Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et critique de l’humanisme

Yves Hersant
p. 501-503

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Yves Hersant, directeur d’études

Rêver au XVIe siècle

1Comme celui de l’année précédente, le séminaire avait une double fin : l’examen attentif des théories et des pratiques oniriques de la Renaissance, mais aussi l’Incitation à poursuivre les rêveries sur une période de notre histoire dont le nom même est problématique. En 2004-2005, toutefois, l’attention s’est concentrée sur quelques grands thèmes philosophiques et iconographiques. En premier lieu a été étudiée la vacatio animae chère à Marsile Ficin : cette « vacance de l’âme », qui suspend l’activité sensorielle et fait croître l’« activité intérieure » à mesure que l’« activité extérieure » décroît, est valorisée par nombre d’humanistes en opposition à la pratique rationnelle diurne ; à côté de la contemplation et de l’extase, le sommeil et le rêve en sont les manifestations privilégiées, qui doivent s’interpréter non plus comme des symptômes de paresse mais comme de précieuses occasions de s’unir au divin. Dans cette perspective, sommeil et rêve deviennent des métaphores de l’inspiration poétique : le rêveur communique avec les dieux comme le poète avec les muses, la figure de l’artiste (pour employer un terme anachronique) s’identifie à celle du rêveur, et le rêve permet aux artistes de rivaliser avec les philosophes ou les poètes. D’un tel usage de l’onirisme comme instrument d’inventio, le Sogno de Michel-Ange offre l’exemple le plus complexe ; plusieurs séances lui ont été consacrées. Mais divers graveurs méritent autant d’attention, tels Tito Vespasiano Strozzi, Agostino Veneziano et surtout Marcantonio Raimondi, dont le célèbre et mal nommé Songe de Raphaël conduit à d’autres Interrogations – en particulier, sur le rapport du rêve à la mélancolie, à la féminité, à la nudité. De même, l’examen de plusieurs « belles endormies », comme la Vénus de Giorgione aujourd’hui à Dresde, a incité les participants au séminaire à se demander pourquoi et comment la nudité féminine est devenue au Cinquecento le signe par excellence de la création inspirée, qui exalte la vacatio animae sans renoncer pour autant à la vigilance ni au contrôle de la raison (suivant la leçon de l’Apollon endormi de Lorenzo Lotto).

2Mais si le rêve peut donner forme visuelle aux concepts d’inspiration et de création, il peut présenter aussi un aspect démoniaque : c’est ce qu’a rappelé une deuxième série de séminaires, consacrée aux monstres de Bosch ou de Battista Dossi, ainsi qu’aux grotesques magistralement étudiés par Philippe Morel. De telles figures, tout en niant les principes dominants de la représentation, posent la difficile question de savoir comment représenter les phantasmata. Cette même question, vers la fin de l’année, a orienté le réexamen de quelques œuvres de Shakespeare – sonnets et tragédies –, avant de conduire à l’expression d’un doute : est-il certain que rêver consiste à produire des images ? Doute nourri par quelques (trop) brèves analyses de Michel Foucault, à la fin de son Introduction à Binswanger : « Peut-être l’Image n’est-elle pas faite de la même trame que l’imagination », « peut-être n’y a-t-il pas d’images du rêve ».

3Sur des questions voisines ou différentes, j’ai présenté des exposés ou tenu des conférences aux universités de Rome, Genève, Nantes, Versailles, Venise, Bergame, ainsi qu’à l’École normale supérieure de Pise, à l’Académie de France à Rome et au Centre Georges-Pompidou.

Publications

  • Mélancolies. De l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, 2005, 990 p.
  • Avec T. Golsenne et B. Prévost, trad. de Leon Battista Alberti, La Peinture, Paris, Le Seuil, 2004, 300 p.
  • « Contre l’euroculture », dans Quelle Identité pour l’Europe ? Le multiculturalisme à l’épreuve, sous la dir. de R. Kastoryano, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005 (2e éd. augmentée), p. 101-117.
  • « Hieroglyphica », dans Les Images parlantes, sous la dir. de M. Gagnebin, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 29-38.
  • « Mélancolie double », Théâtre public, 171, 2005, p. 81-86.
  • « Giochi di specchi : la macchina convertitrice di Ludovico Buti », Locus Solus 1 (« Il Ritratto »), Bruno Mondadori, 2005, p. 55-67.
  • « Ce qui revient », dans Robert Guinan, catalogue d’exposition, Académie de France à Rome, 2005, p. 11-16.
  • « Quelques jalons », Dossier « Arts visuels et théâtre », Studiolo. Histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, 3, 2005, p. 35-37.
  • « Notule sur un tableau d’Antoine Caron », Les Sibylles. Actes des VIIIe entretiens de La Garenne Lemot, Nantes, 2005, p. 49-55.
  • « L’acédie et ses enfants », dans Mélancolie. Génie et folie en Occident, sous la dir. de J. Clair, catalogue d’exposition, Paris, Gallimard/Réunion des musées nationaux, 2005, p. 54-60.
  • « Mélancolie rouge », ibid., p. 112-120.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Hersant, « Histoire et critique de l’humanisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 501-503.

Référence électronique

Yves Hersant, « Histoire et critique de l’humanisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17684

Haut de page

Auteur

Yves Hersant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals