Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Folie et lien social

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière
p. 444-445

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, maîtres de conférences

Raconter des histoires, raconter son histoire, raconter l’histoire

1Le séminaire de cette année fait suite aux trois séminaires qui avaient pour référence les deux Don Quichotte de Cervantes, et les trois séminaires qui ont traité des caractéristiques de la mémoire traumatique. Ces considérations sont portées par la clinique psychanalytique des traumas et de la folie, où les textes littéraires valent à la fois comme document théorique de recherche, et comme témoignage clinique sur le lien transférentiel.

2La vie et les opinions de Tristram Shandy, gentleman de Laurence Sterne prend explicitement l’œuvre de Cervantes comme source d’inspiration, quelque cent cinquante ans après. Regardant la folle, la dette à l’égard de Swift est aussi plus d’une fois soulignée par l’auteur. Notre travail nous a également amenés cette année à nous appuyer sur les recherches du professeur Dori Laub (Université Yale) sur la question des témoins lorsque des bourreaux organisent jusqu’à la disparition de la disparition, à quelque échelle que ce soit.

3Sur fond d’un accouchement autobiographique qui n’en finit pas de ne pas arriver, Laurence Sterne organise d’emblée un praticable de fiction qui va lui permettre d’approcher, comme aussi cliniquement, l’expérience d’un soldat traumatisé, l’oncle Toby, bientôt associé à son Sancho Pança, le Caporal Trim. Les caractéristiques particulières du transfert, dans ce cas, sont présentées d’une façon à la fois humoristique et exigeante, sous la forme du hobby horse, du « dada », cheval jupon issu des danses guerrières de la Merry England, qui catalyse ici la faille du thérapeute, seule capable de mettre en mouvement un temps gelé.

4Un événement enregistré sans filtre sous forme traumatique ne se laisse pas approcher sans les outils détaillés par Laurence Sterne, après Cervantes :

  • la mise en œuvre d’une fiction, qui permet l’usage des parts autobiographiques les plus rudes de l’auteur (comme aussi bien de l’analyste) : la mort de son père militaire, la mort de ses frères et sœurs comme rythme de la vie familiale, la mort de presque tous ses propres enfants, etc.
  • la nécessité de la présence active d’un therapôn, ici Trim, qui sait d’expérience de quoi il retourne. Leur lien transférentiel, marqué d’une forme de réciprocité, n’a rien à voir avec la compassion. Il agit à partir d’un petit temps d’avance que le thérapôn doit à l’autre qu’il accompagne.

5Partageant le même savoir du Réel, cette relation thérapeutique va leur permettre de passer d’un point de honte et de ridicule, à un point de recul, d’où le temps arrêté du trauma va éventuellement pouvoir se remettre en marche. Le corps, qu’il s’agisse directement du corps traumatisé, ou de ce qui s’en transmet aux générations ultérieures, cesse alors d’être le champ clos d’une blessure Impossible à fermer (ici ce n’est pas une métaphore), pour passer, par le biais d’une carte, puis d’une reconstitution en relief, à la mise en espace, et à la transmission en mots.

6Ainsi l’ensemble de ce texte inclassable dans sa modernité, y compris dans ses aspects les plus cliniques, s’impose dans la description du rythme thérapeutique, dans chacune de ses étapes transférentielles, comparable aux moments successifs d’une analyse de trauma et de folle.

7Le professeur John Read, de l’Université d’Auckland (Nouvelle-Zélande) est venu présenter à notre séminaire ses recherches sur les rapports mesurables entre les traumas de l’enfance et l’apparition psychiatrique de la folie. Pour notre part, autour de notre livre History beyond trauma (Other Press, New York 2004), nous avons été conduits à présenter des séminaires et des communications au colloque ISPS de Chicago (« Extremes of experience »), au colloque de l’Université Columbia à New York (« Psychoanalysis and democracy »), à l’hôpital psychiatrique de Villahermosa et à l’Institut des sciences humaines de Cuernavaca (Mexique), au congrès de l’ΑΡΑ à New York, et enfin autour de la seconde édition de notre livre (février 2005), à présenter deux conférences et deux séminaires au département de littérature comparée de l’Université Emory à Atlanta, qui a orienté l’essentiel de ses recherches sur la question des traumas. Nous participons en juillet 2005 au congrès de l’ΙΡΑ à Rio de Janeiro, consacré au même thème, avant une série de conférences à l’hôpital psychiatrique de Belo Horizonte, au Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 444-445.

Référence électronique

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17634

Haut de page

Auteurs

Françoise Davoine

Articles du même auteur

Jean-Max Gaudillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals