Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Organisations et transformations sociales en Australie

Laurent Dousset
p. 400-401

Texte intégral

Laurent Dousset, maître de conférences

La construction de la personne en Australie : de l’incertitude à l’anomalie

1Au cours de l’année, nous avons discuté et analysé la construction et la place de la personne au sein du réseau social et selon le modèle proposé par le discours emic sur la « culture » et les normes culturelles. De la conception jusqu’à la mort, en passant par la naissance, les relations particulières établies dès le plus jeune âge (par exemple celle connue sous le nom de kalyartu), le système et l’attribution de la nomenclature personnelle ou encore les ressemblances physiques entre personnes, et entre personnes et les caractéristiques physiques présupposées des héros mythologiques, nous avons montré que la construction de la personne – l’initialisation de sa place dans la géographie sociale et territoriale – suivait, pour une partie non négligeable sinon prépondérante des individus, des trajectoires aléatoires, peu arbitraires et négociées que nous avons appelées « le problème de la gestion de l’incertitude ».

2Ainsi, nous avons étudié la part dite normative ou dogmatique associée à la conception de la personne, y compris l’esprit, le corps, le soi, la personne au sens juridique (ayant des droits et obligations), l’individu etc. Il s’agissait de présenter et de discuter le discours emic, qui se fonde sur des concepts emics, concernant la définition de l’être humain, ou plutôt de ce qu’il devrait être. Comparant ce discours, cette personne « idéale » avec la réalité ethnographique, un certain nombre de déviations intéressantes ont été constatées. Ces déviations (qui ne sont en aucune mesure « déviantes ») nous sont apparues systématiques dans certains cas, rappelant une norme culturelle non explicite et non dite, mais pourtant tout à fait concevables par les acteurs eux-mêmes. C’est cette déviation et sa gestion, cette différence signifiante entre discours sur l’idéal et réalité du vécu, qui nous a semblé davantage exprimer un « modèle culturel » que les dogmes ou les expériences et pratiques comprises individuellement. Nous en avons dégagé une définition de la notion de culture qui reflète davantage la dialectique entre absolu et relatif, entre théorie emie ou dogme et expériences individuelles, que la circonscription d’une entité strictement délimitable.

Publications

  • « Ontogenèse d’un mythe événementiel en Australie », Technique et culture, 43-44, 2004, p. 45-59.
  • « Structure and substance : combining “Classic” and “Modem” Kinship studies in the Australian Western desert », The Australian journal of anthropology, 16(1), 2005, p. 18-30.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 400-401.

Référence électronique

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17597

Haut de page

Auteur

Laurent Dousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals