Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 508-510

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

Ce que sait le roman (I)

1L’idée d’un « savoir » propre au roman est liée à l’histoire du genre lui-même, comme en témoignent les romans grecs (alexandrins), auxquels ont été consacrées plusieurs séances du séminaire. Elle connaît cependant des fluctuations historiques considérables. Au fil des époques et au gré des controverses anti-romanesques, la valeur-savoir du roman est réaffirmée ou révoquée en doute, voire purement et simplement déniée. L’âge classique admet mal que des fictions « mensongères » puissent enseigner des vérités. Quant aux défenseurs du roman, ils s’arc-boutent sur des positions défensives, préférant affirmer l’innocuité du roman contre les accusations d’immoralité plutôt que de mettre en avant des vertus cognitives potentiellement suspectes. La seule « connaissance » que puisse, pendant longtemps, revendiquer le roman, c’est celle du « cœur humain » ; encore apparaît-il, sur cette délicate matière, comme une source bien impure.

2Après avoir évoqué rapidement l’état de ces controverses aux XVIIe et XVIIIe siècles, le séminaire s’est penché sur une question centrale dans le débat entre partisans et détracteurs du roman comme source de savoir : celle de son rapport à la réalité, au « monde réel ». Des univers « chimériques » peuvent, à la rigueur, proposer des « modèles », éthiques ou même politiques (via l’utopie). Mais c’est l’Irruption de la réalité, le « passage des objets » dans le roman, qui en fait un vecteur, voire un producteur de savoir. Historiquement, la grande césure qui marque l’émergence de la Littérature au sens moderne (autour de 1800) correspond aussi au passage d’un monde romanesque à un autre : en amont, un roman « sans objets » (le Paris de Manon Lescaut, avec ses prisons et ses mauvais lieux, nomme le monde réel, mais ne le décrit pas) ; en aval, le réalisme, le naturalisme, etc. Or, entre ces deux états du roman, dominant la période de transition entre « belles lettres » et Littérature qui court des années 1790 aux années 1820, surgit un phénomène littéraire décisif pour cette transition même : le « roman historique ».

3On s’est donc penché sur le triomphe, éphémère et tout de suite combattu, de cette forme rendue célèbre par Walter Scott. Ont été étudiées en détail les répercussions de cette révolution romanesque dans le champ littéraire français et, en particulier, le regard admiratif mais aussi critique que les écrivains majeurs de la période portent sur Scott : Chateaubriand, Balzac (dont plusieurs préfaces dialoguent avec l’œuvre de Scott), Mérimée, Vigny et jusqu’à Flaubert, dont on a repris la « première Éducation sentimentale » avant de lire Salambô en parallèle avec Bouvard et Pécuchet. L’hypothèse qui se dégage de ces études est que le roman historique, avec ses prétentions (ludiques ou sérieuses) à être porteur d’un vaste savoir (davantage centré d’ailleurs sur l’homme et ses mœurs que sur l’histoire elle-même), a constitué le maillon décisif entre une littérature de la « connaissance du cœur » qui déjà prétendait (à la fin du XVIIIe) à la connaissance des « mœurs », et une revendication beaucoup plus large et ambitieuse : le roman désormais se veut porteur, non seulement des realia pris en charge par le roman historique, mais d’une appréhension et compréhension synthétiques du réel contemporain. Le roman « réaliste » se construit ainsi dans le sillage et à contre-courant du roman historique.

4Certains aspects de cette recherche ont été présentés dans une dizaine de colloques, dont : « Roland Barthes et la tentation du fragment », journée d’étude sur « L’écriture fragmentaire », laçi, Roumanie, novembre 2004 ; « La question du limes occidental de l’Europe, de Paul Valéry à Umberto Eco », colloque international « Umberto Eco. Signes, représentations, interprétations : l’identité culturelle européenne », Sofia, Bulgarie, novembre 2004 ; « La gloire et l’ennui : les écrivains face à la légende (1821-1852) », colloque international « Napoleon’s Legacies/Le sillage de Napoléon. 1804-2004 », Yale, décembre 2004 ; « De “Brutus dameret” à Brutus sans-culotte : héroïsme et gallicismes », colloque international « Contacts littéraires et naturalisations », Paris, Sorbonne, mai 2005 ; « Roland Barthes postclassique », colloque international « Le classicisme des modernes : les représentations du classicisme et leurs effets au XXe siècle », Reid Hall (Paris) et Bibliothèque municipale de Versailles, mal 2005 ; « En haine de l’Image. De l’iconophobie de quelques écrivains », séminaire « La Vita delle immagini », Venise, mai 2005 ; « Le castrat comme “eunuque” moderne. Regards français sur les “châtrés” au siècle des Lumières », colloque international « Onore a Farinelli », Bari, juin 2005.

Publications

  • L’Ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, nouv. éd., Le Seuil (« Points »), 2004, 602 p. ; traductions en chinois (Xin-Hua, 2004), anglais (The University of Chicago Press, 2005), arabe (Presses de l’Institut pour la culture, Le Caire, 2005).
  • Avec Y. Hersant, T. Pavel, L. Proguidis, Romanzo a romanzesco, Pesaro, Metauro Edizioni, 2004, 120 p. (« Lo Sceicco bienco contro il Cavaliere senza macchia », p. 23-44).
  • « Empire américain, fantasmes français », dans L’Empire américain ?, Les Entretiens d’Auxerre 2003, sous la dir. de M. Wieviorka, Paris, Balland, 2004, p. 107-121.
  • « Incarnation du Yankee. Sémantique et ethnicité dans l’antiaméricanisme français », dans Regards sur l’antiaméricanisme. Une histoire culturelle, sous la dir. de G. Katzarov, Giverny, Musée d’art américain/Terra Foundation for the arts, et Paris, L’Harmattan, 2004, p. 73-83.
  • « Le damier des Liaisons », dans Deux Siècles de Liaisons dangereuses, textes réunis par M. Delon et F. Fiorentino, Tarente, Lisi editore, 2005, p. 155-157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 508-510.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17689

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals