Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Filière « Territoires, espaces, sociétés »

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov
p. 580-581

Texte intégral

sous la responsabité de Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, directeurs d’études
Orientation et coordination : Annie Sevin

1La filière d’études doctorales « Territoires, espaces, sociétés » dispense un enseignement spécifique dans le cadre du séminaire bimensuel « Divisions spatiales et sciences sociales », conçu sur le principe d’une relecture d’œuvres qui abordent l’espace comme objet ou comme analyseur des phénomènes sociaux. Les choix visent à présenter des approches et des façons de faire diverses de par les disciplines, les conjonctures Intellectuelles, les échelles d’analyse, auxquelles elles renvoient. Ils privilégient des textes de référence, ceux promus par l’historiographie au statut de source ou de classique, ceux représentatifs de démarches novatrices. Quatre options partageaient les lectures inscrites au programme de l’année et réparties entre les membres de l’équipe pédagogique de la filière.

  • Aborder des types de documents à usage de source pour les sciences sociales. Éloi Ficquet a présenté un dossier de pièces diplomatiques en rapport avec la délimitation des sphères d’influence des puissances européennes en Afrique orientale au début de la décennie 1890. Daniel Nordmann a retenu les plans et descriptions géographiques de la ville d’Alger au XVIe siècle (Diego de Haëdo, Topographie et histoire générale d’Alger, et Léon l’Africain, Description de l’Afrique) pour poser la question du texte source ou du texte à considérer en lui-même et commenter le mode de fonctionnement de la description des villes.
  • Reprendre des modalités exemplaires de l’enquête sociologique. Christian Topalov a relu l’article de Maurice Halbwachs sur Chicago, publié dans les Annales d’histoire économique et sociale (1932), représentatif d’une conception de l’enquête sociologique comme expérience faisant coexister la démarche du témoignage et celle, expérimentale, des sciences naturelles. Caroline Varlet s’est attachée au travail collectif sur les Pavillonnaires, conduit en 1966 par Nicole Haumont et Henri Raymond, au sein de l’Institut se Sociologie Urbaine, travail plusieurs fois réédité et dont l’objet est encore vivant.
  • Resituer des contributions théoriques. À partir des articles d’Étienne Juillard – « La région », 1962 et « Espace et temps dans l’évolution des cadres régionaux », 1972, Annie Sevin et Marie-Vic Ozouf-Marignier, ont éclairé les réflexions du géographe autour de la notion de région, symptomatiques des révisions scientifiques à l’œuvre dans la discipline au cours des décennies 1960-1970. Josefina Gomez Mendoza (professeur à l’Université autonome de Madrid, directeur d’études invité) a fait une conférence sur Pierre Vilar, son parcours de la géographie à l’histoire et son apport dans l’étude de la formation d’une communauté nationale, à partir de la thèse de l’historien, La Catalogne dans l’Espagne moderne : recherches sur les fondements économiques des structures nationales (1962). Annick Tanter-Toubon est intervenue sur l’ouvrage de l’architecte italien Aldo Rossi, L’architecture de la ville (1966), œuvre d’ambition théorique, nourrie de références françaises et allemandes dans le domaine des sciences humaines et qui obtint très vite un large écho.

2Le programme d’activité de la filière comportait également trois journées d’études thématiques. Organisée par Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, la première se donnait pour objet le lotissement fermé, une des figures les plus remarquées de la promotion immobilière au cours des dernières décennies, en vue de confronter les pratiques d’appropriation auxquelles elle donne lieu dans deux aires culturelles, les États-Unis et l’Amérique latine. Placée sous la responsabilité d’Alice Ingold et de Marie-Vic Ozouf-Marignier, la journée « Paysage et territoire » proposait une réflexion autour des usages sociaux et politiques du paysage à partir d’une confrontation de lectures du livre de François Walter, Les figures paysagères de la nation. Paysage et territoire en Europe (XVIe-XXe siècle), et d’interventions s’appuyant sur des recherches en cours. Sous le titre « La fabrique de la ville », Isabelle Backouche et Nathalie Montel engageaient à mieux cerner le rôle des différents acteurs, spécialistes de l’aménagement ou particuliers, qui interviennent dans la production de la ville. Dans cette optique, le programme de la journée réunissait des études de cas appartenant à des espaces et à des périodes variés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, « Filière « Territoires, espaces, sociétés » », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 580-581.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, « Filière « Territoires, espaces, sociétés » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17772

Haut de page

Auteurs

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Christian Topalov

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals