Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Anthropologie des relations hommes-animaux

Arouna Ouedraogo et Noëlie Vialles
p. 625

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Arouna Ouedraogo, chargé de recherche à l’INRA
Noëlie Vialles, maître de conférences au Collège de France

1Le séminaire a poursuivi, dans la même perspective comparatiste que l’année précédente, sa recherche des variations et des constantes qui caractérisent les relations entre hommes et animaux, notamment dans les systèmes domesticatoires. Il a concentré son attention sur quelques configurations rencontrées en Asie et en Europe, et sur les formes particulières qu’y prennent les usages alimentaires des animaux.

2Après deux séances qui ont permis de prendre une vue générale des relations aux animaux aux confins de l’Asie et de l’Océanie (Christian Coiffier) et en Chine (Georges Métaillé), l’Asie centrale a retenu notre attention ; Svetlana Jacquesson a analysé comment un système domesticatoire de haute montagne (Kirghizstan) s’est montré résistant autant que flexible sous les directives soviétiques, et Gaëlle Lacaze a examiné les analogies constantes établies en Mongolie entre les humains et les animaux dans la domestication et le dressage des uns et dans l’éducation des autres.

3En Europe, notre intérêt s’est concentré sur trois animaux, en raison des relations très particulières que l’on entretient avec eux, et des questions qu’elles soulèvent. En Cévennes, l’ hyper-domestication du ver à soie oscille entre végétalisation et humanisation (Françoise Clavairolle), comme le fait, autrement mais tout autant, l’apiculture à l’égard des abeilles (Gilles Tétart) ; et en ce qui concerne le cheval, l’histoire de son usage alimentaire en France (Éric Pierre) a contribué à éclairer les relations à cet animal et, plus largement, l’entrelacement complexe entre religion, philanthropie et compassion pour les animaux.

4Enfin, l’examen de quelques particularités de l’Industrie de la viande (Pierre Saunier) et la distinction juive entre abattage rituel et sacrifice (Sophie Nizard) ont permis de vérifier une fois de plus que, très généralement, l’examen des usages alimentaires des animaux constitue une entrée privilégiée pour analyser les relations avec eux et les usages sociaux de ces relations, dans toutes leurs variations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arouna Ouedraogo et Noëlie Vialles, « Anthropologie des relations hommes-animaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 625.

Référence électronique

Arouna Ouedraogo et Noëlie Vialles, « Anthropologie des relations hommes-animaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17825

Haut de page

Auteurs

Arouna Ouedraogo

Noëlie Vialles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals