous orientent vers une compréhension dynamique des phénomènes religieux où s’affichent les problèmes de souvenir et de conscience des pratiques liées à la croyance. Un décalage d’un autre ordre, celui des choix d’écriture et non plus de la seule relation au terrain, a été étudié. Il met en relief autant l’effet visé sur le public que la démonstration d’un type de possession de l’Italie du sud. La Taranta de Gian Franco Mingozzi, résulte de la collaboration d’un anthropologue, d’un cinéaste et d’un poète. La fusion des composantes filmiques (image et son), documentaires et littéraires, de même que la date de réalisation, ont suscité des interrogations relatives à la production d’une réalité anthropologique, c’est-à-dire d’une forme, historiquement marquée, sachant combiner description factuelle et gestion des émotions sensibles, religieuses, esthétiques et intellectuelles.

3Caterina Pasqualino (CNRS-LAIOS), avec la présentation de son film Des chants pour le ciel, traitant des saetas interprétées par des Gitans andalous, nous a permis de poursuivre ce problème du traitement des émotions, notamment de la souffrance collective et individuelle, par le film. La question de l’éloignement du contexte physique, de la soustraction d’une part du réel, afin de dégager un propos sur les émotions religieuses, en écho cependant à des contextes historiques et sociaux, a été longuement débattue. Incidemment, le film de Lorenzo Brutti, Il cantamaggio (chanter le mois de mai), dont le propos est centré sur les chants de quête interprétés par des musiciens, circulant de maisons en fermes, dans la région italienne des Marches, nous a permis de dégager d’un répertoire trivial ce qui s’insère dans un calendrier religieux, celui du renouveau de mai, Intervenant après les Rameaux et Pâques. Cet exemple révèle combien un récit filmé peut véhiculer plus que son propos affiché et ainsi élargir la vision que nous avons des phénomènes religieux.

4La mort, à côté de la disparition d’une individualité vivante, est aussi l’ouverture sur le vécu d’une absence, sur le deuil et la mémoire. Sur ce thème, Colette Piault (CNRS-SFAV) nous a présenté Dead presumed missing ? qu’elle a réalisé avec Paul Sant Cassia (Université de Durham). Ce film au-delà de la gestion strictement politique des suites de la guerre de 1974, à Chypre, nous donne une compréhension des rituels de mort opposant les Grecs chrétiens aux Turcs musulmans. Cette expérience du deuil, partagée cette fois-ci, réunissant pour l’occasion le narrateur et les sujets du film, est traitée dans Chaalo, les voix du deuil, un film de Thomas Osmond (Université d’Aix-IEA) et Jean-Marc Lamoure (cinéaste). La rencontre du deuil récent de l’un des réalisateurs avec le protagoniste du film, un marginal oromo, possédé et expert religieux consulté par ses compatriotes éthiopiens affectés par la mort et le désarroi, est conçue afin de rendre plus familière le vécu d’une personnalité hors du commun, notamment dans sa position d’expert religieux. Inversement, avec un film relatant le passage d’un homme à l’ascétisme jain, Marie-Claude Mahias (CNRS-CEIAS) nous a montré un contre-exemple de traitement des faits religieux. Sa démonstration révèle qu’une mauvaise gestion du temps, qu’un assemblage non pertinent d’éléments folklorisants, d’interviews et de descriptions événementielles ne permettent que de donner une image anecdotique et problématique des choix religieux motivant les ascètes jain.

5Enfin, nous sommes revenus sur le problème de la mise en spectacle d’un rituel, en partant de notre film Maulidi ya Hom tourné à Zanzibar, et nous avons développé certains aspects de la commémoration shi’ite du martyre de l’Imam Hussein, petit-fils du prophète Muhammad. Les visions politiques du religieux, autour de ces cérémonies du mois de muharram ont été recherchées dans des extraits de documents filmés en Afghanistan, en Iraq et au Liban, ceci en dégageant notamment l’efficience de l’affliction dans une perspective de renaissance attendue. La féminisation des rituels shi’ites, dans un contexte iranien, a été également abordée à partir du film de Ingvild Flaskerud, « Standard-bearers of Hussein. Women commemorating Karbala », présenté au Bilan du film ethnographique, en mars 2005.

2. Migrations dans l’océan Indien occidental. Sociétés locales et pouvoirs religieux en Afrique orientale et australe, à l’époque contemporaine (avec Nicole Khouri, maître de conférences à l’Université Paris-I-IEDES)

6À partir de nos expériences respectives, au Mozambique, pour Nicole Khouri, et en Afrique orientale continentale et insulaire, pour Jean-Claude Penrad, nous avons tenté d’isoler des thèmes relatifs aux interactions, sociales, religieuses et politiques intervenues entre les sociétés locales et des communautés confessionnelles d’origines étrangères. Les questions des limites, des frontières communautaires ou identitaires, comme celle du métissage, ont été relativisées en insistant sur les contextes historiques, pour éviter tout anachronisme, et sur les dynamiques internes et plus largement locales, voire internationales, qui font que les individus jouent opportunément d’un système d’appartenances multiples. Après un rappel historique destiné à préciser comment et pourquoi des Indiens sont venus commercer et s’établir au Mozambique, Nicole Khouri a notamment développé le positionnement ambigu de ceux-ci, dans le contexte de « l’Estado Novo » portugais. Franck Raimbault (post-doctorant à Paris-I) s’est attaché à documenter l’histoire d’une communauté indienne diversifiée dans le contexte d’un autre colonialisme, celui émergeant au Tanganyika, pendant la période allemande (1891-1914). Éric Germain (post-doctorant) s’est intéressé à l’identité des musulmans sud-africains, originaires, pour la plupart, du Gujarat mais dispersés entre plusieurs catégories confessionnelles au sein de l’Islam (Bohra, Ismaïliens nizarites, Memons, Surti,...). Il a mis l’accent sur les variations identitaires et notamment sur l’évolution récente vers une identité gujarati, en dépit des tensions linguistiques (entre gujarati, urdu et arabe) et religieuses, notamment avec l’action du Tabligh-e Jamaat et d’autres organisations musulmanes réformistes. Suzanne Chazan (IRD) a posé la question de la nature et de la perception du métissage ches les Indiens de l’île Maurice et les Malgaches de la côte ouest de Madagascar. Jean-Claude Penrad s’est lui employé à décrire une pratique missionnaire, celle de la Ahmadiyya, un courant religieux né sur le sous-continent indien et considéré comme hérétique par beaucoup d’autres musulmans. La comparaison avec la démarche de terrain du Tabligh-e Jamaat, autre mouvement missionnaire très actif en Afrique et en Europe, a été ébauchée. Enfin, lors de deux autres séances, Jean-Claude Penrad a partagé ses analyses avec deux post-doctorants, Ludovic Gandelot (Paris-VII), à propos des Ismaéliens Bohra d’Afrique orientale et de Madagascar, et Thomas Vernet (Paris-I) pour ce qui est de l’histoire des cités swahili en relation avec les migrations continuelles qui ont contribué à façonner des réalités urbaines selon un modèle relevant de la longue durée.

Publications

Jean-Claude Penrad

  • « Chorégraphies mystiques. Vidéographie et relations de rituels : Zanzibar, Comores, Syrie », Journal of the history of sufism, 4, 2004, p. 117-130.
  • « La question de l’objectivité : Redondance ou ubiquité ? IIe Festival d’anthropologie visuelle de Moscou, Université d’État de Moscou “M.V. Lomonossov”, 24 au 28 mai 2004 », Journal des anthropologues, 100-101, 2005, p. 379-383.
  • « Le long cours swahili », Outre-Terre. Revue française de géopolitique, 11, 2005, p. 507-514.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 375-378.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17581

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals