Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la santé et du monde médical

Nicolas Dodier
p. 471-473

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Dodier, directeur d’études

1. Retour sur les sciences sociales (suite)

1Dans le prolongement des années précédentes, le séminaire s’est donné pour objectif d’étudier dans un même mouvement les changements relatifs aux institutions médicales, et les transformations des sciences sociales concernant la santé, le corps et le monde médical. Les séances ont été organisées en trois temps. Nous avons en premier lieu travaillé sur un schéma général de transformations du monde médical. L’accent a été mis tout d’abord sur la manière dont les acteurs ont investi la question de l’autonomie des patients. Nous avons en particulier insisté sur les tensions autour de l’autonomie qui accompagnent l’érosion et la recomposition de la tradition clinique, ainsi que sur les conditions d’émergence d’une médecine des preuves de type participatif. Autour de l’intervention d’Alexandre Jaunait (Comment pensent les institutions médicales ?), nous avons abordé comment le paternalisme médical a entrepris d’intégrer la pression libérale autour des droits des malades. Nous avons par ailleurs montré en quoi cette reconfiguration du rapport à l’autonomie s’articule avec une évolution profonde des conceptions de l’objectivité concernant la médecine. Ce point n’apparaît nettement que si l’on prend la mesure des tensions dont les sciences sociales ont été elles-mêmes le lieu depuis notamment trente ans. Nous sommes ainsi revenus sur les effets très sensibles du développement des Science studies depuis la fin des années 1970 sur le paysage intellectuel des sciences sociales concernant le corps et la médecine. Deux interventions sont venues prolonger cette réflexion : Annemarie Mol, de l’Université de Twente (Pays-Bas), autour de son livre Body multiple ; Alberto Cambrosio, de l’Université McGill à Montréal, autour de ses travaux sur « l’objectivité régulatoire ». Parallèlement à ce travail sur la science, nous avons initié une réflexion sur le droit. Nous nous sommes penchés sur le regain d’intérêt des juristes pour la médecine en reprenant notamment le cas de l’affaire Perruche. Et nous avons examiné les transformations de la conception de la responsabilité médicale, à partir de l’intervention de Janine Barbot et Emmanuelle Fillion concernant le processus de judiciarisation de la médecine.

2Nous avons consacré plusieurs séances à Michel Foucault. Initié les années précédentes, ce retour critique sur les transformations d’une pensée, dont les inflexions suivent d’une façon très sensible les changements plus larges de la société, s’avère aujourd’hui nécessaire pour bien saisir la portée et les limites de l’arrière-plan foucaldien qui imprègne aujourd’hui une grande partie des sciences sociales relatives au monde médical. Deux inflexions du travail de Foucault dans les années 1970 ont été examinées : le déplacement vers une critique généralisée du pouvoir, à travers les notions de « discipline » et de « technologiques politiques du corps » ; l’émergence des notions de « bio-pouvoir », de « bio-politique », et de « gouvernement », et les nouveaux horizons qui s’en dégagent vis-à-vis de la problématique du pouvoir. En contrepoint de ces séances, et pour mieux saisir l’espace des positions susceptibles d’être dégagées aujourd’hui autour des questions d’ordre bio-politiques, nous avons discuté avec Luc Boltanski de son dernier ouvrage, La condition fœtale.

3Enfin, plusieurs séances ont porté sur l’interactionnisme anglo-saxon. Il nous semblait en effet important de faire un premier point sur les grandes lignes de la pensée bio-politique de ce courant qui est aujourd’hui, en regard de Foucault, le deuxième pôle de référence des sciences sociales, notamment françaises, autour de la médecine. Nous avons consacré deux séances à l’œuvre d’Anselm Strauss : une première centrée sur la manière dont Strauss et Glaser ont investi la question de la mort à l’hôpital au milieu des années 1960 ; la deuxième portant sur la façon dont Strauss et son équipe ont tenté de saisir, vingt ans après, les nouvelles conditions organisationnelles du travail à l’hôpital. Nous avons par ailleurs montré, à travers une étude sur Howard Becker, en quoi la pensée bio-politique de l’interactionnisme s’est inscrite dans une problématique de la marge et de la déviance.

2. La psychiatrie et la santé mentale aujourd’hui

4Une fois par mois, le séminaire était centré, en collaboration avec Vololona Rabeharisoa, maître de conférences à l’École nationale supérieure des mines de Paris, sur la psychiatrie et la santé mentale. Nous sommes tout d’abord revenus sur certaines transformations de long terme, en présentant la forme spécifique qu’a prise la tradition clinique en psychiatrie, dans le cadre de l’asile, et en examinant, autour du Livre Blanc de la psychiatrie publié en 2003, les grandes lignes du travail politique dans lequel sont engagées aujourd’hui les organisations professionnelles du domaine. La forme prise par la question de l’autonomie en psychiatrie a été abordée à partir de deux interventions : celle de Benoît Eyraud concernant la mise sous tutelle ; celle de Jeannette Pols, du Timbos-Instituut d’Utrecht, concernant les différentes manières d’investir les soins auprès des personnes âgées, et notamment la toilette. Deux séances ont porté sur la place de la psychanalyse : Sandra Jacqueline a présenté une étude comparée de services hospitaliers psychiatriques d’orientation psychanalytique et psychopharmacologique ; Andreas Mayer, du Max-Planck-Institut de Berlin, son travail sur la construction, à la fin du XIXe, de tests visant en psychologie à objectiver les associations des sujets. La réflexion sur les effets pragmatiques des différentes manières de constituer le corps et l’esprit des personnes, dimension transversale de toutes ces séances, a été développée en direction de la génétique, à partir des recherches de V. Rabeharisoa sur les nouvelles formes d’intervention relatives à l’autisme.

Publications

  • « L’espace et le mouvement du sens critique », Annales. Histoire, Sciences sociales, 1, janvier-février, 2005, p. 7-31.
  • « Transnational medicine in public areas. Aids treatment in the South », Culture, medicine and psychiatry, 29 (3), 2005, p. 285-307.
  • Avec J. Barbot, « Approche sociologique des rapports des patients à l’univers médical. Le cas de l’infection à VIH », dans Santé et recours aux soins des populations vulnérables, P. Chauvin, I. Parizot (éd.), Paris, Éd. de l’INSERM, 2005, p. 226-234.
  • « L’infléchissement du travail politique autour des essais contrôlés. L’épidémie de sida à la fin du XXe siècle », dans Body counts. Quantification in the medical and health sciences in historical and sociological perspective, G. Jorland, A. Opinel, G. Weisz (éd.), Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2005, p. 359-374.
  • « S’en remettre à un spécialiste. Contribution à une histoire politique de la délégation des soins », Handicap. Revue de sciences humaines et sociales, n° sp. « Le consentement en santé mentale », 2005, p. 9-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Dodier, « Sociologie de la santé et du monde médical », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 471-473.

Référence électronique

Nicolas Dodier, « Sociologie de la santé et du monde médical », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17658

Haut de page

Auteur

Nicolas Dodier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals