Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Psychologie

Géométrie, théorisation scientifique et philosophie de la nature

Luciano Boi
p. 543-545

Entrées d’index

Index thématique :

Psychologie
Haut de page

Texte intégral

Luciano Boi, maître de conférences

Méréologie et phénoménologie de la perception spatiale

1Le séminaire de cette année a porté sur la question des « relations entre espace physique, espace géométrique et espace perceptif ». On a en notamment abordé quelques aspects importants des théories psychophysiques et cognitives de la perception concernant en particulier les interactions entre les propriétés dynamiques des structures perceptives et l’organisation géométrique et phénoménale du monde physique et de l’environnement. (i) Quel type de modèles théoriques et expérimentaux peut-on élaborer afin de mieux comprendre les relations entre l’espace physique, l’espace géométrique et l’espace psychophysiologique de la perception ? (ii) Y a-t-il continuité entre les propriétés de l’espace physique ambiant et les structures de l’espace perçu, comme le suggère notamment la théorie de Gibson ? Quelle interprétation faut-il donner de la thèse selon laquelle l’espace géométrique abstrait se formerait à partir de l’espace sensible (physiologique) surtout à travers les opérations et actions de mouvement et d’orientation de notre corps dans l’espace de l’expérience, ainsi que l’a proposée Poincaré ? (iii) Quelle pertinence pouvons-nous accorder aujourd’hui à l’hypothèse de l’isomorphisme psychophysique formulée dans les années vingt du siècle dernier par le théoricien de la Gestalt W. Köhler ? Köhler avait supposé l’existence d’une corrélation dynamique, en termes (dirions-nous aujourd’hui) de champs neurorécepteurs, entre les structures et formes perceptives et les processus neurophysiologiques qui voient le jour au niveau de notre système nerveux central. Est-ce cette relation d’isomorphie de nature topographique, ou plutôt topologique, ou bien encore modulaire ? (iv) Enfin, quels sont les fondements biologiques, psychologiques et cognitifs de l’espace perceptif ? Est-ce que les espaces géométriques et topologiques abstraits ont une origine évolutive, physiologique et sensible ? Et si oui, comment peut-on mettre en évidence ces caractères non formels et non verbaux du monde de la perception ?

2Une tentative de réponse a consisté à analyser la relation entre la notion intuitive et physiologique de mouvement (en fait de différentes catégories de mouvements : volontaires/non volontaires ; conscients/non conscients ; égocentrés/héliocentrés...) et la notion abstraite de groupe de transformations appliquées à des objets mobiles ou immobiles dans l’espace. Plusieurs données expérimentales mènent à penser que l’organisme humain pourrait avoir « intériorisé » certains principes qui gouvernent les transformations rigides des objets dans l’espace usuel. Il en ressort notamment que l’observateur a tendance à se représenter le mouvement d’un objet étendu dans l’espace principalement autour des axes qui sont centrés en l’objet et qui sont déterminés par sa structure géométrique intrinsèque (système égocentrique), au lieu qu’autour des axes qui sont fixés par rapport à l’environnement (système héliocentrique). De plus, la reconnaissance des formes semblerait dépendre principalement (mais pas seulement) de ce que les propriétés perceptives des objets sont conservées par le groupe d’isométries relativement, en ordre d’importance, au parallélisme, à l’orientation, à la symétrie principale et au référentiel spatial (ou repère mobile) privilégié.

3Nous avons enfin insisté sur la nécessité de distinguer le processus qui consiste à coder l’information visuelle provenant de l’extérieur (par exemple, de stimuli lumineux) du processus qui permet de reconnaître les objets et leurs formes, en sachant que ces objets et ces formes peuvent présenter des caractéristiques qui demeurent inchangées. On a montré, par exemple, comment la clôture, la connexité, l’orientation, et d’autres propriétés spatiales de nature globale, exercent de fortes contraintes sur la manière dont se réalisent les premiers processus conduisant à la perception des objets dans l’espace. Cependant, on ne dispose toujours pas d’une réponse satisfaisante à la question de savoir comment la reconnaissance des objets et de leurs formes s’opère-t-elle lors du passage d’une information locale à une connaissance de type global. Autrement dit, grâce à quels mécanismes telle et telle image qui se constitue dans notre système visuel en relation avec d’autres systèmes perceptifs correspond-t-elle à tel et tel objet existant dans le monde extérieur ?

4Le séminaire en outre proposé une relecture de certaines hypothèses classiques, introduites notamment par E. Mach, E. Husserl, M. Merleau-Ponty, J. Piaget et H. Poincaré, en vue d’en apprécier leur actualité et leur valeur au vu des recherches théoriques et expérimentales récentes sur la psychophysique et la neurophysiologie de la perception, et du rôle qu’y jouent les différentes conceptions récentes de l’espace et du temps développées dans le cadre des mathématiques, de la physique et des neurosciences.

5Plusieurs neurophysiologistes, psychologues, physiciens et philosophes ont accepté de faire une présentation de leur recherche dans le cadre du thème du séminaire. Pierre-Paul Vidal (CNRS et Université Paris-V) : « Géométrie sque-lettique, contrôle moteur et sa pathologie » ; J. Kevin O’Regan et Denis Philipona (Université Paris-V) « Une nouvelle approche de la sensation de couleur » ; Jacques Ninio (ENS, Paris) « Le cerveau géomètre : l’enseignement des illusions optiques » ; Paolo Viviani (Université de Genève) « Le problème du liage dans la perception des événements dynamiques » ; Alessandro Farné (Université de Bologne) « Bases neurophysiologiques et neuropsychologiques et données expérimentales de la représentation de l’espace chez les animaux » ; Jacques Droulez (CNRS et Collège de France) « Approche probabiliste de la perception des formes et du mouvement » ; Mark Wexler (CNRS et Collège de France) « Sur les relations entre l’action de l’observateur et sa perception visuelle ».

Publications

  • Voir le compte rendu « Méthodes mathématiques dans les sciences du vivant » dans la rubrique « Méthodes et techniques des sciences sociales ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciano Boi, « Géométrie, théorisation scientifique et philosophie de la nature », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 543-545.

Référence électronique

Luciano Boi, « Géométrie, théorisation scientifique et philosophie de la nature », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17726

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals