Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie

Christophe Pellecuer
p. 589-590

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Christophe Pellecuer, conservateur du patrimoine

1La question du devenir de la villa, au sens des sources antiques, et du domaine a servi de vecteur privilégié pour aborder les campagnes de la Gaule méridionale à partir de quelques thèmes considérés comme majeurs. La villa ne représente en fait qu’un chapitre particulier de l’histoire du domaine aristocratique dans les régions considérées. Celle-ci, si l’on prend en compte le premier millénaire de notre ère, n’occupe qu’une tranche de quelques siècles, depuis la généralisation du modèle à la fin du Ier siècle après J.-C, jusqu’à son étiolement progressif entre le IIIe et le VIe siècle. Mais, paradoxalement, le site de la villa, le centre domanial, notion plus générale qui permet d’éviter le renvoi à une unique référence architecturale, apparaît comme un pôle de peuplement sur la longue durée.

2L’archéologie est capable d’individualiser des moments majeurs dans l’évolution du centre domanial, en analysant l’apparition ou la disparition d’une architecture du paraître. La présentation de dossiers de fouilles significatifs – résultats de dégagements exhaustifs qui ont longtemps manqué dans le Midi de la France – ont permis d’apprécier la diversité des situations. Il est ainsi possible d’ébaucher une typologie des Investissements, qui interviennent selon des rythmes propres à chaque site, plutôt que de chercher la vaine confirmation de grands schémas d’interprétation historique. L’évocation trop rapide des crises politiques du IIIe siècle a longtemps pesé, on le sait, sur notre compréhension du développement ou du déclin des villas.

3La villa n’est pas isolée dans l’espace rural méridional. Elle est insérée dans un maillage d’établissements ruraux aux fonctions multiples dont les liens avec le centre domanial peuvent parfois être précisés. Les chercheurs méridionaux se sont interrogés récemment sur la notion de villa et de vicus, deux éléments qui peuvent être regardés à travers les prismes de l’identité ou de la différence. Une autre approche est celle des sites placés dans la proximité de la villa, avec une gamme large de possibilités de dépendance ou d’indépendance : ce sont les hameaux, les fermes, les installations de production artisanale, toutes autres formes d’annexés agraires. Les premiers lieux de culte chrétiens appartiennent à ce même champ d’investigation.

4Il était nécessaire d’éviter de grossir le trait en ce qui concerne les continuités et de sous-estimer les transformations intervenues durant ces quelques siècles qui séparent la période des dernières villas de tradition antique de l’émergence du phénomène castrai. Λ partir du VIe siècle, l’archéologie marque encore le pas pour rassembler une documentation satisfaisante pour décrire l’évolution de l’habitat rural d’une part et d’autre part individualiser de nouvelles réalisations aristocratiques, pour lesquelles un bilan provisoire a pu être établi.

5Enfin, le centre domanial, dont le rôle social a été souligné, est aussi une exploitation agricole qui a été resituée dans l’économie mouvante de la période considérée. Pour mieux la caractériser, il a été possible de faire le point des acquis actuels sur les productions, avec l’évolution de la triade méditerranéenne (blé, vin, huile) depuis un Haut Empire pour lequel nos connaissances sont un peu moins fragiles. L’autre volet abordé est celui des consommations, indicateurs indispensables pour apprécier le dynamisme de cette économie rurale tardive, trop longtemps confinée dans la sphère de l’autarcie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pellecuer, « Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 589-590.

Référence électronique

Christophe Pellecuer, « Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17778

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals