Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire

Irène Tamba
p. 523-524

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Irène Tamba, directeur d’études

L’enchaînement de deux faits/états en japonais et en coréen : de la condition à la cause

1Dans la continuité du séminaire de l’année précédente, où nous avions étudié l’enchaînement d’une condition à sa conséquence, nous avons examiné les marques dont on dispose en japonais et en coréen pour exprimer une relation causale.

2La première difficulté a été de définir la cause d’un point de vue linguistique. Une analyse lexicale a montré une fréquente indistinction entre les relateurs indiquant une cause et ceux signifiant une raison ou une justification. Il a donc fallu trouver des tests pour différencier la dimension logique et chronologique d’une part et psychologique et argumentative d’autre part. L’étude plus détaillée des relateurs node et kara en japonais a permis d’affiner l’opposition entre cause empirique et raison subjective.

3La deuxième difficulté rencontrée tient au découpage des unités reliées par une relation causale. Dans le format de la phrase simple, certains GN Indiquent bien une cause. Mais, c’est plutôt entre deux procès, événements ou états, donc entre deux propositions, qu’il est habituel d’étudier les relations causales. Mais là encore, on est surpris de voir certains recoupements entre relateurs de cause et de but aussi bien en japonais qu’en français (tame « pourquoi/parce que »). En définitive, c’est au niveau de chaînes causales dépassant le format de la phrase complexe, que s’exprime le plus clairement la cause. Et ces liens reposent moins sur des connecteurs spécifiques que sur un jeu assez complexe de marques dont l’étude n’a pu qu’être entamée : ordre de succession, relations temporelles, modalités, valeurs lexicales, etc.

4Dans le cadre du séminaire, JONG Sung-Gi (Université Koryo, Séoul), professeur Invité, a donné trois conférences sur la notion de thème, et sur la traduction et la formation de la langue coréenne. Et, les dernières séances de juin ont été consacrées à la présentation et à la discussion de travaux de doctorants, qui vont soutenir leurs thèses prochainement.

5J’ai été invitée à participer à trois colloques internationaux et à un cycle de conférences. Au Japon, tout d’abord, j’ai assuré la conférence plénière, intitulée « Faire de la linguistique constrastive, un peu, beaucoup, passionnément », au colloque de la société japonaise d’études françaises, à Sapporo, en octobre 2004. Puis, toujours en octobre, j’ai donné trois conférences en japonais, aux universités de Jochi, de Waseda et de Tsukuba sur les sujets suivants : 1) « Approche contrastive des relateurs spatiaux » ; 2) « Comparez des systèmes, traduire des énoncés » ; 3) « Qu’est-ce que la linguistique contrastive ? ».

6Au Brésil, ensuite, j’ai donné une communication à Campinas, à la 4e rencontre « Saber urbano e linguagem », octobre 2004, sur le sujet : « Représentation de l’espace urbain dans des textes écrits dans un contexte scolaire ».

7Enfin, j’ai été invitée comme conférencière à Tokyo en mars 2005, dans le cadre d’Arena (Programme triangulaire, Japon, France, Afrique du Nord). J’ai donné une communication avec Messieurs Aoki et Mejri sur « Traditions grammaticales et linguistique générale, en France, au Japon et dans les pays arabes ».

8Voir également le séminaire avec S. Fisher.

Publications

  • La semantica [trad. de La sémantique], Mexico, Fondo de Cultura economica, 2004, 157 p.
  • « Système d’écriture et abréviations en japonais », dans Écritures abrégées, N. Andrieux-Reix, S. Branca, C. Puech (éd.), Paris, Ophrys, 2004, p. 73-80.
  • « Le sens unique de la traduction littéraire », La modernité française dans l’Asie littéraire, Chine, Corée, Japon, éd. KATO Haruhisa, Paris, PUF, 2004, p. 369-382.
  • « L’impact de la traduction littéraire sur les désignatifs personnels en japonais », dans Le Japon et l’Europe, Tissage interculturel, J. Klein et F. Thyrion (éd.), ΕΜΕ & Intercommunications SPRI, Cortil-Wordon, 2004, p. 105-117.
  • La Sémantique, Paris, PUF (« Que sais-je ? »), 5e éd. refondue, 2005, 126 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 523-524.

Référence électronique

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17703

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals