Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Microéconomie des choix intemporels et intergénérationnels

André Masson et Luc Arrondel
p. 561-563

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

André Masson, directeur d’études avec Luc Arrondel, directeur de recherche au CNRS

Temps, famille et patrimoine

1Durant l’année universitaire, le séminaire a plus particulièrement porté sur les fondements subjectifs des comportements de l’agent épargnant dans le cadre de la théorie microéconomique, soit sur ses préférences à l’égard du risque et du temps. L’accent a porté tout autant sur les problèmes conceptuels ou de modélisation que sur les méthodes empiriques : données d’enquête spécifique, mesure ordinale des préférences individuelles par une méthode de scoring, évaluation du pouvoir explicatif de l’hétérogénéité de ses préférences sur les inégalités de richesse et la diversité des portefeuilles détenus.

2On a montré comment la palette des comportements d’un même individu à l’égard du risque ou de l’incertain dans les différents domaines de la vie pouvait être résumée, de manière relativement satisfaisante, par un indicateur unique (entre « prudent » et « aventureux », si l’on veut) pourvu que l’on se contente de mesures purement ordinales. En revanche, si l’on veut comparer les différentes attitudes des individus par rapport au temps, il est nécessaire de distinguer les réactions à court terme, gouvernées par le degré d’impatience, des choix du cycle de vie, dictés par le degré de prévoyance à terme (fonction inverse d’une préférence pure et rationnelle pour le présent), et les décisions plus lointaines, conditionnées par les degrés d’altruisme intergénérationnel (au plan familial ou non). On s’aperçoit ainsi que les femmes sont en moyenne plus « prudentes » que les hommes (résultat classique), mais pas forcément plus « prévoyantes » ni même plus « altruistes », résultat plus original dont on possède des confirmations indirectes. Par contre, comme le veut la sagesse populaire, (im)prévoyance rime plutôt avec (im)prudence : i.e., la corrélation est positive entre la tolérance générale au risque et la préférence pour le présent.

3Les indicateurs synthétiques de préférence retenus (tolérance au risque, impatience, prévoyance, altruisme familial ou non) permettent d’expliquer, avec les effets attendus, une part non négligeable (de l’ordre de 15 %) des disparités de patrimoine. Mais cette part demeure limitée, contrairement à ce que voudraient faire croire les études américaines qui tentent d’attribuer l’inégalité des patrimoines, en général, et l’insuffisance d’épargne à la veille de la retraite, en particulier, à l’hétérogénéité des préférences et à la rationalité limitée des individus (myopie, faiblesse de la volonté), soit donc à leur responsabilité propre.

4On a ensuite dressé une typologie des épargnants en fonction des différents régimes de comportement patrimonial prédits selon les valeurs attribuées conjointement aux différentes préférences. Cette typologie s’avère pertinente au plan empirique pour rendre compte de la diversité des comportements d’accumulation et de composition des patrimoines.

5L’expérience montre que, bien introduits, les étudiants (certes sélectionnés...) arrivent à suivre les développements de cette recherche en cours, qui a l’avantage de mobiliser un large éventail d’éléments, théoriques, économétriques ou statistiques, de technique d’enquête ou de connaissance détaillée du domaine.

Publications

  • Avec Luc Arrandei, « Le patrimoine et ses logiques d’accumulation », dans Tisser le lien social, A. Supiot (éd.), Éd. de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2004, p. 253-272.
  • « Pourquoi la rente viagère ou la vente en viager sont-elles si peu diffusées ? », Risques, 59, juillet-septembre 2004, p. 60-66.
  • Avec L. Arrandei et D. Verger, « Préférences de l’épargnant et accumulation patrimoniale : Les comportements de l’épargnant à l’égard du risque et du temps », p. 9-19 ; « Préférences de l’épargnant et accumulation patrimoniale : De la théorie à une enquête méthodologique originale », p. 21-51 ; « Préférences de l’épargnant et accumulation patrimoniale : Mesurer les préférences individuelles à l’égard du risque », p. 53-85 ; « Préférences de l’épargnant et accumulation patrimoniale : Mesurer les préférences individuelles pour le présent », p. 87-128 ; « Préférences de l’épargnant et accumulation patrimoniale : Préférences individuelles et disparités du patrimoine », p. 129-157 ; « Le questionnaire de l’enquête Insee-Delta “Comportements face au risque et à l’avenir” », p. 159-170, Économie et statistique, 374-375, 2005.
  • Avec L. Arrandel et D. Verger, « Préférences face au risque et à l’avenir : types d’épargnants », Revue économique, 56 (2), 2005, p. 393-416.
  • « L’assurance des risques par les solidarités : une question pour l’économiste », dans Quelle protection sociale pour quels risques au 21e siècle, actes du 8e colloque de l’EN3S, avril 2005, p. 32-37.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Masson et Luc Arrondel, « Microéconomie des choix intemporels et intergénérationnels », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 561-563.

Référence électronique

André Masson et Luc Arrondel, « Microéconomie des choix intemporels et intergénérationnels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17747

Haut de page

Auteurs

André Masson

Articles du même auteur

Luc Arrondel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals