Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien

Georges Condominas
p. 410-412

Texte intégral

Georges Condominas, directeur d’études

Espace-social : réexamen d’un outil conceptuel (suite)

1Le directeur d’études avait prévu de clore son enseignement de ces dernières années par l’examen des rapports à l’environnement des populations côtières. Les circonstances suscitées par l’invitation somptueuse (27 mars-3 avril) du nouvel Institut de Kyoto Histoire et écologie de l’Asie des moussons tropicales à présenter cette phase ultime en conférence inaugurale à son colloque national. Exposé fait en français et traduit au fur et à mesure en japonais a porté sur l’« Ethnologie diachronique et écologie : la façade pacifique de l’Asie des moussons tropicale ». En arrière-plan cette conférence confrontait l’« espace-social » à l’ancienne Confédération du Champa composée d’entités politiques tournées vers la mer (nous avions vu auparavant la Confédération Tay de type montagnard).

2Parmi les conférences présentées par les membres du séminaire, quatre d’entre elles ont porté sur des populations maritimes ou fluviales.

  • À l’Ouest de la Péninsule indochinoise, Jacques Ivanoff (CNRS) a exposé une vue d’ensemble des Mokens à la suite de la publication de son gros ouvrage, véritable somme sur ces nomades marins, Les naufragés de l’histoire : les jalons épiques de l’identité moken (archipel Mergui, Thaïlande-Birmanie).
  • Le gouvernement du Myanmar ayant misé sur les produits de la mer (sans d’ailleurs y mettre vraiment les moyens), cela a provoqué l’afflux de pêcheurs birmans dans le Myeik (Mergui en birman) où ils vont désormais cohabiter avec les Mokens dont ils réduisent l’ère d’exploitation. Exposé de Maxime Boutry (membre de l’équipe de J. Ivanoff) : « Dynamique sociale et appropriation de l’archipel de Myeik (Birmanie) ».
  • À l’Est de la Péninsule, Laura Bogani nous a entraînés sur cette côte du Pacifique qui fut le domaine des Chams, s’attachant principalement dans un premier exposé sur Muî Né (région de Phan Thiet) et Hoi-An, centré sur la construction navale (et la pêche) où survivent des éléments de la technologie chame. Son second exposé a porté sur l’histoire du port de Hoi-An et l’estuaire du fleuve Thu-Bôn. Port international réputé sous le nom de Faïfo dès le XVIe siècle et dont la place a été reprise par Dà Nang (Tourane) à la suite de l’ensablement de l’estuaire au XIXe siècle.
  • Quant aux Chams présentés par Agnès De Féo dans « le culte des saints musulmans au Cambodge : le cas de l’imam San », ils ne sont plus riverains de la « Mer de l’Est », car ce sont des descendants de Chams Bani qui ont fui le Champa après la conquête de celui-ci par les Vietnamiens. Ils pratiquent un islam particulier et assez surprenant.

3En contraste, l’exercice de l’Islam dans l’immensité chinoise que Jean Berlie (Hong-Kong) a présenté après de nombreuses enquêtes dans l’ancien Empire du Milieu postmaoïste. En dehors du pays ouighour où l’islam est accroché à l’ethnie dominante, les Hui sont remarquables par leur ubiquité (en Asie du Sud-Est septentrionale on les connaît comme caravaniers), et surtout par leur discrétion renforcée après l’épreuve subie sous la domination des gardes rouges.

4Autre aspect de l’Islam, opposé au précédent, proposé par Stephen Headley (CNRS), puisqu’il s’agit de l’Indonésie, le plus grand État musulman du monde. Sous le titre de « La mosquée de Durga » qu’il a repris de son très important ouvrage (Durga’s Mosque : cosmology, conversion and community in Central Javanese Islam), l’auteur de ce sujet très complexe (ne serait-ce que cette association dans le titre du sanctuaire musulman et de la terrible déesse hindoue) a privilégié les aspects politiques et religieux, en rappelant au préalable les données principales de l’histoire.

5La disparition d’un objet chargé d’histoire(s) comme le sabre de l’Empereur Gia Long entraîne Dominique Rolland (INALCO) dans une enquête sur des aspects peu traités de l’histoire du Vietnam moderne.

6Une partie importante du séminaire a été consacrée à des pays dont la religion dominante est le bouddhisme des Anciens (ou du « Petit Véhicule » pour les Mahayanistes) : Cambodge et surtout Laos.

7Le Cambodge a déjà été évoqué à propos de Chams Bani, mais la conférence abondamment illustrée du professeur Ang Choulean (Phnom Penh) nous fait redécouvrir un rituel traditionnel que, malgré son coût et sa complexité, les Khmers rouges n’ont pas réussi à complètement éradiquer « la retraite dans l’ombre, un rite de nubilité féminine ».

8Le Laos a donné lieu à trois conférences. Sophie Clément a traité des lieux sacrés et de la représentation de l’espace chez les Lao. Voyage où s’entrelacent ces sites et les mythes, sites bouddhiques et ceux des mythes. Avec au niveau de chaque village : la pagode et l’autel du génie tutélaire. Mani-Samouth Doré s’est attachée à l’un des objets particulièrement importants de l’espace sacré de la pagode, donc de la communauté : le tambour du monastère. Chacune des cinq étapes de sa construction nécessite un rituel et son inauguration donne lieu à des festivités. Véronique de Lavenère, doctorante en ethno-musicologie, musicienne instrumentiste et ethnologue, a consacré deux séminaires (un troisième est prévu) au khène (orgue à bouche), l’instrument emblématique au Laos. Elle a basé ses enquêtes sur l’échange (ne pas apparaître comme observateur-consommateur) avec son mari jongleur-acrobate professionnel et elle-même jouant de sa flûte traversière. Après ses recherches sur les Lao proprement dits (où elle a appris à jouer du khène auprès d’un maître), base de sa maîtrise, elle a étendu ses recherches sur l’orgue à bouche dans deux groupes austroasiatiques (un du Nord, l’autre du Sud), trois tibéto-birmans et un hmong. Même si on trouve dans les groupes les mêmes deux types de répertoires (l’un rituel, l’autre de divertissement), des différences notables sont vite apparues tant en organologie qu’en manière de jouer et même les circonstances d’exécution, et bien entendu le contexte spécifique de chaque ethnie. Signalons également la qualité des enregistrements musicaux et visuels.

Publications

  • « Interventions au colloque du Musée de la Corse », dans Corse-Colonies. Colloque 19-20 septembre 2002, Musée de la Corse/Éd. Alain Piazzola, 2004, p. 131, p. 135, p. 205.
  • Préface à J. Ivanoff, Les naufragés de l’histoire : les jalons épiques de l’identité moken (archipel Mergui, Thaïlande-Birmanie), Paris, Les Indes savantes, 2004, p. 13-20.
  • « Môt khía canh cua su nghiêp truóc thuât cua Lê Thành Khôi » [Un aspect de l’œuvre de Lê Thành Khôi »], dans Tu Dông sang Tây (trad. du vietnamien Est-Ouest), Cao Huy Thuân, Nguyen Tung, Tran Hai Hac et Vinh Sinh (eds), Nha xuât ban Da Nang, 2005, p. 452.
  • « Les Cham dans le Vietnam pluriethnique », dans La Sculpture du Champa (ve-xve). Trésor d’art du Vietnam, catalogue réalisé sous la dir. de P. Baptiste et T. Zéphir, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 49-55, ill.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 410-412.

Référence électronique

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17603

Haut de page

Auteur

Georges Condominas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals