Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale

Jean Jamin, Patrick Williams et Jean-Paul Colleyn
p. 419-421

Texte intégral

Jean Jamin, directeur d’études avec Jean-Paul Colleyn, maître de conférences

Question de méthode et de conceptualisation

1Tout en prolongeant les séances de l’an passé en ce qui concerne l’histoire et l’épistémologie classiques de l’anthropologie, et en faisant appel à des exposés de travaux en cours d’étudiants (Patrice Grognet sur l’histoire du Musée de l’Homme, Christelle Ventura sur la fondation controversée du musée du quai Branly, Christine Laurière sur la Mission île de Pâques de 1935, Frédérick Keck sur l’œuvre de Lucien Lévy-Bruhl, Vincent Debaene sur celle de Claude Lévi-Strauss), ce séminaire s’est attaché à explorer un nouveau champ d’études en reprenant, d’un point de vue anthropologique, la question de la fiction – qu’elle soit littéraire, théâtrale, cinématographique, picturale ou même « ethnographique » si l’on entend par là l’examen de conduites fictionnelles telles que la possession ou la mascarade, et qu’il convient de distinguer de toutes celles qui ressortissent à la croyance, au mythe ou à la légende. Dans un premier temps, il s’est agi de critiquer l’usage inflationniste et, ce faisant, peu précis que les sciences humaines dites postmodernes font de la notion de fiction – qui tend à se confondre avec celle de récit –, notamment à des fins rhétoriques pour souligner d’une part la « fausseté » des croyances exotiques et, d’autre part, les illusions d’optique de certains observateurs, « exotes » ou même ethnologues. Dans un second temps, une définition plus rigoureuse de son emploi a été proposée à partir d’un examen serré des conceptions classiques (par exemple chez Aristote, Platon, Hume, Kant, Freud) et des acceptions plus récentes de la notion de fiction en narratologie (Gérard Genette, Thomas Pavel, Doritt Cohn, Jean-Marie Schaeffer, etc.) ou en anthropologie (notamment chez Marcel Griaule, Michel Leiris, Edmund Leach, Clifford Geertz, James Clifford, Marc Augé). L’idée ultra-relativiste selon laquelle tout serait fiction a été fermement écartée. Considérant que la recherche de vérité(s) doit demeurer à l’horizon des efforts des scientifiques, il est judicieux d’éviter les emplois rhétoriques de la notion de fiction et d’en réserver l’usage à la fiction artistique, qui se distingue alors du faux (du mensonge), de l’erreur (de l’illusion), du mixte des deux (de l’idéologie), de la croyance (de la religion), du présage (de la superstition) ou encore de l’hypothèse (de la théorie). La fiction artistique, toutefois, retombe dans l’escarcelle de l’anthropologie puisqu’elle entretient avec l’Imaginaire collectif des relations d’influences réciproques. Comme le note Claude Lévi-Strauss (« Finale » de L’Homme nu, p. 560), « les œuvres individuelles sont toutes des mythes en puissance, mais c’est leur adoption sur le mode collectif qui actualise, le cas échéant, leur mythisme ». Ce mythisme, ces « parties critallines » des œuvres, ces relations d’influences réciproques ont été étudiées à partir d’exemples empruntés à la littérature romanesque occidentale, réaliste ou non (Stendhal, Dumas, Melville, Flaubert, Musil, Faulkner), et du cinéma documentaire (Errol Morris, Yolande Zauberman, Ana Bokova, Peter Friedman, Jean-François Brunet) où, parfois, les techniques de la fiction viennent combler l’absence d’images référentielles, ce qui ne pose aucun problème lorsque le pacte narratif est clair. Un premier état des réflexions développées dans ce séminaire a fait l’objet d’une collaboration des animateurs du séminaire (Jean Jamin et Jean-Paul Colleyn), et de certains de ses participants (Frédéric Keck, Vincent Debaene, Christine Laurière) à un numéro spécial de L’Homme (n° 175-176), initié par des membres du Centre de recherche sur les arts et le langage (François Flahault et Nathalie Heinich) et expressément consacré à la « Vérité de la fiction ».

Publications

Jean Jamin

  • « Jazz e antropologia. Due mondi così lontani ? », Musica jazz, 60 (11), 2004, p. 34-36.
  • « Fictions haut régime. Du théâtre vécu au mythe romanesque », L’Homme, 175-176, 2005, p. 165-202.
  • « Rendez-vous manqué avec le vodou », Gradhiva, 1 (nouv. série), 2005, p. 225-232.

Jean-Paul Colleyn

  • « Films on African folklore », dans African folklore : an encyclopedia, P. Peek (éd.), New York/Londres, Routledge, 2004, p. 125-134.
  • « L’ethnographie, essais d’écriture », Critique, 680-681, 2004, p. 39-149.
  • « Jean Rouch, presque un homme siècle », L’Homme, 2004, 171-172, p. 537-541.
  • « Fiction et fictions en anthropologie », L’Homme, 175-176, 2005, p. 147-164.
  • Éd., Emmanuel Terray, Traversées, Bruxelles, Labor, 2005, 173 p.

Jean Jamin, directeur d’études avec Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

Jazz et anthropologie

2Le séminaire de cette année a été essentiellement consacré à l’étude des phénomènes d’interaction, de transmission et de diffusion qui sont à l’œuvre dans ce qu’à la suite d’Alexandre Pierrepont (Université Paris-VII) – qui en a forgé et creusé le concept lors de la présentation de ses recherches ethnographiques sur les musiciens afro-américains de Chicago – on peut appeler le « champ jazzistique ». Ces phénomènes relèvent, pour reprendre une notion de Christian Béthune, elle-même empruntée au linguiste Walter Ong, d’une sorte « oralité seconde », qui signifie que les jazzmen peuvent avoir recours ou non au médium de l’écriture, en l’occurrence recours ou non à la notation, à la partition, au manuel – l’enregistrement, c’est-à-dire les dispositifs de reproduction sonore et d’audition, sous quelque forme que ce soit, demeurant l’essentiel. L’apprentissage par « imitation » et « interaction » (Jocelyn Bonnerave ; Michael Molasky, University of Minnesota ; Grégoire de Villanova), par « écoute » et « imprégnation » (Peter Szendy, Université de Strasbourg ; George Lewis, Columbia University ; Patrick Williams, CNRS) semble ici déterminant et, paradoxalement, constitue le socle sur lequel peut se développer l’improvisation (Marc Chemillier, Ircam ; Bernard Lubat, Compagnie Lubat). Si bien qu’on a pu dire qu’en jazz « les musiciens parviennent à un style qui prend et garde étrangement la priorité sur leurs précurseurs, de sorte que l’on peut croire qu’ils sont imités par leurs ancêtres » (Geoff Dyer, Jazz Impro, Paris, 1995). En conclusion des quatorze séances du séminaire, Bernard Lortat-Jacob (CNRS), reprenant et développant les réflexions abordées l’an dernier par Jean Jamin et Patrick Williams sur la vocalisation en jazz, s’est penché sur les interprétations de Georgia On my mind par Ray Charles, lequel en a fait une manière de portrait acoustique de soi et de ses paysages intérieurs – une manière d’anthropologie sonore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jamin, Patrick Williams et Jean-Paul Colleyn, « Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 419-421.

Référence électronique

Jean Jamin, Patrick Williams et Jean-Paul Colleyn, « Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17610

Haut de page

Auteurs

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Jean-Paul Colleyn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals